Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

parte en employant le canon contre Paris avec cette différence, toutefois, que Bonaparte fit contre la classe bourgeoise ce que le général Cavaignac a fait contre le peuple. » Nous voyons avec peine la presse anglaise accepter cette distinction révolutionnaire entre la bourgeoisie et le peuple : pour nous, le peuple, dans une république avec le suffrage universel , se compose de toutes les classes ( puisqu'il y a encore des classes), groupées autour de l'assemblée nationale. Un ou deux quartiers de Paris, en les supposant peuplés d'une population homogène, ne sont pas tout le peuple de Paris, comme le peuple de tous les quartiers de Paris ne peut pas se proclamer emphatiquement le peuple français en opposition à tous les départements.

Lord Palmerston a répondu dans le parlement à l'insinuation de M. Flocon qui accusait l'or anglais d'avoir payé et excité l'insurrection de juin. Nous disons nous-mêmes ailleurs combien celle accusation nous a paru ridicule.

Dans un paragraphe de notre correspondance, il est fait allusion à la comète de 1264, dont un astronome anglais prédit le retouren juillet 18-18, parce que ce mois-ci elle aura accompli pour la deuxième fois son évolution de deux cent quatre-vingt-douze années, ayant déjà reparu au bout de ce laps de temps en juillet 1556. Les auteurs contemporains remarquèrent que, pendant les quatre mois de son apparition, le pape Urbain fat malade et qu'il mourut la nuit même où elle cessa d'être visible. Mais ce n'est pas seulement le pape qui serait menacé par analogie en 1848. Roger Bacon (dont, par parenthèse, M. Cousin vient de découvrir et mettre en lumière une æuvre inédite ), Roger Bacon, esprit supérieur, mais qui donnait un peu dans les spéculations astrologiques, prétend (opus. m., p. 4, p. 243, édit. 1733) : « que la comète de 1264 étant produite

par la vertu de Mars (car en juillet 1264 Mars étant dans le signe du Taureau et la comète se montrant au signe du Cancer, elle ne cessa de tendre vers sa cause génératrice comme l'aiguille tend au pôle), ladite comète est une comète guerrière qui menace le monde entier de discordes, de lumultes, de batailles, etc., etc. » Si la comète reparaît, nous voilà prévenus ; d'autant plus que même avant qu'elle paraisse, son influence s'est fait déjà sentir, il nous semble, en février et en juin pour la France, en mars et les autres mois pour l'Allemagne, l'Italie, etc.

Les journaux anglais et les nôtres annoncent la première livraison d'une feuille hebdoinadaire qui paraît en français à Londres, sous la direction d'un M. Georges de Klindworth. Le bruit s'est répandu que M. Guizot était le principal rédacteur de ce journal politique, qui se pose comme une barrière contre loute idée de désordre et de révolution. C'est s'y prendre un peu tard. Les amis de M. Guizot nient qu'il soit pour rien dans cette publication, et nous en croyons ses amis plutôt que ses ennemis. Nous savons que cet homme d'état a déclaré que sa carrière politique était fermée. Il est revenu à ses travaux historiques, et s'occupe en ce moment de terminer l'histoire de la révolution d'Angleterre. On a, dit-on, proposé à M. Guizot un chaire d'histoire à l'Université d'Oxford. Nous doutons que les statuts de cette Université rendent celte offre possible. Le fait est que si M. Guizot avait voulu faire des cours publics en Angleterre, plus d'une Société littéraire avait songé à s'approprier un tel professeur.

Il a paru à la librairie Guillaumin un choix de petits volumes et de brochures sur toutes les questions à l'ordre du jour. C'est d'abord une réfutation complète du système de Louis Blanc, par M. Léon Faucher : du système de Louis Blanc ou le travail, l'association et l'impót. Cette brochure survivra au système de l'organisation du travail, et espérons-le, aux maux que son auteur ( l'auteur de la prétendue organisation) a causés à la France. Viennent à côté de ces pages pleines de sens, la Liberté du travail, discours d'ouverture de M. Michel Chevalier, qu'un nouvel ordre de choses rappellera lôt ou tard dans sa chaire; – Étude sur les profits et les salaires, par M. Joseph Garnier; - le Plan social et humanitaire, de M. J. I. B. Coulon; - Impôt sur les rentes, par L. Davesies, ancien sous-préfet (prix : 50 c.); - Organisation du travail agricole, par M. P. Soigneaux (prix : 25 C.); – du Travail el de l'organisation des industries, par M. Victor Luro; – des Nouvelles idées de réforme industrielle, par M. A. Clément (prix : 25 c.); — Faclieux ! factieux! par Victor Champhol ( prix : 25 c. ). Cette dernière brochure est passablement satirique : le style en est vif et piquant.

RÉCLAMATION.

Paris, le 22 juin 1848.

« Monsieur le Directeur de la REVUE BRITANNIQUE à Paris,

Votre numéro du mois d'avril dernier contient, sous le titre : les Condottieri modernes, un article reproduit d'une Revue anglaise. Cet article renferme de nombreuses et graves erreurs, que nous devons attribuer à l'ignorance, sinon à la malveillance de son auteur.

> On y allaque par de viles calomnies l'honneur de la légion étrangère, passée au service de l'Espagne, et notamment l'honorable général Bernelle, qui l'a commandée avec tant de distinction, et sous les ordres duquel nous avons eu l'honneur de servir dans ce corps.

» Il est de notre devoir de réfuter toutes les allégations mensongères contenues dans cet article, et c'est ce que mes anciens frères d'armes, résidant à Paris, et moi, nous nous proposons de faire; mais voulant donner à notre résulation toute l'authenticité désirable, en l'appuyant de la production ou de l'extrait des pièces originales justificatives, le temps ne nous permet pas de pouvoir vous donner ce travail avant la mise sous presse de votre prochain numéro.

→ En attendant la publication du numéro suivant, veuillez, monsieur le Directeur, accueillir la présente déclaration.

Nous vous prions d'agréer l'assurance de notre parfaite conside ration.

» COUSANDIER,
» Ancien major de la légion étrangère,
» Délégué de quinze officiers de divers grades,

et sous-officiers de l'ex-légion étrangère, ré-
sidant à Paris. »

REVUE

BRITANNIQUE.

« ZurückWeiter »