Le club des bonnes-gens: ou, Le curé français

Cover
Froullé [et] l'auteur, 1791 - 62 Seiten
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 8 - Mais surtout n'oublions jamais Que chacun d'eux est notre frère. La voix du sang chez les Français Doit-elle un seul instant se taire? Loin d'avoir un cruel plaisir A les voir se troubler et craindre, Pour parvenir à les guérir, II faut nous borner à les plaindre.
Seite 7 - Qui réclament en pleurs le seiu de leur patrie ! Faut-il empoisonner le reste de leur vie ? Ma bouche avec vous tous ne s'ouvrira jamais Que pour solliciter le pardon et la paix. Tous ces Français que loin de nous L'épouvante retient encore, Ils n'ont pas vu d'un jour si doux Briller la bienfaisante aurore. Pareils à ceux que le ciel fit Habitants d'un autre hémisphère, Ils sont au milieu de la nuit Quand le plein midi nous éclaire. Mais surtout n'oublions jamais Que...
Seite 55 - Des fatigues du jour sans gêne on s'y délasse ; Que toujours dans son cœur on y garde une place Pour la douce fraternité ; Qu'enfin, pour couronner l'ouvrage, On n'en sorte jamais sans s'aimer davantage.
Seite 55 - Il s'en faut que je blâme L'usage de ces clubs introduits parmi vous; Je sais qu'en s'assemblant on s'instruit, on s'éclaire, Qu'on peut même par là serrer ces nœuds si doux Par qui tout homme apprend à respecter son frère ; Mais mon cœur fait le vœu que vous en, soyez tous, Qu'il n'existe entre vous ni rang, ni préférence, Qu'on y voue à l'humanité Le respect le plus tendre, aux lois l'obéissance; Que, par des jeux permis, au sein de...
Seite 3 - La vertu seule est la lumière Qui s'accorde avec la raison; Qu'importé que l'esprit s'éclaire. Si le cœur est sensible et bon? C'est l'éclat de la bienfaisance Qui doit toujours frapper nos yeux ; Le plus aveugle de la France Est clairvoyant, s'il est heureux?
Seite 58 - Un tendre et joli billet ; Lison lut, relut sa lettre, Y répondit en secret. Maman, toujours inflexible, La surprit et s'emporta. « Mais ma fille ! ... c'est horrible ! — Eh ! ma mère, est-c' que j' sais ça ! » Un beau soir Léandre arrive : Lise était seule au logis.
Seite 8 - Tous ces Français que loin de nous L'épouvante retient encore, Ils n'ont pas vu d'un jour si doux Briller la bienfaisante aurore. Pareils à ceux que le ciel fit Habitants d'un autre hémisphère, Ils sont au milieu de la nuit Quand le plein midi nous éclaire.Mais surtout n'oublions jamais Que chacun d'eux est notre frère.
Seite 55 - ... que je blâme L'usage de ces clubs introduits parmi vous ; Je sais qu'en s'assemblant on s'instruit, on s'éclaire, Qu'on peut même par là serrer ces nœuds si doux Par qui tout homme apprend à respecter son frère ; Mais mon cœur fait le vœu que vous en soyez tous, Qu'il n'existe entre vous ni rang, ni préférence, Qu'on y voue à l'humanité Le respect le plus tendre, aux lois l'obéissance ; Que, par des jeux permis, au sein de la...
Seite 55 - Nicodème ou plutôt le même personnage. Ce n'est pas qu'il désapprouve la libre discussion des droits communs, qu'il veuille voir les habitants des campagnes étrangers aux intérêts publics, qu'il croie incompatibles le travail de l'intelligence et celui des bras; il a bien soin de le dire : Il s'en faut que je blâme L'usage de ces clubs introduits parmi vous ; Je sais qu'en s'assemblant on s'instruit, on s'éclaire, Qu'on peut même par là serrer ces nœuds si doux Par qui tout homme apprend...
Seite 57 - Dans la paix et l'innocence, Lison gardait, à vingt ans, Cette parfaite ignorance Que n'ont plus tous nos enfants. Elle vit trois fois Léandre ; Trois fois elle soupira. Maman voulut la reprendre. . . « Eh! mamère, est-c' que j

Bibliografische Informationen