Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small]

L E COIGNASSIER n'est qu'un petit arbre , dont la forme n'a aucune régularité. Le Coignassier à feuilles étroites, Cydonia angustifolia vulgaris. Inst. n'excede pas la grandeur d'un arbrifseau , & ne se cultive que par les Pépiniéristes, qui en tirent par marcotes & par boutures, des sujets pour greffer dessus les Poiriers destinés pour les espaliers, contrespaliers & petits builsons. On éleve les autres Coignassiers tant pour le même usage que pour leur fruit.

I. CYDONIA latifolia, Lusitanica. Inst.

COIGNASSIER de Portugal. Ce Coignassier est le plus grand de tous, & le plus propre à recevoir la greffe des Poiriers vigoureux qui ne peuvent subsister sur le Coignassier à petites feuilles. Il donne aussi le plus beau & le meilleur fruit; mais il en produit peu.

Ses bourgeons sont longs & forts, d'un vert-brun, très-tiquetés de petits points fauves, coudés à chaque næud.

Ses boutons sont larges par la base, applatis & comme collés fur la branche. Les supports sont larges, élevés, & d’un rouge yif à l'extrémité.

Sa fleur a trente lignes de diametre. Elle est composée 1°. d'un calyce d'une seule piece, divisé en cinq grandes échancrures Tome 1.

Cc

semblables à de petites feuilles, dentelées finement par les bords, & relevées d'une arrêre directe , & de plusieurs petites nervures latérales; elles sont ovales, terminées en pointe: 2°. de cinq grands pétales longs de quatorze lignes , larges de dix lignes, arrondis par l'extrémité, très-concaves, disposés en rose, teints par les bords extérieurs d'une belle couleur de rose claire , lé

gérement lavés de la même couleur en-dedans: 3o. de quinze - à vingt étamines longues de six lignes , de couleur de rose , ter

minées par des sommets jaunes: 4°. d’un pistil formé d'un embryon, qui fait partie du calyce , & de cinq styles d'un vertjaune, beaucoup plus courts que les étamines, & surmontés par des stygmates. Les fleurs de tous les Coignassiers sont les mêmes, & ne different que par la grandeur, & le ton de couleur plus ou moins fort. Celles du Coignassier à petites feuilles ont vingtdeux lignes de diametre; leurs pétales font lavés très-légérement de couleur de rose, & les échancrures du calyce sont beaucoup plus grandes à proportion. Les fleurs des autres Coignassiers tiennent le milieu entre celles-ci, & celles du Coignassier de Portugal.

Les fleurs des Coignassiers n'ont point de pédicule proprement dit. Au printemps, le bouton à fruit s’alonge & produit une branche, sur laquelle il se développe cinq ou fix feuilles, & à son extrémité une seule fleur.

Ses feuilles sont grandes, alternes , unies par les bords, d'un vert-clair en-dedans, blanchâtres & couvertes d'un duvet fin & épais en-dehors. Les neryures sont déliées & peu faillantes; la grosse est teinte de rouge, Les grandes feuilles des bourgeons ont quatre pouces & demi de longueur, & trois pouces & demi de largeur; leur forme est presqu'oyale raccourcie. Celles des branches à fruit sont plus alongées, larges du côté de la queue, pointues à l'extrémité; les grandes ont quatre pouces & demi de longueur sur trois pouces de largeur. Les feuilles de ce

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

Coignassier, & celles du Coignassier commun qui ont à peine deux pouces trois quarts sur deux pouces, peuvent être regardées comme les deux extrêmes des feuilles de Coignassier. .

Son fruit est gros, long, anguleux ou mal arrondi sur son diametre qui est de deux pouces & demi sur trois pouces quatre lignes de hauteur. Son plus grand renflement est plus éloigné de la queue que de la tête. Il diminue beaucoup de grosseur vers la tête où l’æil est placé dans une cavité profonde dont les bords font relevés de carnes ou bosses faillantes; cet vil bordé des échancrures du calyce qui subsistent dans la plupart des fruits jusqu'à leur maturité, est peu ouvert, étant serré par cinq tumeurs qui font placées derriere les échancrures. L'autre côté du fruit diminue beaucoup plus de grosseur, mais moins réguliérement, & faisant un peu la calebasse; il se termine en pointe obtuse, au sommet de laquelle s'implante l'extrémité de la branche qui sert de queue au fruit, dans une petite cavité formée par un bourrelet ou une extension du fruit qui recouvre cette extrémité de la branche jusqu'aux dernieres feuilles qu'elle a produites.

La peau est jaune, couverte d'un duvet qu'on enleve facilement en la frottant avec la main.

La chair est plus tendre & meilleure , tant en confitures qu'en compotes, que celle des autres Coings.

Le goût des Coings, & leur odeur sont assez connus.

On trouve dans les Coings cinq loges, dont chacune contient de huit à quatorze pepins applatis. Ces loges sont formées de membranes tendres comme celles des Poires. L'axe du fruit est creux, & fait une étoile à cinq rayons qui s'étendent entre les loges.

Les Coings mûrissent au commencement d'octobre, & se conseryent rarement au-delà du mois de Noyembre.

« ZurückWeiter »