Abbildungen der Seite
PDF

a Le suc gastrique, liquide sécrété par les glandes de l'estomac, contient de l'eau, les acides chlorhydrique et lactique, des sels minéraux ct. des matières organiques azotées.

a La bile, produit de la sécrétion du foie, est formée de beaucoup de sodium combiné à. différents acides, des matières colorantes et azotées.

a Le lait comprend, des corps non azotés : le beurre et le sucre de lait, des corps azotés, notamment la caséine, des principes minéraux, notamment l'acide phosphorique, la chaux, le potassium.

a PLANTES. - Arrêtons-nous un instant maintenant aux éléments des plantes qui ont le plus de valeur pour la formation et l'entretien de l'organisme des animaux herbivores.

« 1. Corps protéiques. -Parmi ces corps se rangent le gluten, l'albumine et la caséine végétales. Tous sont riches en azote, en phosphore et en soufre, comme les corps correspondants de la viande des animaux.

a Les semences sont les parties les plus riches en protéine et en acide phosphorique, surtout celles des plantes légumineuses et oléagineuses. '

« 2. Corps non azotés.- Nous pouvons les distinguer en trois groupes : '

a x. Éléments eætractzfi, soient les hydrates de carbone, le sucre, la dextrine, les gommes, l'amidon, la pectine, les acides organiques, etc. Ils disparaissent entièrement pendant leur parcours a travers l'organisme : le carbone qu'ils renferment, dans l'acte de la respiration, se combine avec l'oxygène inspiré pour former de l'acide carbonique qui est ensuite expiré. Leur hydrogène et leur oxygène sont éliminés sous forme d'eau par les poumons, par la peau et par les reins. Ces corps extractifs, non azotés ou ternaires

car ils ne contiennent que trois éléments: oxygène, hydrogène, carbone), ont encore été appelés éléments respiratoires.

« La production de l'acide carbonique qui a lieu dans toute l'étendue du courant sanguin, soit dans tout le corps, est le résultat d'une combustion qui fournit et entretient la chaleur animale. C'est pourquoi aux noms que nous venons d'énumérer on a ajouté celui de corps caloriféranls. '

« B. Jlutières grasses.-Ce sont aussi des aliments respiratoires préposés encore a la formation de la graisse. Par la transformation

de leur carbone en acide carbonique, elles produisent plus de chaleur que les hydrates de carbone.

u Ceux-ci ont beaucoup moins de valeur que la graisse comme aliment. Ainsi une livre de graisse vaut a peu près autant que deux livrres et demie d'éléments extractifs. Dans l'engraissement , on admet qu'une livre des matières grasses des plantes peut se changer en une livre de graisse animale, tandis que pour cette même livre de graisse animale il faut deux livres et demie d'éléments extractifs.

a La graisse se trouve le plus ordinairement à . l'état liquide dans les plantes, ainsi c'est sous cette forme que nous rencontrons l'huile. Toutes les espèces végétales renferment des quantités plus ou moins considérables de matières grasses, soit en moyenne 1 a 3 °/,. Dans certaines familles, il y a des plantes où l'on en trouve de notables proportions, telles sont les graines de lin, de pavot, de chanvre, de colza, etc. Parmi .les semences des céréales et des légumineuses les plus riches en substance grasse, sont celles du maïs et du lupin (6 a 8 °/., ).

« c. Fibres ligneuses et cellulose. -Ce sont les parties les moins digestibles des aliments; pour la plupart des animaux, elles sont considérées comme indigestibles et devant seulement servir de leste.

a 3. Principes minérauæ. -Ceux de-ces principes qui sont le plus indispensables aux animaux, nous les avons vus en étudiant les différentes parties du corps de ces derniers; en voici quelques-uns:

« Chaux, acides phosphorique et carbonique, pour les os;

a Sodium et fer, pour le sang:

« Potassium et acide phosphorique, pour la viande;

a Potassium, chaux et acide phosphorique, pour le lait.

a Ces éléments doivent, avons nous dit, se trouver dans la nourriture. On les rencontre, du reste, en proportions variables dans les différentes espèces végétales.

a Les semences des plantes renferment surtout de l'acide phosphorique, un peu de chaux et de sodium.

« Les racines fourragères, comme la betterave, contiennent en majorité du potassium (potasse).

a Dans la paille des céréales, prédomine l'acide silicique,

Dans la paille des légumineuses et du trèfle, par exemple, l'acide phosphorique et la chaux dominent.

