Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

AVERTISSEMENT

DE

LÉ DIT EU R.

D

E tous les ouvrages philosophiques fortis

de la plume de l'illustre POPE, son Essai SUR L'HOMME est sans contredit celui , qui lui falt le plus d'honneur, tant par l’importance du sujet , que par les idées sublimes, avec lesquelles il a su le développer. Son but principal est de ne faire usage , que des seules lumieres de la Raison, pour examiner la nature de l'homme. La raison, felon lui, nous fait suffisamment connoitre que l'homme, tel qu'il est, a été créé pour habiter cette petite Planette, & qu'il est doué de toutes les qualités nécessaires à son état présent, rélativement à toutes les parties , qui composent cet Univers,

PUISQU'IL est certain, que le fini ne peut avoir: aucun rapport avec l'infini, l'homme, comme Etre fini ou borné, ne saura donc jamais déterminer tous ses rapports avec toutes les parties, qui composent le monde qu'il habite, puisqu'elles sont infinies à son égard. Son ignorance est sans doute la cause, que nous ne pouvons appercevoir , jusqu’où va la fagele divine dans la formation de l'homme & de toutes ses créatures. La seule chose, dont nous devons être bien persuadés , c'est de notre foiblese & de notre néant, source de toutes nos imperfections. Aussi POPE fait voir dans la seconde Epitre, que la sagesle & la bonté de Dieu éclatent jusques dans les miseres , auxquelles il a assujetti ses enfans les plus chéris. Il prouve assez clairement, que les pasions sont bonnes en elles-mêmes,

que c'est de leur bon ou mauvais usage, que dépend le bonheur ou le malheur de chaque homme en particulier, & de la société en général, La source des plaintes de l'homme contre la Providence vient de ce qu'il croit , que tout est fait pour lui., tandis qu'il est certain que lui-même eft fait pour le tout. C'est en vain que l'homme esayera de se faire un bon

&

seule, que

heur particulier, il ne peut & ne doit être heureux , qu'autant qu'il contribuera, au bonheur de ses semblables. Or c'est par la vertu

les hommes peuvent être dans cette heureuse disposition, il est donc de la derniere importance pour eux de devenir vertueux. C'est par cette raison, que POPE ne fe contente pas d'inspirer à ses lecteurs la bonté & l'équité, qui font l'effence de l'honnête homme, il les conduit encore par dégrés jusqu'à la connoisance des vérités sublimes, qui conduisent aux vertus furnaturelles. Ces vérités sublimes sont celles, que tout homme , qui veut jouir dans cette vie d'autant de bonheur, que son état le comporte, & s'assurer pour la suite un bonheur éternel , doit nécessairement connoître la Religion chrétienne; ce flambeau divin enseigne aux hommes des principes plus élevés que ceux de la raison, c'est elle , qui en écartant les limites de nos connoissances dans la Morale, nous apprend le chemin le plus court pour arriver dans cette vie & dans l'autre à un bonheur assuré.

APRÈS ce que nous venons de dire du plan de L'Essai SUR L'HOMME D'ALEXANDRE POPE, il paroît superflu de répéter

2

« ZurückWeiter »