Revue Mabillon, Band 3

Cover
Abbaye Saint-Martin, 1908
Vols. 1-25 include section "Chronique bibliographique".
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 340 - ... ses confrères par sa vie régulière. Je puis ajouter que plus il avançoit, plus il se préparait à la mort. Il n'avoit pourtant rien de vieil : sa vue étoit la même que quand vous l'avez vu ; et même après sa mort, lui ayant ouvert les yeux pour le tirer, il en sortoit encore un feu surprenant. L'on donne ces deux vers comme de M.
Seite 339 - Père assistant le prist le 1e' de décembre pour assister à quelques professions qui se dévoient faire le même jour à Chelles, et que D. Thierri, qui ne le quittoit pas, et qui apparemment auroit détourné le coup fatal, ne pût être de la compagnie. Dès Paris, le carrosse s'arrêta deux fois, et en ces deux rencontres D. Jean éprouva qu'il étoit attaqué d'une rétention d'urine. Au bois de Vincennes, il fut obligé de descendre de carrosse ; et au lieu de retourner à Paris, il poussa...
Seite 338 - Vous me demandez quelques circonstances de la mort de DJ Mabillon. J'espère que vous les pourrez mieux apprendre d'ailleurs. Cependant je puis assurer qu'elle a parfaitement respondu au reste de sa vie, et que si sa perte a été affligeante, la manière dont il est mort n'a pas été d'une petite consolation pour ceux qui l'aimoient d'un amour chrétien. L'on a sujet d'adorer les jugemens de Dieu, qui semble en avoir voulu faire un martyr. Il a permis que le Père assistant le prist le 1e' de décembre...
Seite 339 - On n'attendoit que l'heure de sa mort; mais il dit qu'il célébreroit la fête de saint Jean. Il demanda la sonde pour un peu se soulager, et ce ne fut que pour appesantir sa croix; car le chirurgien n'en put venir à bout, et par ses efforts ne fit qu'une excoriation dont il sortit une demi-écuellée de sang.
Seite 339 - ... ne parut pas que rien pressât. Ce fut pourtant un effet de la Providence, parce que la violence des frissons qu'il ressentit la nuit suivante auroit embarrassé si l'on n'eût pris cette précaution. J'ay été témoin comme il adoucissoit ses...
Seite 122 - Saint-Louis, où tous ceux qui feront voir par de bonnes preuves ou attestations qu'ils ont été estropiés à la guerre pour le service du roi, seront reçus et admis pour y être nourris et entretenus le reste de leurs jours de toutes choses nécessaires à la vie.
Seite 311 - Réole nous prouve que ce texte n'est ni un privilège du dixième siècle, émané de Gombaud ou de Guillaume Sanche, en faveur du monastère, ni une charte de coutumes, mais une compilation fabriquée avec des documents d'ailleurs authentiques, à la fin du douzième siècle, vers 1187 ou 1188, dans l'intérêt des droits seigneuriaux du couvent.
Seite 339 - Thierri, qui ne le quittoit pas, et qui apparemment auroit détourné le coup fatal, ne pût être de la compagnie. Dès Paris, le carrosse s'arrêta deux fois, et en ces deux rencontres D. Jean éprouva qu'il étoit attaqué d'une rétention d'urine. Au bois de Vincennes, il fut obligé de descendre de carrosse ; et au lieu de retourner à Paris, il poussa à pied vers Chelles, s'étant présenté près de deux cents fois sans pouvoir se décharger. Il tomba ensuite entre les mains d'un médecin...
Seite 40 - ... la distribution du travail, la coordination et la révision des manuscrits de ses confrères, auxquels il faisait toujours d'importantes additions, la correction des épreuves, la rédaction des préfaces, des index et de ces belles tables bibliographiques dont les bénédictins nous ont donné le modèle, la réimpression du tome XI de l'ancienne collection, lequel était devenu introuvable et auquel, tout en respectant scrupuleusement le texte des bénédictins, il fit en appendice de précieuses...
Seite 339 - Jean éprouva qu'il étoit attaqué d'une rétention d'urine. Au bois de Vincennes, il fut obligé de descendre de carrosse ; et au lieu de retourner à Paris, il poussa à pied vers Chelles, s'étant présenté près de deux cents fois sans pouvoir se décharger. Il tomba ensuite entre les mains d'un médecin de Lagni, qui ne connut point son mal, en sorte que l'on ne commença à le soulager par la sonde que le jour de la Conception, c'est-à-dire le 8' jour de son mal, où ensuite on le ramena...

Bibliografische Informationen