Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire Romain: (1835. XVII, 948 p.)

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 288 - ... effets ne sont pas si certains... Nous pouvons donc attribuer à l'amour du plaisir la plupart des qualités aimables ; à l'amour de l'action, la plupart des qualités respectables et utiles. Un caractère sur lequel ces deux puissants mobiles agiraient de concert, et dans une juste proportion, semblerait constituer l'idée la plus parfaite de la nature humaine. Et que me fait cette homélie semi-stoïcienne, semiépicurienne? At-on jamais regardé l'amour du plaisir comme l'un des principes...
Seite xiv - La plus âgée n'avait peut-être pas vingt ans; toutes agréables, plusieurs jolies, et deux ou trois d'une beauté parfaite. Elles s'assemblaient dans les maisons les unes des autres presque tous les jours, sans y être sous la garde, ni même en présence d'une mère ou d'une tante. Au milieu d'une foule dejeunes gens de toutes les nations de l'Europe, elles étaient confiées à leur seule prudence.
Seite 516 - Julien a soutenu courageusement l'adversité , et il a joui de sa fortune avec modération. Après un intervalle de cent vingt ans depuis la mort d'Alexandre Sévère , les Romains virent paraître un Empereur qui ne connaissait point d'autres plaisirs que ses devoirs , qui travaillait à soulager les malheureux et à ranimer le courage de ses sujets , qui tâchait de joindre toujours le mérite à l'autorité, et de donner le bonheur à la vertu.
Seite 504 - O'er bog or steep, through strait, rough, dense, or rare, With head, hands, wings, or feet, pursues his way, And swims, or sinks, or wades, or creeps, or flies.
Seite ix - C'est à Rome, le 15 octobre 1764, rêvant, assis au milieu des ruines du Capitole, pendant qu'à mes pieds 208 les moines chantaient vêpres dans le temple de Jupiter, que l'idée de tracer le déclin et la chute de cette ville vint pour la première fois se saisir de mon esprit.
Seite xiii - Curchod furent le sujet des applaudissements universels. Les récits d'un tel prodige éveillèrent ma curiosité. Je la vis et j'aimai. Je la trouvai savante sans pédanterie, animée dans la conversation, pure dans ses sentiments et élégante dans les manières.
Seite xvi - ... de ma réputation. Mais mon orgueil fut bientôt humilié, et une mélancolie pensive s'empara de mon esprit , à l'idée que j'avais pris un congé éternel d'un vieux et agréable compagnon, et que, quelle que pût être la durée future de mon histoire, la vie précaire de l'historien ne .pouvait plus être longue.
Seite 268 - Nous avons déjà décrit l'harmonie religieuse de l'ancien' monde, et la facilité avec laquelle tant de nations si différentes, et même ennemies, avaient adopté, ou du moins respecté les superstitions les unes des autres. Un seul peuple refusa de souscrire à cet accord universel du genre humain.
Seite xiii - ... manières. La première et soudaine émotion se fortifia par l'habitude et le rapprochement d'une connaissance plus familière. Elle me permit de lui faire deux ou trois visites chez son père. J'ai passé quelques jours heureux dans les montagnes de la Franche-Comté. Ses parents encouragèrent honorablement ma recherche.
Seite 200 - ... le secours de l'art et du stratagème. Ils noircissent leurs boucliers, leurs corps, leurs visages, et choisissent la nuit la plus sombre pour attaquer l'ennemi. La surprise, l'horreur des ténèbres, le seul aspect de cette armée épouvantable, qui semble sortir des enfers, glace d'effroi les cœurs les plus intrépides et fait tomber les armes des mains, car, dans un combat, les yeux sont toujours vaincus les premiers.

Bibliografische Informationen