Abbildungen der Seite
PDF
[merged small][ocr errors][ocr errors]

Son noyau est petit, tendre & ne tient point à la chair. Il est 1ong de six lignes, large de quatre lignes & demie, épais de trois lignes.

Cette Prune mûrit vers la mi-Août. Elle est assez bonne crue ; mais elle est principalement estimée pour les confitures & pour les compotes, parce qu'elle prend un parfum très-agréable dans le sucre : on en fait encore de jolis Pruneaux.

La petite Mirabelle est de même forme, un peu plus jaune, plus hâtive, plus seche, & moins grosse, n'ayant que dix lignes & demie de hauteur, sur neuf lignes & demie de diametre.

[ocr errors][merged small]

LEs bourgeons sont courts, assez gros, d'un vert-brun du côté du soleil, verts du côté de l'ombre. La pointe est d'un violetfoncé du côté du soleil, aurore du côté opposé. Les boutons sont petits, pointus, couchés sur la branche.Les supports sont très-saillants. La fleur a onze lignes de diametre ; ses pétales sont longs & étroits. La feuille est ovale, longue de trois pouces, large de deux pouces trois lignes, d'un vert un peu pâle, dentelée par les bords , soutenue par des pédicules longs de huit lignes. Le fruit est petit, presque rond, de la forme d'une petite Reine-Claude; sa hauteur est de douze lignes, & son diametre de treize lignes; la rainure qui le divise suivant sa hauteur est presqu'imperceptible ; sà queue est menue, longue de six lignes » placée au fond d'une petite cavité. Sa peau est fine, jaune, marquetée de rouge du côté du solei !.

Sa chair est jaune, fondante, & très-délicate.
Son

Son eau est fort sucrée, & d'un goût très-fin.

Son noyau est petit, long de six lignes, large de cinq lignes, épais de quatre lignes; il n'est pas adhérent à la chair, cependant il ne la quitte pas net.

Cette Prune, qui paroît comme transparente, mûrit vers le · douze d'Août.

Je crois que Merlet a eu raison de mettre le Drap-d'or & la Mirabelle au rang des Damas.

[merged small][merged small][ocr errors]

C'EST une petite Prune dont la hauteur est de quinze lignes & le diametre de douze lignes & demie. Elle se termine en pointe aux deux extrémités; mais le côté de la tête est plus alongé que celui de la queue. Elle n'a point de gouttiere sensible; seulement le côté où elle devroit s'étendre suivant la hauteur du fruit, est un peu applati. La queue, assez nourrie, longue de huit lignes & demie, est plantée presqu'à fleur, sur un petit applatissement plutôt que dans un enfoncement. Sa peau est d'un vert-jaune, très-chargée de fleur, ce qui la fait paroître

[ocr errors]

le fruit est bien mûr. Sa chair est ferme, tirant sur le jaune. Son eau est assez abondante, un peu aigrelette. Son noyau est long de huit lignes, large de cinq lignes & demie ; épais de trois lignes & demie: il n'est point du tout adhérent à la chair. Cette Prune dure longtemps : dans certaines années les premieres mûrissent au commencement de Septembre, & les dernieres à la fin d'Octobre. .

Tome II. - - N

[ocr errors][ocr errors][graphic][graphic][graphic]
[ocr errors][merged small]

XXXII. P R U MUS fructu magno, ovato, dilutè violaceo.
I M P É R I A L E violette (Pl. X V.)

L'ARBRE est très-vigoureux. Le bourgeon est gros & long, rouge-brun, tiqueté de trèspetits points gris. La cime tire sur le violet-clair. Le bouton est gros, pointu, très-écarté de la branche; les supports sont peu élevés. La fleur a un pouce de diametre; ses pétales sont ronds; le style du pistil est très-long. Souvent la fleur a six, sept, huit pétales, & alors les uns sont ronds, les autres alongés. Les feuilles sont longues de trois pouces, larges de deux pouces; la dentelure est grande, réguliere, peu profonde; leur forme est elliptique, également pointue par les deux extrémités. Leur queue est longue de huit ou neuf lignes. Le fruit est gros, long, ovale, un peu plus renflé du côté de la tête que du côté de la queue. Sa hauteur est de dix-neuf à vingt lignes, & son diametre est de quinze à seize lignes. Il pend à une queue assez menue, longue de neuf à dix lignes, qui s'implante au milieu d'une petite cavité assez profonde. La gouttiere qui le divise suivant sa longueur, est ordinairement trèssensible. Sa peau est un peu coriace, d'un violet-clair, très-fleurie, se détache difficilement de la chair. Sa chair est ferme & un peu sèche, d'un vert-blanchâtre & transparent. Son eau est sucrée, & d'un goût relevé. Son noyau pointu, long de dix lignes, large de six lignes» épais de quatre lignes, n'est point adhérent à la chair. Cette Prune mûrit vers le vingt d'Août; elle est sujette à être attaquée des vers.

