L'ystoire de li Normant: et la Chronique de Robert Viscart par Aimé, moine du Mont-Cassin; publiées pour la première fois, d'après un manuscrit franc̜ois inédit du siij. siècle, appartenant à la Bibliothéque royale, pour la Société de l'histoire de France

Cover
chez Jules Renouard, 1835 - 370 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 35 - Quant li conte entendi la parole de cestui Erduyne, il prist li meillor de son conseill, et sur ceste parole se conseilla et tuit sont en volenté. Et prometent li Normant d'aler à ceste cose à laquelle sont envités et font une compaingnie et sacrement ensemble avec Arduyne, et jurent que de ce qu'il acquesteroient donroient la moitié à Arduyne. Et eslut li conte .xij. pare à liquel comanda que equalement deuusent partir ce qu'il acquesteroient.
Seite 72 - Dieu est parsécuté quant li poure sont parsécutez, et cornent Dieu est content quant est bien fait à li poure; et lor comment que fidèlement doient guarder li prestre et les choses de l'églize. Et les conforta en faire bien et offerte à Dieu,- et qu'il soient continent et caste envers lor voizins et lor proxime; et en toute vertu les conferma. Et reprist lo deffette des évesques , et fai qu'il non soient taisant, mes enseigna lor langue à preccier.
Seite 120 - ... le général vice par loquel estoit esmut à faire mal, à ce que il se peussent raporter la opération soe. Quar il estoit plein d'envie et de simulation : simulation est à monstrer à autre ce que non est ; arrogance , superbe , convoitise , castrimargie, avarice, homicide, perfidie, sacrilége, et rendre mal pour bien, discorde et false castité, est propre seige en cestui , dont toute ceste cose par conséquente ordène se provoit estre en cestui prince Gisolfe. CAP. XXXV. Quar il estoit...
Seite 137 - Més que la miséricorde de lo duc estoit moult grande , Ami retint pour chevalier et de la terre soe aucune part l'en rendi , et l'autre réserva en sa poesté. Et Balarde, pour ce qu'il avoit esté filz de lo frère, tint avec ses filz, et considéroit dedens petit de temps de faire lo grant prince, dont lui dona plus cités et chastelz. Et quant Perin vit l'or de son seignor malement despendu, manda li ostage à li empéreor pour estre descolpé des deniers qu'il avoit donnez malement. CAP. V....
Seite 3 - VII. Et lo dyable, armé de subtillissime malice pour invidie de lo bon commencement de la foi, pensa de contrester, et metre en lo penser de li chevalier de li Christi feu d'amour, et que se hauchassent chaïrent en bas; pour laquel choze Christ fu corrocié, car lo chevalier se donna à lo amor de la fame. Adont, ^ pour lor péchié perdirent ce qu'il avoient acquesté, et furent sécute de li Sarrazin, et perdue la cité; une part furent occis, et une part furent en prison, et une part foyrent...
Seite 298 - ... hardiesce, ordena la bataille coment devoit combatre, et à bel pas les mena, quar il créoit sans doutance que li Thodesque et li Romain venissent contre lui armés; ne pour ceste espérance non laissa de faire ce qu'il avoit comencié. CAP. VI. Et puiz que li empéreor de Rome sot sanz doute que venoit lo duc, pour la fausseté de li Romain , qui jamaiz non sont ferme à lor seignor, et pour la prospérité et fortune de lo duc, ot grant paor et se parti de Rome (au commencement du mois de...
Seite 234 - Salerne, que nul ne puisse aler ne venir. Et ensi Salerne de la part de la mer fu atorniée de nefs, et de l'autre part estoit cloze de paliz et de fossez grandissimes; et de l'autre part estoit li ost de pédons et de chevaliers. Et la grâce de la pictié lassa lo cuer de lo duc, et pour la prière de la moillier demanda encoire paiz. Et ala li abbé...
Seite 137 - Et lo duc Robert, loquel senti ceste choze, estoit en Calabre. Adont vint en Puille le plus tost qu'il pot, et non se curoit de li anemis soe, liquel aloient fore par lo camp, ne de la proie qu'il faisoient non se curoit, més ala à lor cité.

Bibliografische Informationen