Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

DE

L'ACADÉMIE D'ARCHÉOLOGIE

DE

BELGIQUE.

XXIV.

2e SÉRIE, TOME QUATRIÈME.

ANVERS,

TYPOGRAPHIE J.-E. BUSCHMANN, RUE DES ISRAÉLITES.

1868.

Arc 273.2

HARVARD COLLEGE

FEB 3 1908

LIBRARY

By exchange

*.

1

LE

PÉAGE DE L'ESCAUT.

MÉMOIRE

PAR

M. EDM. GRANDGAIGNAGE,

DOCTEUR EN PHILOSOPHIE ET LETTRES, PROFESSEUR A L'ATHÉNÉE
ROYAL D'ANVERS.

INTRODUCTION.

Péages.

Les variations que le bas Escaut a subies depuis les temps historiques sont nombreuses; ses rives se sont transformées complétement et, durant les premiers siècles de notre ère, les îles qui séparent ses eaux près de son embouchure ont modifié plus d'une fois, par les inondations et les bouleversements que l'histoire a consignés, leurs contours sablonneux et couverts d'alluvions 1.

L'Escaut. Noms divers à son embouchure.

L'Escaut, à quelques lieues d'Anvers, se sépare en deux branches l'une, l'Escaut occidental appelé de temps immémorial le Hont ou Wester Scelt, se dirige vers Flessingue et forme comme un bras de mer; l'autre, l'Escaut

Commissaires rapporteurs MM. H. SCHUERMANS et L. TORFS.

V. DON MANN, Acad. de Brux. 1784, Sur l'ancien état de la Flandre maritime.

[ocr errors]

oriental, Ooster Scelt ou simplement 't Scelt, coule plus au

nord par Bergen-op-Zoom.

Ces deux bras du fleuve n'ont pas eu de tout temps la même importance relative; ainsi, de nos jours, l'Escaut oriental ne forme qu'une passe étroite, tandis que le véritable lit du fleuve se trouve dans l'Escaut occidental, situation toute différente de celle que nous offrent les cartes les plus anciennes 1. Aux temps reculés, l'Escaut occidental n'apparaît presque pas, et s'il n'est pas admissible que le Hont ait dû sa formation au creusement d'un canal fait au dixième siècle par l'empereur Othon, entre Breskens et Flessingue, et qui se serait élargi dans une des transformations du fleuve, il est vrai néanmoins que ce bras de l'Escaut n'était pas navigable et n'offrait aucune importance pour le commerce. Ce fait se trouve consigné dans divers actes, entre autres dans une ordonnance de 1469 concernant la prise d'un navire de Gérard Pels, «navieur »> d'Anvers, où il est dit que « au temps passé l'eau de la Honte était si petite que nulz ou bien peu de navires, venant de la ville d'Anvers pouvaient passer par la dicte rivière et que tous les navires passaient parmi le païs de Zélande. » Ainsi, pendant que le Hont est devenu plus large et plus profond, l'Escaut oriental s'est resserré en plusieurs endroits, surtout sur les côtes de Brabant, où plusieurs terrains bas furent endigués et réunis 2.

1

V. KLUIT, Hist., crit., Comit. holl.

* V. WILLEMS, Mengelingen van vaderlandschen inhoud et les notes accompagnant la carte de l'Escaut insérée dans l'ouvrage.

L'Escaut, au bas de son cours, a porté des noms multiples et variés que nous rencontrerons parfois dans ce mémoire; il sera donc utile de déterminer les lieux auxquels on les a appliqués.

On sait que ce fleuve formait autrefois à son embouchure un plus grand nombre d'iles que de nos jours; c'était d'abord Zuid-Beverland, ayant Borselen, Stuvezant et Walcheren à l'ouest et Wolfersdyck au nord-ouest; au-dessus de celle-ci, et s'avançant davantage vers la mer, l'île de Noord-Beverland. Enfin, en allant de la terre ferme vers l'occident, on rencontrait successivement les îles de Tholen, St-Martensdyk, St-Anna-land, Stavenisse, Duveland et Schouwen. Sud-Beverland est la plus grande de ces iles, à laquelle se trouve aujourd'hui réunie celle de Stuvezant et de Borselen ; elle forme par son extrémité orientale la séparation des deux bras de l'Escaut près de Bath. Là se trouve le Kreek ou Kreekrak qui unit les deux branches du fleuve et sert principalement à la navigation intérieure. La réunion des deux courants se fait aussi par une communication plus large, mais non navigable, notamment par la pointe orientale de l'île, submergée à chaque marée. A cette partie, l'Escaut était nommé Boomkreke ou Cromvliet et, plus près du Brabant septentrional, l'Agger. Le détroit, qui existait jadis entre l'île de Zuid-Beverland et Stuvezant, était désigné sous le nom de Dierkou Diese, et le bras de mer actuel, entre cette grande ile et l'île de Walcheren, est appelé lé Rammekensveer t' Vlacke et plus au nord le Sloe.

« ZurückWeiter »