Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle,: appliquée aux arts, principalement à l'agriculture et à l'économie rurale et domestique, Band 3

Cover
Crapelot, 1803
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 253 - FISCHER a neuf rayons aiguillonnés et neuf rayons articulés à la nageoire du dos ; trois rayons aiguillonnés et six rayons articulés à celle de l'anus ; quatre à six dents , plus grandes que les autres , à l'extrémité de la ma-, choire supérieure; un seul aiguillon à la dernière pièce de chaque opercule ; les écailles rhomboïdales, dentelées et placées obliquement.
Seite 300 - L'atelier doit être partagé en trois parties; l'une servira pour la première éducation , c'est-à-dire, depuis que les vers sortent de l'œuf jusqu'à la première mue. La seconde sera l'atelier proprement dit; il peut être de vingt pieds de largeur sur quarante de longueur , et avoir au moins douze pieds d'élévation : cet atelier suffit pour loger les vers de sept onces de graines.
Seite 306 - Dans un plat de terre bien vernissé , ou jettera une poignée de nitre ou de salpêtre , avec un charbon allumé on y mettra le feu ; la déflagration du nitre donnera beaucoup d'air pur, qui corrigera celui de l'atmosphère , et le rendra propre à être respiré. Une autre méthode est celle de plonger , par poignée , les vers dans l'eau froide pendant quelques momens ; mais elle est longue et fatigante. En général toutes les fois qu'on peut renouveler l'air promptement et avec facilité ,...
Seite 299 - L'emplacement le plus favorable pour l'atelier, est un petit monticule où règne un grand courant d'air; on doit planter auprès trois ou quatre peupliers d'Italie, ou autres arbres qui s'élèvent sans s'étendre : ils contribuent au renouvellement de l'air. Le bâtiment sera mieux exposé ayant sa direction du nord au midi, que de toute autre manière, en observant seulement que sa plus grande face soit du côté du levant ; il doit être percé de tous côtés d'un grand nombre de fenêtres larges...
Seite 304 - ... qui les rendent foibles et languissans. Si cette sécrétion est abondante sur les feuilles, elle s'oppose à la transpiration des vers, et au moment de la mue ils sont si foibles, qu'ils ,ne peuvent quitter leur peau : dès qu'on...
Seite 303 - des vaches, ou gras , ou jaunes, est mortelle ; eïlese manifeste ordinairement à la seconde mue ; elle est rare aux autres , et encore plus à la quatrième : elle est occasionnée par l'air méphitique , exhalé par les corps en putréfaction. Dès qu'on s'aperçoit que quelques vers en sont attaqués , de crainte que la maladie ne se communique aux autres , il faut les enlever et les porter dans l'infirmerie, où le changement d'air peut les remettre , quand la maladie a fait peu de progrès....
Seite 539 - Ces animaux se tiennent pour l'ordinaire dans les forêts : on les rencontre quelquefois en grandes troupes ; et le chasseur qui veut les attaquer, doit user de beaucoup de précautions; souvent il en est poursuivi : le moyen le plus sûr de leur échapper, c'est...
Seite 302 - ... de graine, et il faut quinze ou seize livres de cocons pour une livre de soie. Cette différence provient en grande partie du mauvais choix de la graine. On fait éclore la graine de différentes manières, ou par art, ou spontanément, avec un petit secours de l'art. Dans...
Seite 89 - ... cette histoire , ainsi que Celle de plusieurs autres oiseaux de l'Amérique méridionale , sous les yeux du grand Naturaliste qui voulut bien m'associer pendant quelque temps à ses travaux immortels, (s.) La longueur moyenne du grand béfroi n'est que de six pouces et demi; son bec long d'onze lignes, a ses deux pièces d'égale longueur ; et quoique , dans certains individus , la mandibule supérieure soit un peu échancrée et crochue, elle ae dépasse pas l'inférieure : celle-ci est blanchâtre...
Seite 198 - Le blaireau est un animal paresseux, défiant, solitaire, qui se retire dans les lieux les plus écartés, dans les bois les plus sombres, et s'y creuse une demeure souterraine; il semble fuir la société, même la lumière, et passe les trois quarts de sa vie dans ce séjour ténébreux, dont il ne sort que pour chercher sa subsistance. Comme il a le corps allongé, les jambes courtes, les ongles, surtout ceux des pieds de devant...

Bibliografische Informationen