Œuvres de Frédéric le Grand: Œuvres historiques

Cover
Impr. royale, 1847
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 46 - Les Russes prétendaient qu'ils avaient garanti la liberté de cette petite république ; mais ce n'étaient proprement que les Anglais , jaloux des Prussiens , qui protégeaient la liberté de cette ville maritime , et qui encourageaient l'impératrice de Russie à ne pas consentir aux demandes de sa Majesté Prussienne. Il fallait...
Seite 47 - On fixa le temps de la prise de possession au mois de juin. On convint d'inviter l'Impératrice-Reine à se joindre aux deux puissances contractantes, afin de participer à ce partage. La Russie et la Prusse se garantirent leurs acquisitions, et promirent d'agir de concert à la diète de Varsovie, pour obtenir pour tant de cessions le consentement de la République.
Seite 191 - J'aime et j'honore sa personne. Il me sera certainement dur de combattre contre un prince doué d'excellentes qualités, et que j'estime personnellement. Voici donc selon mes faibles lumières des idées que je soumets aux vues supérieures de VMI Je confesse que la Bavière, selon le droit de convenance peut convenir à la maison impériale ; mais comme d'ailleurs tout autre droit lui est contraire dans cette possession, ne pourrait-on pas par des équivalents satisfaire le duc de Deux-Ponts ? Ne...
Seite 39 - Raunitz, il lui fit insinuer qvte ce n'était pas le dernier mot de la Cour de Russie , qui sans doute était disposée à se relâcher sur les articles qui rencontreraient le plus de difficulté. « Les précautions que le Roi prenait étaient d'autant plus nécessaires, que la Cour Impériale ne cachait plus ses projets , et que tous les mouvements qu'on voyait en Hongrie annonçaient une prochaine rupture avec la Russie. La Cour de Vienne était décidée à ne pas souffrir que le théâtre de...
Seite 200 - ... du plus profond respect avec lequel je suis, SIRE, De votre majesté , Le très humble , très obéissant et très fidèle serviteur et sujet , LE COMTE UE BROGLIE. A Ruffec, le i4 juin i774. OBSERVATIONS • QUE...
Seite 208 - SMI, ainsi que l'électeur de Saxe, renonceraient à toutes prétentions ultérieures sur la Bavière et le HautPalatinat, et on assurerait expressément la succession de ces deux pays sans exception, aux princes palatins de Deux-Ponts, après l'extinction de la ligne présente de Sulzbach. 4) Les fiefs devenus vacants à l'Empire par la mort du dernier électeur de Bavière, seraient conférés à l'électeur palatin, et après lui à la ligne de Deux-Ponts.
Seite 28 - Prusse, ignoraient la castrométrie et la tactique ; ceux du sultan avaient encore moins de connaissances; de sorte que, pour se faire une idée nette de cette guerre, il faut se représenter des borgnes qui, après avoir bien battu des aveugles, gagnent sur eux un ascendant complet.
Seite 51 - C'est là le premier exemple que l'histoire fournisse d'un partage réglé et terminé paisiblement entre trois puissances; sans les conjonctures où l'Europe se trouvait alors, les plus habiles politiques y auraient échoué : tout dépend des occasions et du moment où les choses se font.
Seite 119 - ... l'Angleterre demande que le Roi jouisse d'un pouvoir despotique Impérieux et dur dans le gouvernement, peu soucieux sur le choix des moyens qu'il emploie, sa maladresse dans le maniement des affaires l'emporte encore sur son obstination. Ce ministre, pour remplir ses grandes vues, commença par introduire la corruption dans la chambre basse. Un million de livres sterling...
Seite 191 - J'assure à VM que je ne m'expliquerais pas avec mon frère avec plus de franchise que j'ai l'honneur de lui parler. Je la prie de faire ses réflexions sur tout ce que je prends la liberté de lui représenter; car voilà le fait dont il s'agit. La succession d'Anspach y est tout à fait étrangère. Nos droits sont si légitimes, que personne ne peut nous les rendre litigieux. C'est ce van Swieten qui m'en parla, il ya je crois quatre à six ans, et qui me dit que la cour impériale serait bien...

Bibliografische Informationen