Oeuvres complètes de Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, Band 4

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 423 - Et à tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui se meut sur la terre, et qui est vivant et animé, afin qu'ils aient de quoi se nourrir.
Seite 142 - Mais on ne voit rien qui leur soit comparable dans le plumage de ceux qui habitent la pleine mer, quoiqu'ils soient encore plus exposés aux influences du soleil. C'est par une suite de ces convenances avec l'homme, que la nature a donné aux oiseaux qui vivent loin de lui , des cris aigus, rauques...
Seite 68 - ... alba, qui veut dire blanche. Cette blancheur monte insensiblement au ciel, et se teint en jaune à quelques degrés au-dessus de l'horizon; le jaune, en s'élevant à quelques degrés plus haut, passe à l'orangé: et cette nuance d'orangé s'élève au-dessus en vermillon vif qui s'étend jusqu'au zénith. De ce point, vous apercevez au ciel, derrière vous, le violet à la suite du vermillon, puis l'azur, ensuite le gros bleu ou indigo, et enfin le noir tout à fait à l'occident.
Seite 195 - Il connaît à leurs ombres les heures du jour, à leurs accroissements les rapides saisons; et il ne compte ses années fugitives que par leurs récoltes innocentes. Il ne craint point , comme dans les villes , un hymen infidèle ou une postérité trop nombreuse. Ses travaux sont toujours surpassés par les bienfaits de la nature. Dès que le soleil est...
Seite 71 - ... longues grèves sablées d'or , qui s'étendent sur de riches fonds du ciel , ponceaux , écarlates , et verts comme l'émeraude. La réverbération de ces couleurs occidentales se répand sur la mer dont elle glace les flots azurés de safran et de pourpre. Les matelots , appuyés sur les passavants du navire, admirent en silence ces paysages aériens; quelquefois ce spectacle sublime se présente à eux à l'heure de la prière et semble les inviter à élever leurs cœurs comme leurs vœux...
Seite 71 - ... prière et semble les inviter à élever leurs cœurs comme leurs vœux vers les cieux. Il change à chaque instant : bientôt ce qui était lumineux est simplement coloré , et ce qui était coloré est dans l'ombre. Les formes en sont aussi variables que les nuances : ce sont tour à tour des îles , des hameaux , des collines plantées de palmiers , de grands ponts qui traversent des fleuves...
Seite 173 - l'homme soit seul : faisons-lui une aide semblable « à lui ; et il créa la femme *. La femme plaît à tous nos sens par sa forme et par ses grâces.
Seite 62 - L'effroi de l'orage augmente, si le tonnerre y joint ses terribles éclats entremêlés de silences ; et il redouble, si les oppositions de ces feux et de ces obscurités, de ces tumultes et de ces repos célestes , se font sentir dans les ténèbres et le calme de la nuit. La nature oppose pareillement, sur la mer, l'écume blanche des flots à la couleur noire des rochers, pour annoncer de loin aux matelots le danger des écueils. Souvent elle leur donne des formes analogues à la destruction,...
Seite 427 - ... pénétrèrent bientôt dans les forêts de l'Europe, et se reposèrent sous les feuillages des grands hêtres et des ormes touffus, qui n'avaient ombragé que les amours des oiseaux , et qu'aucun poète n'avait encore chantés. Ils traversèrent les vastes prairies qu'arrosé...
Seite 220 - ... corps les plus blancs, et au midi, des taches blanches sur des corps fort noirs. Elle a noirci le bout de la queue des hermines de Sibérie , afin que ces petits animaux tout blancs, marchant sur la neige où ils laissent à peine des traces de leurs...

Bibliografische Informationen