Abbildungen der Seite
PDF

les Hydrangées auxquelles il appartenait; les Français et les Allemands lui ont conservé le nom d'Hortensia. Cette fleur, si souvent reproduite dans les dessins chinois, a été la favorite de la belle reine Louise de Prusse et de Goëthe. Elle a acquis dans toute l'Europe une grande popularité.

LAGERSTRŒLIIA. - Presque aussi brillant que l'hortensia, le lagerstroemia est beaucoup moins répandu, parce qu'il est plus délicat. Son origine indienne ne s'accommode qu'à regret de notre latitude. Il est splendide à Bordeaux et dans tout le Médoc. Il réussit même au bord de la Loire, sauf à y voir parfois ses tiges gelées comme celles des lauriers et des figuiers. Cet arbuste, de la famille des Salicariées, ayant à peu près le port du lilas ou des viornes, s'épanouit au mois de septembre sous une splendide floraison rouge, rose ou violette, selon les variétés. L'éclat de la floraison est soutenu par la fermeté de petites feuilles luisantes, un peu plus grandes que celles du grenadier. Il a tout le brillant de ce dernier arbuste et sa fleur. Quand Linné a donné à cet enfant de l'Inde le nom de son ami Lagerstroem (prononcez Lerstreum, qui signifie littéralement torrent de flammes), a-t-il pensé, comme le Père Feuillée pour Calcéolari, à faire de l'harmonie imitative?

LOBELIA. - Mathias Lobel , contemporain de Calcéolari , naquit en Flandre, mais passa à Londres la majeure partie de sa vie, où il s'occupa de médecine et de botanique. Nous appliquons à son nom un charmant genre de plante dont la plume élégante des mistress London a dit que rien n'en peut surpasser la beauté. .

. LONICERA. -Un peu avant Lobel, Adam Lonicerus, médecin de Francfort-sur-le-ltlein, publia, en 1551, une Histoire des plantes qu'il perfectionna ensuite. Son nom nous amène à un gracieux genre d'arbrisseaux, au Lonicera allié au Gaprifolium. Adam Lonicerus, né à Marbourg, enseigna les mathématiques dans sa ville natale, puis s'établit à Francfort, où il fut le médecin du Sénat pendant trente ans. Linné donna le nom de ce savant à un genre de plante; mais ce ne fut pas sans soulever

des controverses entre les botanistes, dont les uns voulurent conserver le nom de Caprifoliitm. Les français disent encore Chèvrefeuille, et les allemands Geisbaltt, qui a le même sens.

TABERNŒMONTANA.-J8Cqli6S-Thé0d0I‘8, né à Bergzabern, duché de Deux-Ponts, mort en 1590, n'avait pas de nom de famille, et pour y suppléer il prit celui de sa ville natale, qu'il latinisa en Tabernœmontanos. Voyageur et médecin, il rassembla un herbier de 3,000 plantes, assista au siége de Metz en 1552, et il guérit les plaies d'armes à feu par la poudre d'armoise; il a découvert et mis en vogue les eaux minérales de Langen-Schwalbaclaûn lui a dédié un genre d'arbustes à brillantes fleurs blanches, semblables à celles du jasmin commun, mais beaucoup plus larges, introduit des Indes Orientales, sous le nom de Tabernæmontana.

THUNBERGIAP- Thumberg, suédois, disciple de Linné, envoyé à Ceylan et au Japon en 1772 par la Compagnie hollandaise, a laissé son nom à une jolie famille dHAc-anthacées qui décore nos serres.

Tmnnscxnrntc-ÄLes jolies Tradescantia, parmi lesquelles se distingue surtout la T. Zebrina, doivent leur nom à la mémoire de Jean Tradescant, naturaliste et voyageur hollandais. Il s'établit en Angleterre, où, après avoir créé un jardin botanique à Lambeth (aujourd'hui compris dans Londres), il devint le directeur du jardin de Charles I". Il mourut en 1652. et son fils Jean, qui ne lui survécut que dix ans, publia sous le titre de illuseum Tradescantium, une description des objets d'antiquité et d'histoire naturelle rassemblés par son père, et qui depuis ont formé le premier noyau du musée Ashmoléen,

[ocr errors][merged small]

EXPOSITION INTERNATIONALE DE HAMBOURG.

La Rode, 14 Octobre 1869.
MONSIEUR LE RÉDACTEUR,

[ocr errors]

J'ai lhonneur de vous adresser la note suivante extraite du Journal de Toulouse, du 4 octobre’ dernier. Les succès sont trop rares en horticulture dans notre Midi, pour que la Revue des Jardins et des Champs n'ouvre pas ses colonnes au suivant, qui fait honneur à la France entière. H. R.

Cette Exposition horticole a largement tenu toutes ses promesses. Elles auraient même été dépassées, s'il fallait en croire plusieurs organes de la publicité. Pour donner une simple idée non de sa magnificence, mais de la grandeur de la lutte entre exposants, il nous suffira de faire connaître que quatre cent-quatre concours étaient ouverts entre toutes les contrées des deux mondes, représentées à. cette vaste exhibition.

