Œuvres philosophiques d' Arnauld: comprenant les Objections contre les Méditations de Descartes, La logique de Port-Royal, le traité Des vraies et des fausses idées et des notes et une introduction

Cover
L. Hachette, 1843 - 540 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite xlv - Monseigneur, que ce long enchaînement des causes particulières, qui font et défont les empires, dépend des ordres secrets de la divine Providence. Dieu tient du plus haut des cieux les rênes de tous les royaumes ; il a tous les cœurs en sa main ; tantôt il retient les passions ; tantôt il leur lâche la bride, et par là il remue tout le genre humain.
Seite 294 - ... pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus, aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés...
Seite 4 - ... j'ai une claire et distincte idée de moi-même, en tant que je suis seulement une chose qui pense et non étendue, et que d'un autre j'ai une idée distincte du corps, en tant qu'il est seulement une chose étendue et qui ne pense point, il est certain que ce moi, c'està-dire mon âme, par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement et véritablement distincte de mon corps, et qu'elle peut être, ou exister sans lui.
Seite 362 - Je crois que tout le monde tombe d'accord que nous n'apercevons point les objets qui sont hors de nous par eux-mêmes. Nous voyons le soleil, les étoiles et une infinité d'objets hors de nous ; et il n'est pas vraisemblable que l'âme sorte du corps et qu'elle aille, pour ainsi dire, se promener dans les cieux pour y contempler tous ces objets. Elle ne les voit donc point par eux-mêmes ; et l'objet immédiat de notre esprit, lorsqu'il voit le soleil, par...
Seite 443 - ... hors de nous; et il n'est pas vraisemblable que l'âme sorte «du corps, et qu'elle aille, pour ainsi dire, se promener « dans les cieux , pour y contempler tous ces objets. Elle ne « les voit donc point par eux-mêmes, et l'objet immédiat de « notre esprit , lorsqu'il voit le soleil ,. par exemple , n'est « pas le soleil , mais quelque chose qui est intimement uni « à notre âme, et c'est ce que j'appelle idée.
Seite 394 - ... d'une telle ou telle façon. Mais pour les choses qui sont hors de l'âme , nous ne pouvons les apercevoir que par le moyen des idées , supposé que ces choses ne puissent pas lui être intimement unies.
Seite 113 - Et c'est proprement en quoi consiste ce que l'on appelle verbe, qui n'est rien autre qu'un mol dont le principal usage est de signifier l'affirmation, c'est-à-dire de marquer que le discours où ce mot est employé est le discours d'un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui en juge et qui les affirme...
Seite xlv - Il connaît la sagesse humaine, toujours courte par quelque endroit ; il l'éclaire, il étend ses vues, et puis il l'abandonne à ses ignorances ; il l'aveugle, il la précipite, il la confond par ellemême ; elle s'enveloppe, elle s'embarrasse dans ses propres subtilités, et ses précautions lui sont un piège.
Seite 16 - Et de vrai, notre auteur même confesse dans sa Méthode que cette voie est dangereuse pour les faibles esprits; j'avoue néanmoins qu'il tempère un peu le sujet de cette crainte dans l'abrégé de sa première Méditation. Toutefois je ne sais s'il ne serait point à propos de la munir de quelque préface, dans laquelle le lecteur fût averti que ce n'est pas sérieusement et tout de bon que l'on doute de ces choses, mais afin qu'ayant pour quelque temps mis à part toutes celles qui peuvent laisser...
Seite 443 - ... le lieu des corps. Ces deux choses étant supposées, il est certain que l'esprit peut voir ce qu'il ya dans Dieu qui représente les êtres créés, puisque cela est très spirituel, très intelligible et très présent à l'esprit.

Bibliografische Informationen