Abbildungen der Seite
PDF

Les uns rabattent le scion à hauteur du fil de fer, et même un peu au dessous sur un œil placé dans la direction que devra suivre la tige. Si l'on désire une végétation vigoureuse, le but peut être facilement atteint, surtout si chaque année on taille la flèche à moitié ou aux deux tiers de sa végétation. Ce système peu causer plus d'embarras, surtout pour un novice par l'exès de végétation qu'il. donne et le peu de production fruitière. Les yeux qui avoisinent le terminal, l'année de la plantation, se développent avec plus de vigueur que leur position ne le permet pour l'avenir ou leur position et l'inclinaison que subira la flèche par le palissage. Si rigoureusement pincés qu'ils soient, ils prennent toujours un trop fort empâtement. La taille de la flèche est sans utilité. Ces arbres se plantent à 1"‘,50 ou 2"‘, ont plutôt besoin d'une prompte mise à fruits, que d'une grande vigueur.

D'autres n'inclinent la tige des arbres que la seconde année; afin, disent-ils, de faire acquérir plus de vigueur au sujet. Encore une fois, la forme anormale à laquelle on soumet les arbres dans cette forme, nécessite plutôt d'utiliser la sève au profit des fruits que des. bourgeons. Qu'arrive-t-il la seconde année, au moment du palissage? On est obligé de donner à 1a tige une courbe allongée pour éviter de la casser. Cette courbure forcée contracte et dilate les canaux sèveux, et force la sève à se faire jour aux yeux latents de la partie verticale qui, s'ils ne sont rigoureusement surveillés, tombent dans le même cas que par la méthode précédente.

Enfin, d'autres (et je suis de ce nombre) plantent et inclinent la flèche la même année, ne la taillant pas au moment de la plantation, ni les années suivantes.

Depuis 25 ans que je pratique ce système je m'en suis toujours bien trouvé. Si dans la partie verticale ou sur le coude des bourgeons paraissent devoir prendre trop d'accroissement, lorsqu'ils auront acquis 0'208 à 0'210 de longueur, ils seront taillés au sécateur sur les deux ou trois premières feuilles à 0'" ,Ol au plus. Les yeux intermédiaires jusqu'à la partie moyenne, recevront des incisions s'ils ne sont pas bien constitués.

Je n'hésiterai pas aujourd'hui à prendre deux branches opposées sur le cordon horizontal; l'expérience m'a prouvé que l'emplacement était plus vite garni, sans préjudice pour l'harmonie et l'économie de l'arbre.

On abuse généralement trop de la taille. Lorsqu'on veut soumettre un arbre à une forme restreinte selon sa nature, il faut qu'il soit complètement à fruits avant d'avoir atteint la limite qu'on lui a assignée, ce qui ne peut s'obtenir que par la supression herbacée et l'abstention de la taille au moment du repos de la sève.

La mise à fruit d'un arbre, à forme restreinte est un état de caducité prématurée. La supression des parties herbacées, pendant la circulation de la sève, en paralyse l'action. Les racines en reçoivent un choc qui amoindrit leurs fonctions normales, et, ne nous le dissimulons pas, abrège la vie de l'abre. La suppression pendant le repos de la sève donne au contraire, de la vigueur à l'arbre. Les racines sont dans un état d'engourdissement et ne souffrent aucunement de cette opération. Au moment de la reprise de la végétation, l'action des racines destinées à alimenter la partie supprimée par la taille, se porte sur les yeux et les fait se développer avec d'autant plus de vigueur, que la taille aura été faite plus courte. Delà la stérilité comparative des arbres restreints par la taille et la fertilité de ceux qui ne sont que peu ou pas taillés.

Les formes restreintes abrègent la vie des arbres avons nous dit ; mais si leur existence à l'état normal doit être d'un siècle, si nous obtenons le maximum de leur produit, en 25 ans nous ne dévions pas de la voie de production qui est la fièvre

et la nécessité du jour. H. ROBINET.

PUBLICATIONS HORTICOLES Le Verger. - Le numéro de novembre de cette publication d'arboriculture et de pomologie, dirigée par M. Mas et éditée par MM. Masson, renferme, comme les précédents,

quatre planches, contenant chacune deux figures de poires coloriées bien réussies. La description de l'arbre et des fruits est précise, claire et courte. C'est ce qui convient au lecteur qui n'a pas toujours le courage de suivre les écrivains prolixes, copistes des Duhamel, des La Quintinie et autres historiographes d'arbres fruitiers. Chaque numéro du Verger contient une chronique intéressante des principaux faits qui se sont produits dans chaque mois.

Les meilleurs Fruits. - M. Prud'homme, de Grenoble, éditeur du Sud-Est, continue avec succès cette autre publication d'arboriculture et de pomologie. Elle paraît à de courts intervalles par fascicules d'environ 60 pages. Le texte renferme la figure noire des fruits décrits avec beaucoup de précision et de clarté, par M. de Mortillet. Les pêches, les cerises, ont déjà paru chacune en un volume spécial. L'auteur en est maintenant aux poires, aux meilleures poires.

