Abbildungen der Seite
PDF

» Quand par hazard il arrive à quelqu'un de ces vieux arbres » qu'il sort de leur pied quelque branche un peu vigoureuse, » & capable de renouveller l'arbre, il faut la traiter dans cette » vue, & la conserver précieusement pour remplacer les vieilles » branches qu'on détruit peu-à-peu; mais si elle sort de quelque » vieille branche, il faut l'ôter. Je n'ai pas autre chose à dire » de ces vieux arbres, sinon qu'on ne doit les ménager que quand, | » malgré leur vieillesse, ils rapportent encore de bons fruits ; » car dès que cette condition manque, il faut les arracher. » A l'égard des arbres du second âge, qui chargent abon» damment; comme ce sont eux qui font notre richesse, ils méri» tent la plus particuliere attention. La plupart des Jardiniers » qui travaillent sans principes, sans raisonnement, & sans se » soucier de l'avenir, les conduisent de façon qu'ils sont bientôt » ruinés. .. .. » L'opération de la taille est celle de toutes qui contribue le » plus à leur durée. Ne les point trop charger, & bien entrete» nir le plein, voilà tout l'arc de la caille, qui paroît bien sim» ple, mais qui a ses difficultés, eu égard au choix des branches, » au travail que l'arbre fait , à l'espece de fruit, & à bien d'autres » circonstances sur lesquelles on peut établir quelques regles. » Je ne parlerai point de certains cas sur lesquels on ne peut » statuer que vis-à-vis de son objct, & que la pratique seule » peut enseigner. » Chacun a fa méthode, & dirige sa taille suivant ses idées. » Les uns taillent court sur toutes branches. (Ils renoncent à » l'abondance du fruit, & fatiguent les racines de leurs arbres.) » Les autres alongent les branches qu'ils destinent à donner du » fruit, & laissent des coursons pour leur donner du bois l'année » suivante. (C'est la méthode du Frere Philippe.) La mienne est

» toute différente...... » Trouvant mon arbre en bon état, après qu'il est dépalissé,

» je commence à faire une recherche des branches usées, qu'il
» est aisé de connoître à leur maigreur, & aux mauvais jets qu'el-
» les ont faits; je retranche la branche usée jusqu'à la grosse
» branche d'où elle sort; à moins que dans son étendue elle
» n'ait poussé quelque bonne branche, sur laquelle je la ravale,
» s'il n'y a rien dans le voisinage pour remplir la place. Je passe
» ensuite aux branches de l'année, & je supprime toutes les
» grosses, s'il en a poussé. Par grosses branches, j'entends toutes
» celles qui excedent la moyenne grosseur ;je supprime de même
» toutes les petites, à moins que quelqu'une ne me soit néces-
» saire pour garnir quelque vuide, ou pour me servir de ressour-
» ce, auquel cas je la taille à l'épaisseur à peu près d'un écu.
» J'excepte toujours les petits bouquets.
» Ce premier retranchement fait, il ne me reste plus que des
» branches égales en force; je vois clair alors dans mon ouvrage.
» Je n'ai plus enfin qu'une réforme à faire dans la quantité, &
» voici sur cela ma regle. Je n'en laisse qu'une de toutes celles
» qui ont poussé su1 la Lranclic que j'ai caillée 1'a1inée précédente,
» & c'est la plus basse que je laisse, parce qu'elle est toujours
» bonne, au moyen des précautions que j'ai prises au temps de
» l'ébourgeonnement. Ceux qui n'auront pas fait cette opération,
choisiront la meilleure des plus basses. A
» Après cette seconde réforme, je passe à la troisieme , qui est
» la taille de ces branches. J'examine alors si mon arbre a beau-
» coup chargé l'année précédente, & de quelle espece il est :
» suivant ces deux cas, je raccourcis ou jalonge ma taille. Si
» mon arbre a beaucoup chargé, je le ménage : & si c'est, par
» exemple, une Madeleine ou une Violette, comme ces arbres
» sont plus vigoureux que les autres, je leur donne plus de char-
» ge : mais si mon arbre est de toute autre espece, & qu'il n'ait
» pas été fatigué de la charge, j'alonge ma taille jusqu'à huit
» pouces si la place le permet; mais si je me trouve resserré,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][graphic]

