Philosophie des deux Ampère [A.M. and J.J.A. Ampère] publ. par J. Barthélemy-Saint-Hilaire

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 86 - Il n'ya donc point de doute que je suis, s'il me trompe; et, qu'il me trompe tant qu'il voudra, il ne saura jamais faire que je ne sois rien tant que je penserai être quelque chose.
Seite 298 - Orsi, il en ait transcrit une partie et retranché l'autre pour lui faire dire tout le contraire de ce qu'il a dit? qu'il ait, contre sa conscience , présenté la candeur qui raconte la première sensation causée par le livre de Bossuet, pour la candeur réfléchie qui se confesse vaincue, etc. ? — Dieu me préserve de faire une supposition aussi injurieuse à la mémoire d'un prélat qui s'est trompé comme...
Seite 144 - De même, quand je pense que je suis maintenant et que je me ressouviens outre cela d'avoir été autrefois, et que je conçois plusieurs diverses pensées dont je connais le nombre, alors j'acquiers en moi les idées de la durée et du nombre, lesquelles, par après, je puis transférer à toutes les autres choses que je voudrai.
Seite 297 - Essai sur l'entendement humain] et celui de Kant que vous auriez besoin de lire avant de mettre la dernière main à votre ouvrage. Vous n'avez aucune idée de Kant que l'Histoire des systèmes de philosophie et l'ouvrage de Villers n'ont songé qu'à défigurer par des motifs contraires. Il s'est trompé dans ses conséquences : mais comme il a profondément marqué les faits primitifs et les lois de l'intelligence humaine!
Seite 328 - ... autre cause permanente pour produire celle-là. On doit distinguer cinq choses dans nos connaissances. savoir : La connaissance : 1° Des phénomènes ; 2° Des rapports et des relations existant entre les phénomènes ; 3° Des noumènes ; 4° Des relations entre les phénomènes et. les noumènes qui sont toujours des relations de causalité, soit causalité vraiment active, soit de cette causalité en quelque sorte passive qu'on pourrait appeler inhérence...
Seite 256 - ... entre lesquelles nous les avons aperçus, en sorte que si les sensations venaient à changer, ces rapports changeraient. Par exemple, j'ai conçu un rapport de ressemblance entre deux feuilles d'oranger. Si à l'une de ces deux feuilles, je substitue une fleur, le rapport entre la couleur de la feuille et celle de la fleur ne sera plus le même qu'entre les deux feuilles précédemment comparées. Il n'en est pas ainsi des rapports de position et de nombre. Si après avoir conçu qu'une branche...
Seite 195 - Ce Moi nouménal ne peut être connu, comme le monde des physiciens et des astronomes, que par les hypothèses que nous faisons pour expliquer les phénomènes du monde apparent et de notre propre pensée. Mais son existence est par là même prouvée de la même manière que celle des autres substances, et c'est cette existence, base de l'espérance de l'autre vie, qu'il faut chercher à mettre hors de doute ; car, pour le sentiment que je viens d'appeler Moi phénoménal, il n'a lieu que lors d'une...
Seite 158 - Pour la Physique, je croirais n'y rien savoir, si je ne savais que dire comment les choses peuvent être, sans démontrer qu'elles ne peuvent être autrement ; car l'ayant réduite aux lois des Mathématiques, c'est chose possible...
Seite 200 - Ampère écrit encore à Biran : « II n'ya donc qu'un point où nous différions essentiellement en métaphysique et le voici. Vous confondez le sentiment de l'effort et la sensation musculaire; pour moi, ce sont deux choses absolument différentes. » Mais pour Ampère comme pour Biran, la sensation musculaire représente le fatum de l'organisme, le sentiment de l'effort «prime la liberté de l'esprit et pour parler comme Pascal, sa dignité de causalité.
Seite 57 - C'est en vain (dit Hume dans son septième Essai sur « l'idée de pouvoir et de liaison nécessaire), c'est en vain « que nous promenons nos regards sur les objets qui nous « environnent, pour en considérer les opérations; nous « n'en sommes pas plus en état de découvrir ce pouvoir, • cette liaison nécessaire, ou cette qualité qui unit l'effet « à la cause, et rend l'une de ces choses la suite infaillible « de l'autre ; nous voyons qu'elles se suivent, et c'est tout t ce que nous voyons.

Bibliografische Informationen