Pour la section des fruits, la concurrence avait été divisée en trois zones, afin que les contrées les moins favorisées n'eussent a subir aucun désavantage. Dans la première zone se trouvaient la Norwége, la Suède, le Danemark, la Finlande, la Pologne; dans la deuxième, l'Angleterre et l'lrlande, la Hollande, l'zillemagne du Nord, la Russie méridionale a l'exclusion de la Crimée, l'Amèrique septentrionale; enfin, dans la troisième zone, la France, la Belgique, les États du Sud de l‘AlIemagne, l'empire d'Autriche et les contrées méridionales de l'Europe.

Hâtons-nous maintenant d'annoncer que notre ville de Toulouse, représentée à. cette magnifique Exposition internationale par notre éminent horticulteur, M. Déinouilles, a vaincu dans cette lutte pacifique les diverses contrées figurant dans la troisième zone au concours 325 du programme d'admission, et que le grand prix d‘honneur a été remporté par notre compatriote, pour sa collection de fruits, la plus complète, la plus variée et la mieux désignée de

l'Exposition. Cet éclatant succès, en une telle occurrence, fait le plus grand honneur à. l'horticulture française et particulièrement à. celle de Toulouse; car on sait que parmi les pays engagés dans la lutte, il en est dont l'horticulture savante est constamment en progrès et jouit en Europe d'une haute renommée.

Sur huit grands prix d'honneur, décernés par le Jury international pour toutes les classes d'horticulture, notre compatriote, M. Démouilles, a eu la bonne fortune d'en obtenir un, le seul accordé à. la France, et nous devons hautement l'en féliciter, puisqu'en cette occasion il a tenu haut la bannière de notre cité.

Le grand prix d'honneur qui lui a été délivré par S. A. R. le grand-duc Pierre d'Oldenbourg, au nom de la Confédération de l'AIIemagne du Nord, consiste en une immense coupe d'argent, splendidement ciselée et ornée d'un couvercle, vrai chef-dIœuvre, sur lequel se dresse la statuette de l‘Industrie.

Ce succès que nous enregistrons dans nos colonnes, ajouté a tous ceux qu'a déjà . remportés notre compatriote, est pour lui, sans aucun doute, un nouveau titre à. l'estime publique et donne une nouvelle consécration a la réputation dont jouit son établissement horticole;

mais nous croyons qu'en cette circonstance mémorable, dans un

[ocr errors]

concours d une telle importance, ce succès intéresse par dessus tout l'honneur de la cité. R. V. ' '

PLANTES NOUVELLES OU RARES

M. Charles Hubert et C°, d'Hyères (Var), a publié un volumineux catalogue de toutes sortes de graines de plantes nouvelles, décoratives et alimentaires, des meilleurs choix. Parmi ces plantes nous remarquons les Adonis, les Amaranthes au feuillage si varié et si riche en coloris, le Beta cicla, poirée à carde du Chili, les Ipomæa du Brésil, le Lobelia ramosa, le Cyperus myrtostachys , le Gymnotkrù: latifolia, l'lmperata saccharidifolia, le Panicum macrostachum, les séries très-intéressantes d'oignons àfleurs et de graminées sèches, pour bou

quets, etc., etc. L'établissement de M. Ch. Hubert se recommande par la régularité du service et ses prix modiques.

- M. Ducher, rosiculteur (l), met en vente dix rosiers Bengales, thés et noisettes nouveaux, qu'il dit avoir obtenus par la fécondation artificielle. Voici leur noms et leurs coloris : Bengale Ducher, rose; thés : Madame Ducher, issu de Gloire de Dijon; Chamois;'leanne d'Arc, jaune clair; le Mont-blanc, blanc jaunâtre; Tour Bertrand, jaune clair, issu de Gloire de Dijon; Sulfureuæ, jaune soufre; Noisettes: Lamarck jaune; Rêve d'or, jaune foncé; Jlfycrophylla iznbricata sarmenteuæ.

- M. Liabaud, horticulteur entre autres plantes nouvelles, telles que Colezæ et autres genres variés, annonce les rosiers nouveaux suivants: Hybrides remontants : Albion, issu du Géant; Jules Seurre, rouge feu, nuancé de carmin; Baron Chaurand, rouge écarlate velouté; Jeanne Guillot, rose vif ; Madame Féfiy-Pwznard, perpétuel, à feuillage moussu, fleur rose carmin.

- M. Gonod, horticulteur (3), annonce les rosiers nouveaux hybrides remontants: Reine des Beautés, blanc carné; Madame Liabaud, blanc rosé; Newton, rouge groseille. ,

- MM. Soupert et Notting, horticulteurs à Luxembourg (Grand-Duché), mettent en vente 1e rosier hybride remontant. Madame Élisa Jœnisch, fleur large à pétales dentelés, rouge sanguin.

Tous ces rosiers, livrables dès le 1°’ novembre prochain, sont du prix de 25 francs. .

- M. Frémion-Babaud fils, horticulteur à Bourg, vient de faire paraître son catalogue, riche en conifères variés et forts, arbres fruitiers et d'agréments, jeunes plants, graines florales, potagères, etc.

- M. Devet, horticulteur à Bourg, cultive avec succès les arbres fruitiers, les rosiers et autres plantes utiles ou d'agrémeut.

(1) Chemin des Quatre-Maisons, à . la Guillotière-Lyon.

(2) Montée de 1a Boucle, 1, Croix-Rousse-Lyon.
(3) Rue des Maisons-Neuves. 51, à . Monplaisir-Lyon.

« ZurückWeiter »