Examen critique du déchiffrement des inscriptions cunéiformes assuriennes

Cover
1861 - 4 Seiten
0 Rezensionen
Rezensionen werden nicht überprüft, Google sucht jedoch gezielt nach gefälschten Inhalten und entfernt diese
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 15 - Quand un signe idéographique a plusieurs significations, on ajoute comme complément, pour l'intelligence du lecteur, la lettre qui devrait finir le mot, s'il était écrit en syllabes (p.
Seite 20 - Je dis : J'ai construit le palais, le siège de ma royauté, le cœur de Babylone, dans la terre de Babylone, j'ai fait poser les fondations à une grande profondeur au-dessous du niveau du fleuve; j'ai relaté sa construction sur des cylindres recouverts de bitume et de briques.
Seite 16 - Pons, comme le montre la fin de sa let<t tre, joignait cette honnête modestie. qui fait qu'on se dc« fie de soi-même, qu'on ne veut rien avancer qu'à coup « sûr, qu'on ne donne pas ses conjectures pour des certi...
Seite 9 - Babylone, ou, pour parler plus exactement, de cet allié du roi de Sennaar, tombe au temps d'Abraham, c'est-à-dire 1977 ans avant notre ère, d'après la chronologie vulgaire, et 1971 ans, d'après la chronologie astronomique. Malheureusement, M. Oppert ne fournit aucune espèce de preuve du caractère scythique de Kedorlaomer, etainsi, quelque regret que nous en ayons, nous ne pouvons voir que des assertions gratuites dans les assurances qu'il nous donne de « l'existence antique d'une civilisation...
Seite 11 - Nous pourrions donc abandonner la pauvrette à son sort. Toutefois, notre rôle de critique consciencieux nous oblige à faire connaître les raisons sur lesquelles M. Oppert établit ce principe de lecture, si contraire au principe de toute écriture. D'abord, il le constate dans les mots, comme un fait auquel on ne peut se soustraire, quoi qu'on fasse (p. 48). Ainsi, par exemple, le même caractère termine le nom de Darius et le nom de...
Seite 8 - Cet exemple présenterait quelque analogie avec le fait des idéogrammes complexes, si c'étaient les Allemands qui eussent écrit « de la Hauteflamme » et prononcé « von Hohenlohe ». Mais alors aussi les Allemands auraient écrit l'allemand en langue française, chose qui renverse tellement toutes les notions du possible qu'il n'est pas seulement permis de la supposer *. Mais, dit-on, c'est l'origine hiéroglyphique de l'écriture assyrienne qui explique cette bizarrerie des monogrammes complexes,...
Seite 15 - Non ; et toutefois quelques doutes nous viennent, sinon contre la réalité du complément phonétique en assyrien, du moins contre la validité des preuves que l'auteur nous en administre. Il nous semble que ces preuves ne vont pas à leur but, et certainement elles ne sont pas faites pour convaincre M. Rawlinson. Que le lecteur en juge. «Par exemple (c'est M. Oppert qui parle) , le caractère -^4 a beaucoup de valeurs. Il signifie prendre, aller, se lever, montagne, pays. Le mot prendre se dit...
Seite 7 - st vrai, que c'est chose assez facile, lorsque les idéogrammes sont simples, c'est-à-dire qu'ils sont représentés par un signe unique et qu'ils se produisent dans de courtes inscriptions trilingues, où il ya beaucoup de noms propres, parce qu'alors, après avoir opéré le triage des groupes de ces noms, on parvient à les isoler; mais il n'ya pas que des idéogrammes simples, il ya aussi des idéogrammes complexes. Or, ces idéogrammes complexes ressemblent...
Seite 19 - Achéménides. 11 suffira de rappeler l'inscription de Bisoutoun, qui, malgré son état de mutilation, nous fournit les renseignements les plus précieux sur la dynastie achéménide, et, en particulier, sur l'avènement au trône de Darius fils d'Hystaspe et les luttes qu'il eut à soutenir contre neuf compétiteurs à l'empire. Nous y puisons, de la bouche même de ce roi, sur l'état politique et religieux de la Perse, des renseignements qui l'emportent, pour la précision desdétails, sur ceux...
Seite 12 - Voilàdéjàun principe qui heur le de front le caractère alphabétique bien connu des écritures sémitiques. Il ne faudrait pas invoquer comme exemple l'écriture éthiopienne, car l'éthiopien a 26 lettres, ni plus ni moins, auxquelles est inhérent seulement le a bref, comme en sanskrit, et qui, lorsqu'on leur annexe une autre voyelle, expriment cette voyelle par un trait sans que d'ailleurs la forme spéciale de chaque con1 N'est-il pas probable, en effet, que celle écriture, si étrange et...

Bibliografische Informationen