» & si je n'ai rien au-dessous pour remplacer ce qui se trouve » épuisé, je tiens ma taille courte, & je ne lui donne que trois ou » quatre pouces. Il se trouve communément par la différente dis» position des places, que la moitié de mes branches est alon» gée, & que l'autre est retenue courte. Par-là je maintiens le » plein de mon arbre, & je ne le fatigue point». Les habitans de Montreuil retranchent pareillement toutes les branches foibles ; & même ils n'en conservent de moyennes qu'au défaut de fortes : c'est sur celles-ci qu'ils taillent par préférence. Ils déchargent beaucoup leurs arbres, & alongent leur taille sur les fortes branches jusqu'à trois ou trois pieds & demi, & souvent ils taillent pour fruit une partie des petites branches sorties de ces fortes branches. Comme ils se proposent avec raison d'avoir de beaux fruits, cette méthode de ne tailler que sur les branches vigoureuses & capables de le bien nourrir, est propre à bien remplir leur objet. Mais leurs arbres, malgré leur attention à les ouvrir , se dégarnissent bientôt par le bas. De jeunes Pêchers plantés entre les vieux, couvrent en peu de temps le vuide que ceux-ci laissent sur l'espalier, & réparent leur défaut. Mais on sait combien il est rare de trouver un terrein semblable à celui de Montreuil, & des Cultivateurs aussi intelligents & aussi expérimentés.Au reste leur pratique n'est pas absolument uniforme; elle varie suivant les vues des particuliers, dont les uns ne s'occupent que du produit de leurs arbres, & · d'autres étendent leur attention sur leur forme & leur durée. | Quant aux autres opérations, palissages, ébourgeonnement, &c. il est inutile de répéter ce qui en a été dit Tom. I. Cult.gén. Les Pêchers élevés de noyau, la Bourdin, & quelques autres qui réussissent assez bien en plein-vent, soit en tige, soit en buisson, & qui dans les années favorables y donnent d'excellents fruits, devroient être taillés, ébourgeonnés, & conduits comrne ceux d'espalier.Mais on se contente, & il suffit ordinairement #

de les décharger des branches gourmandes, des branches mortes, usées, trop foibles; & de tailler les bonnes branches, moins dans la vue de donner à ces arbres une forme réguliere, que de prolonger leur durée, entretenir leurs forces & les employer à la nutrition des productions utiles.

Les Pêches doivent être découvertes avec beaucoup de précaution, & accoutumées peu-à-peu aux rayons du soleil qui est nécessaire pour leur donner une belle couleur & perfectionner leur goût. Il ne faut les cueillir que dans leur parfaite maturité, qui se connoît aisément à leur couleur & à la facilité avec laquelle elles se détachent. Il est bon de leur faire passer au moins quelques heures dans un lieu frais avant que de les manger. Celles même qui doivent être transportées, ne doivent être cueillies que très-peu de temps avant leur parfaite maturité. Car si les Pêches font bien leur eau hors de l'arbre dans une Fruiterie ou ailleurs, c'est souvent une eau désagréable, & toujours inférieure en bonté à celle qu'elles font sur l'arbre.

[ocr errors]

ON donne aux enfants, comme vermifuge, du lait dans sequelon a fait bouillir des feuilles de Pêcher. Les fleurs de Pêcher mangées en salade ou autrement sont très - purgatives; on en fait un syrop qui a la même vertu. L'amande des Pêches a les mêmes qualités que l'amande amere.

Les Pêches se mangent crues, sans sucre ou avec du sucre ; cuite dans l'eau bouillante (on les y laisse à peu près autant de temps qu'il en faut pour cuire un œuf frais ) & saupoudrées de sucre; en beignets ; en compote ; confites en marmelade ; confites à l'eau-de-vie; séchées au four; confites au vinaigre comme les cornichons : pour ces deux derniers usages, on préfere les Pavies aux Pêches fondantes.

[graphic]

Le goût réunit tous les sentiments sur la bonté des Pêches crues; les estomacs les partagent sur leurs qualités ; les uns les trouvant fiévreuses & de difficile digestion, à moins qu'elles ne soient corrigées par le vin & le sucre, ou même la cuisson ; les autres les digérant facilement, sur-tout les Pêches fondantes,

les regardent comme un fruit très-sain,

[merged small][merged small][graphic]
« ZurückWeiter »