Correspondance secrete, politique & littéraire: ou mémoires pour servir à l'histoire des cours, des sociétés & de la littérature en France, depuis la mort de Louis XV. ...

Cover
chez John Adamson, 1788
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 12 - Heureux qui fatisfait de fon humble fortune , Libre du joug fuperbe où je fuis attaché , Vit dans l'état obfcur où les Dieux l'ont caché!
Seite 33 - Junior, libraire à Paris, dont on recevra une quittance, portant promesse de délivrer au porteur les trois autres volumes dans le courant de septembre suivant ; mais cet ouvrage coûtera neuf livres à ceux qui voudront l'acheter sans avoir rempli les conditions qu'on offre au public, et qu'on se flatte de voir lui paraître plus avantageuses que la plupart de celles des souscriptions ordinaires, qui ne servent communément qu'à tromper...
Seite 159 - Il n'est pas que nous autres philosophes, quoique nous ayons les yeux bandés, nous ne l'attrapions quelquefois; mais quoi! nous ne lui pouvons pas...
Seite 284 - Je ferai sûrement mon devoir dans l'occasion; mais souvenez-vous toujours, mon cher marquis, que je ne dispose pas de la fortune, et que je suis obligé d'admettre trop de casuel dans mes projets, faute d'avoir le moyen d'en former de plus solides.
Seite 50 - ... naiflance , qui loin de haïr & de maudire les hommes , les prévient , les foulage , leur fait connoître les charmes de l'amitié , par le plaifir de l'exercer , & qui tâche d'enchaîner tous les cœurs par les liens de l'amour & de la reconnoiflance. Ni la barbe de Socrate , ni le manteau de Diogene , ne font point le philofophe. C'eft une préférence honnête, & durable que le riche & le puiflant donnent au pauvre & au plus foible.
Seite 282 - Sauve nos cœurs de votre loi : Vous naquîtes trop tard pour moi , Pour lui vous êtes trop tôt née. Ni moi ni ce jeune écolier, Ne faurions comment nous y prendre ; A peine il commence d'apprendre Et je commence d'oublier.
Seite 132 - ... féminine s'augmentoit d'autant plus; on force le duc à découvrir son secret; il cède enfin, en exigeant des lettres de grâce que ces dames lui promirent. Eh bien, leur dit l'octogénaire...
Seite 208 - J'aime à prôner ce que je fais ; J'aime à grossir ce que je sais ; J'aime à juger ; j'aime à promettre ; J'annonce les plus beaux secrets ; Je n'en ai qu'un , celui de mettre Tous les sots dans mes intérêts.
Seite 234 - ... j'ai été averti de bon lieu qu'hier « au soir, qui étoit le vendredi de leur procession , la broche •i tournoit pour le souper de ces gros pénitents , et qu'après « avoir mangé le gras chapon, ils eurent pour collation de nuit « le petit tendron qu'on leur tenoit to^it prêt.
Seite 158 - L'espérance, toute trompeuse qu'elle est, sert au moins à nous mener à la fin de la vie par un chemin agréable.

Bibliografische Informationen