« Les fourrages verts nous offrent aussi difiérents principes minéraux. Enfin le sel que l'on donne quelquefois aux animaux, leur f0liI‘

nit encore du sodium.

a Le tableau suivant, résumant tout ce qui précède, présente assez d'intérêt et permet de saisir d'un coup les analogies que nous avons essayé de faire ressortir.

« 1,000 livres de substance sèche des corps suivants renferment

[graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][ocr errors][graphic][graphic][ocr errors][merged small][ocr errors][graphic][ocr errors]
[graphic]

lyon. - Imprimerie du Sulut Public. - Bellun. rue Impériale, 33.

[graphic]

CHRONIQUE

Actualité. - Floraison printanière. -- Sociétéprotectrice de Paris. Les mastics a greffer. - Publications: le Vergen- Récits de mon village. - Marchés aux Fleurs. - Catalogue..

- Le mois précédent nous constations la belle végétation de la vigne, dont les nombreuses grappes en formation donnaient de magnifiques espérances. '- Depuis lors la floraison des gamays s'est assez bien passée, mais celle des gros plants, eñ retard, a rencontré les pluies froides et les pluies d'orage de la dernière quinzaine de juin. - Sous cette température défavorable les grains, quoique formés, ne. grossissent pas. Les vers de la pyrale causent aussi des dommages dans le Beaujolais.

Les céréales sont généralement; assez belles, mais leur floraison est contrariée par les pluies dans le nord.

Les foins restent sur terre délavés par la pluie.

Mais les pommes de terre et les betteraves sont vigoureuses et promettent beaucoup.

Heureusement, le temps se met au beau.

- Ce printemps, la floraison des collections de pélargoniums à grandes fleurs et zonales ont été fort belles. Nous avons surtout remarqué celle de M. Boucharlat aîné, où brillait bon nombre de variétés nouvelles, exposée dans une grande serre spéciale, et présentant un magnifique coup d'œi1.

Celle du même genre, de M. Liabaud, était aussi très-riche en variétés de choix et en variétés nouvelles. Ces deux habiles horticulteurs possèdent aussi des collections de pétunias simples et doubles, aux nuances les plus riches et les plus variées.

Entre autres .collections de plantes décoratives, très-bien cultivées par M. Adrien Benoit, à Monplaisir, nous avons remarqué celle de fuschias, dont les sujets, remplissant une vaste serre, étaient d'une vigueur extraordinaire. Nous les revoyons avec plaisir sur nos marchés. .

Les plantes pour massifs très-variées, la plupart nouvelles, de M. Nardy, de Monplaisir, ne laissaient rien à désirer.

- La veille des principales fêtes patronales, nos marchés aux fleurs se couvrent de jolies plantes ornementales. Aujourd'hui, fête de saint Jean-Baptiste, les plantes sont aussi nombreuses que belles. Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les bourses. Décidément on commence à aimer les fleurs.

Plusieurs de nos horticulteurs cultivent maintenant en plein air, avec succès, les rosiers en pots, pour les vendre sur les marchés. Nous avons surtout remarqué la belle floraison de ceux très-variés de MM. Levet et Joly, de Monplaisir; Labruyère, de Vaise; Pauvéit, des Brotteaux. Nous avons aussi remarqué les lots très-variés et très-riches en nuances. de M. Garin, place Bellecour: Comte , de Vaise; Denis, de la Guillotière, etc.

- M. Liabaud, de la Croix-Rousse, vient de publier un catalogue où figurent un grand nombre de plantes de serres et de plein air, du meilleur choix, telles que : gesnériacées, gloxinies, orchidées, palmiers, cycadées, pandanées, fougères, camellias, azalées, etc., etc.

Toutes ces plantes sont vigoureuses et cultivées avec soin.

- La Société protectrice de Paris a mis au concours la question suivante :

Prouver que les bons soins de fhomme envers les animaux an! pour eflet de développer. leur beauté, leur force, leur intelligence. leur naturel et leur utilité.

Deux prix sont attribués aux meilleurs mémoires.

Ils consisteront en :

1° Une médaille d'or de 200 fr.

2° Une médaille de vermeil et une prime de 100 fr.

3° et 4° deux médailles d'argent à titre de. mention.

Les membres du Conseil d'administration de la Société seÄ ront admis à prendre part au concours.

[graphic]
« ZurückWeiter »