Séances et travaux de l'Académie des sciences morales et politiques, compte rendu, Band 35

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 53 - Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile.
Seite 257 - Tout cela n'est pas très-raisonnable, mais voilà Jean-Jacques, et mylord Maréchal, tout en l'aimant beaucoup le plaint et le juge tel qu'il est <( Le Roi, ce me semble, parle très-bien sur les ouvrages de Rousseau, il y trouve de la chaleur et de la force, mais peu de logique et de vérité : il prétend qu'il ne lit que pour s'instruire et que les ouvrages de Rousseau ne lui apprennent rien ou peu de chose ; enfin il n'en est pas aussi enthousiasmé que vous, en rendant cependant justice à...
Seite 75 - Or je dis que l'homme, et en général tout être raisonnable, existe comme fin en soi, et non pas simplement comme moyen pour l'usage arbitraire de telle ou telle volonté, et que dans toutes ses actions, soit qu'elles ne regardent que lui-même, soit qu'elles regardent aussi d'autres êtres raisonnables, il doit toujours être considéré comme fin.
Seite 219 - Il voudrait qu'en prenant pour texte des leçons un catéchisme purement moral, on habituât les cnianis, par des exemples choisis dans l'histoire , à discerner le plus ou le moins de valeur morale des actions. Mais il recommande instamment de leur épargner ces éloges « d'actions prétendues nobles et plus que méritoires dont nos écrits sentimentaux font tant de bruit,» et de rapporter tout au devoir exclusivement.
Seite 17 - ... aux instances du prince royal, en lui témoignant du reste toute sa reconnaissance: « Daignez considérer, monseigneur, que pour me rendre auprès de vous , je serais obligé de passer auprès des trois bataillons, qui sont à Postdam ; le puis-je sans danger, moi qui ai cinq pieds sept pouces, et qui suis assez bien fait de ma personne. » Le marquis d'Argens ne fit pas pour le moment d'autre réponse, mais en 1740, après que Frédéric...
Seite 21 - Ami, le sort en est jeté, Las de plier dans l'infortune, Sous le joug de l'adversité, J'accourcis le temps arrêté Que la nature notre mère A mes jours remplis de misère A daigné prodiguer par libéralité. D'un cœur assuré, d'un œil ferme, , Je m'approche de l'heureux terme Qui va me garantir contre les coups du sort, Sans timidité, sans effort.
Seite 276 - Gentils a dit dans un autre endroit : 11 s'élèvera dans les derniers temps des hommes puissants en erreur, qui corrompront l'Eglise. Ne vous semble-t-il pas, mes chers frères, que nous vivons dans ce siècle, si clairement désigné par les Ecritures? Cette malheureuse prédiction ne s'accomplitelle pas de nos jours?
Seite 18 - Majesté, ma bourse souffre un blocus si rigoureux, que si vous, qui êtes un grand preneur de villes, ne venez promptement à son secours, je serai obligé de capituler, et de repasser le Rhin dans la huitaine. » Le roi ne comprit d'abord qu'à demi et dit à Jordan, son secrétaire : « Voyez ce que m'écrit ce fou de d'Argens, qui veut me quitter. » Mais Jordan, qui entendait mieux la chose, et qui d'ailleurs aimait d'Argens, répondit au roi...
Seite 420 - Rechercher et exposer : 1° Les causes qui ont permis à la terre de rendre, outre la portion de produit nécessaire pour couvrir les frais de culture, un excédant qui se convertit en rente ou fermage ; « 2» Les causes qui déterminent le taux plus ou moins élevé des rentes ou fermages.
Seite 30 - Vous n'êtes pas assez au fait des choses pour vous faire une idée nette de tous les dangers qui menacent l'Etat. Je les sais, je les cache, je garde toutes les appréhensions pour moi, et je ne communique au public que les espérances et le peu de bonnes nouvelles que je puis lui apprendre.

Bibliografische Informationen