Histoire de la vie des écrits et des doctrines de Martin Luther, Band 1

Cover
Maison, 1845
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 131 - Je vous donnerai les clefs du royaume des cieux; et tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
Seite 174 - ... et principalement parmi ses ministres, ne croyaient pas que les promesses de son éternelle durée pussent subsister parmi ces abus. Au lieu que le fils de Dieu avait enseigné à respecter la chaire de Moïse, malgré les mauvaises œuvres des docteurs et des pharisiens assis dessus...
Seite iii - Je m'empresse de vous remercier de l'envoi que vous avez bien voulu me faire de votre second mémoire sur la propriété.
Seite 176 - On rejettera la faute de tous ces désordres sur la cour de Rome, qu'on regardera comme la cause de tous les maux, parce qu'elle aura négligé d'y apporter le remède nécessaire.
Seite 175 - Le venin qu'ils ont contre nous se déclare : bientôt ils croiront faire à Dieu un sacrifice agréable, en maltraitant ou en dépouillant les ecclésiastiques, comme des gens odieux à Dieu et aux hommes, et plongés dans la dernière extrémité du mal. Le peu qui reste de dévotion envers l'ordre sacré achèvera de se perdre. On rejettera la faute de tous ces désordres sur la cour de Rome, qu'on regardera comme la cause de tous les maux », parce qu'elle aura négligé d'y apporter le remède...
Seite 136 - ... faire emplette. Laisse-les aux chrétiens paresseux et endormis ; tu peux t'en passer, toi ! 19. L'indulgence n'est ni de précepte ni de conseil divin : ce n'est point un commandement, une œuvre qui opère le salut. 20. Que les âmes soient délivrées du purgatoire par la vertu de l'indulgence , c'est ce que je ne sais pas , c'est ce que je ne crois pas , bien que quelques nouveaux docteurs l'enseignent : mais ils ne peuvent le prouver, l'Église n'en dit rien.
Seite 82 - Mais le secret de cette foi si justifiante avait encore quelque chose de bien particulier : c'est qu'elle ne consistait pas à croire en général au Sauveur, à ses mystères et à ses promesses, mais à croire très-certainement, chacun dans son cœur, que tous nos péchés nous étaient remis. On était justifié, disait sans cesse Luther, dès qu'on croyait l'être avec certitude ; et la certitude qu'il exigeait n'était pas seulement...
Seite 85 - Tout consiste, disait-il toujours, « à croire sans hésiter que vous êtes absous » ; d'où il concluait « qu'il n'importait pas que le prêtre vous baptisât, ou vous donnât l'absolution sérieusement, ou en se moquant » ; parce que dans les sacrements il n'y avait qu'une chose à craindre, qui était de ne croire pas assez fortement que tous vos crimes vous étaient pardonnés, dès que vous aviez pu gagner sur vous de le croire.

Bibliografische Informationen