Almanach de 1a vigna- Parmi les almanachs qui encombrent les vitrimes des libraires, nous distinguons celui de la vigne et du vin, publié par Charles Tondeur, et édité par MM. Masson et Fils. Cette petite brochure renferme un bon choix d'articles de nos bons écrivains spéciaux, et l'indication des travaux vinicoles de chaque mois. Son prix modique (50 centimes) est à la portée de tous les Vignerons.

Rapport sur l'établissement horticole de MM. Baltet frères, de Troyes.

Une commission de la Société horticole, vigneronne et forestière, de Troyes, a présenté à cette Société un rapport trèsexplicite sur l'établissement ci-dessus nommé. Le rapport est signé de M. Gellier, jardinier-chef de la ville.

Ce rapport est un catalogue raisonné des espèces d'arbres cultivées dans l'établissement, des modes de culture qui y sont employés, des importations, des découvertes, etc., de MM. Baltet. Comme on le voit, il ne manque pas d'intérêt.

[graphic][ocr errors][graphic]

l yon. - Imprimerie du Salut Public. - Ballon. rue Impériale, 33.

CHRONIQUE

Actualité. - Dn programme du concours régional. - Ordre des opérations du concours. -Floraison des Camélias. - Concours de taille de la vigne à . Belleville-sur-Saône. - Plantes alimentaires pour les poissons. lguame de la Chine à . tubercules ronds. - Pommes de terre de trois mois. - Bombyæ Mylitto. - Exposition d'horticulture à . Genève. - Exposition internationale d'horticulture à . Saint-Pétersbourg. - Exposition agricole à . Namur (Belgique). - Réservoir d'eau des toits g rectification.

- La température de février a été, dans notre région, celle habituelle du mois d'avril. Aussi les prairies sont-elles d'une verdure toute printanière et les blés, les colzas, vigoureux. Les amandiers ont fleuri; les .pêchers présentent déjà quelques corolles pourprées; les poiriers entr'ouvrent aussi leurs gros boutons. La vigne heureusement paraît attendre, pour montrer ses pampres,un temps plus sûr. La taille s'est faite promptement pendant les beaux jours de janvier et de février; elle est à peu près achevée en ce moment.

Depuis quelques jours un temps gris, pluvieux et froid, nous cache les rayons du soleil. Au moment où nous écrivons, de larges flocons de neige tombent serrés, Nous n'échapperons donc pas aux giboulées de mars.

- Nous remarquons dans le programme des concours régionaux agricoles quelques heureuses dispositions. Ainsi les premiers prix sont affectés aux meilleures races pures d'animaux reproducteurs de chaque région. Un concours spécial de machines et d'instruments d'intérieur et d'extérieur de ferme fait partie de l'exposition générale. Huit prix de la valeur de 1,400 fr. seront mis à la disposition du jury, à Lyon, pour récompenser les lauréats de ces spécialités.

Une exhibition de produits horticoles sera annexée à celle de l'agriculture. L'administration lyonnaise a voté une somme

de 5,000 fr. pour les frais de cette exposition. Elle a mis à la disposition des horticulteurs de la région un espace de terrain de 100 mètres de longueur et de 80 mètres de largeur sur le cours Napoléon , du côté de la Saône. Quelques horticulteurs bieninspirés désireraient qu'une vaste serre fût installée sur cet emplacement, pour recevoir les plantes exotiques ou fleuries.

Voici l'ordre dans lequel ont été réglées les différentes opérations du concours agricole, qui durera du samedi 17 au dimanche 25 avril prochain.

Le samedi 17 avril. Réception des machines et instruments, à 8 heuies du matin; à 2 heures, classement et montage.

Le lundi 19 avril. Concours spéciaux. Essai public des instruments. Prix d'entrée : 1 fr. par personne.

Le mardi 20 avril. Suite des concours spéciaux , commencement du jugement des instruments sur place. Prix d'entrée: 1 franc.

Le mercredi 21 avril. Suite du jugement des instruments sur place. Prix d'entrée : 1 franc.

Délibération de la section chargée de décerner la prime d'honneur.

Réception des animaux, après la visite faite par le vétérinaire désigné par le commissaire général, et réception des produits agricoles, de 8 heures du matin à 2 heures.

Classement des animaux et des produits agricoles.

Aucun taureau ne sera admis dans le concours s'il n'est muni d'un anneau ou d'une mouchette.

Le jeudi 22 avril. Opérations du jury des animaux.

Opérations du jury des produits agricoles.

Exposition des instruments. Prix d'entrée : 1 franc par personne.

Exposition des animaux. Prix d'entrée pendant les opérations du jury : 2 francs par personne. I

Le vendredi 23 avril. Exposition de tout le concours. - Prix d'entrée : 1 franc par personne.

Le samedi 24 avril. Continuation de l'exposition de tout le concours. Prix d'entrée : 50 centimes par personne.

« ZurückWeiter »