XXXIII. PRU MUS foliis ex albo variegatis.

IM P É R I A L E violette à feuilles panachées.

CE Prunier est une variété du précédent. Ses bourgeons sont gros & forts pour un arbre panaché; d'unbeau violet du côté du soleil, panachés de vert & de blanc du côté de l'ombre, cannelés au-dessous des boutons. Les boutons sont triples dans toute la longueur du bourgeon. Les supports sont gros & saillants. · Ses feuilles sont petites, n'ayant que deux pouces de longueur sur seize lignes de largeur; elles se terminent en pointe aiguë, sont dentelées réguliérement, profondément & assez finement ; le dedans est panaché & comme sablé de blanc & de vert; le dehors est presque tout blanc : les queues, longues de quatre à cinq lignes, sont violettes d'un côté, & d'un vert-blanc de 1'autre. Le fruit est ordinairement difforme , mal conditionné & comme avorté. Il est d'un violet très-clair, peu fleuri, attaché à une queue menue, longue de six lignes : de sorte que cet arbre convient mieux dans des jardins d'ornement que dans les vergers. Il y a une autre Impériale dont le fruit est très gros, & trèsalongé, ayant deux pouces de hauteur, sur dix-huit lignes de diametre, de la forme d'une olive, un peu plus pointu du côté de la queue que du côté de la tête. Sa rainure n'est presque pas sensible. La queue est placée presqu'à fleur du fruit. Sa peau est coriace; mais elle se détache aisément de la chair. Sa chair est un peu jaunâtre, transparente, & plus fondante que celle de la précédente. Son eau est sucrée & agréable, quoiqu'elle conserve un peu d'aigreur, même dans son extrême maturité. Son noyau quitte bien la chair; il est raboteux, fort long,

Tointu & plat, n'ayant que six lignes & demie de largeur,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][graphic][graphic]

& trois lignes d'épaisseur, sur quatorze lignes de longueur. Cette Prune, qui est très belle, mûrit un peu plutôt que la

précédente.

XXXIV. PRU WUS fructu magno, longiori, dilutè violaceo.
J A c I N T H E. ( Pl. XVI. )

CET arbre est vigoureux.

Ses bourgeons sont de moyenne grosseur, longs & droits, rougeâtres par la cime; dans le reste comme marbrés de diverses couleurs, blancs, verts, jaunes, &c.

Ses boutons sont petits, courts, couchés sur la branche ; leurs supports sont saillants.

Ses fleurs sont de grandeur moyenne, très-abondantes; sou

vent il en sort six ou sept d'un même nœud; les pétales sont ovales. Ses feuilles sont longues de trois pouces trois lignes, larges de deux pouces, un peu moins larges vers la queue que vers 1'autre extrémité. La dentelure des bords est arrondie & peu profonde. La queue est longue de six lignes. Son fruit est gros, alongé, ayant vingt lignes de hauteur, sur dix-sept lignes de diametre, un peu plus renflé du côté de la queue ue du côté de la tête, ce qui lui donne presque la forme d'un cœur, lorsque la différence du renflement est considérable, ce qui n'est pas ordinaire. Il est divisé suivant sa longueur par une gouttiere peu sensible qui se termine ordinairement du côté de la tête à un petit enfoncement. La queue est verte, courte, bien nourrie, attachée au fond d'une cavité étroite, mais assez profonde. La peau d'un violet-clair, fleurie, un peu épaisse & dure, se sépare difficilement de la chair. La chair est jaune, ferme, moins seche que celle de l'Impériale,

« ZurückWeiter »