Les Causes de nos désastres: projet de réorganisation de l'armée (faisant suite a la campagne de 1870 jusqu'au 1er septembre)

Cover
J. Rozez, 1871 - 239 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 39 - ... il a entendu raconter l'événement par hasard. Bien plus, la fortune de son village , la police de sa rue , le sort de son église et de son presbytère ne le touchent point; il pense que toutes ces choses ne le regardent en aucune façon, et qu'elles appartiennent à un étranger puissant qu'on appelle le gouvernement. Pour lui , il jouit de ces biens comme un usufruitier, sans esprit de propriété et sans idées d'amélioration quelconque.
Seite 38 - Ce que j'admire le plus en Amérique, ce ne sont pas les effets administratifs de la décentralisation, ce sont ses effets politiques. Aux États-Unis , la patrie se fait sentir partout. Elle est un objet de sollicitude depuis le village jusqu'à l'Union entière. L'habitant s'attache à chacun des intérêts de son pays . comme aux siens mêmes.
Seite 39 - Il se soumet, il est vrai , au bon plaisir d'un commis; mais il se plait à braver la loi comme un ennemi vaincu, dès que la force se retire. Aussi le voit-on sans cesse osciller entre la servitude et la licence. Quand les nations sont arrivées à ce point , il faut qu'elles modifient leurs lois et leurs mœurs, ou qu'elles périssent : car la source des vertus publiques y est comme tarie ; on y trouve encore des sujets, mais on n'y voit plus de citoyens.
Seite 83 - Je vous ai assemblés, messieurs, non pas pour vous demander votre avis, mais pour vous dire que j'attaquerai demain le maréchal Daun. Je sais qu'il est dans une bonne position; mais en même temps il est dans un cul-de-sac; et si je le bats, toute son armée est prise ou noyée dans l'Elbe. Si nous sommes battus, nous y périrons tous et moi le premier. Cette guerre m'ennuie ; elle doit vous ennuyer aussi; nous la finirons demain. Ziethen, je vous donne l'aile droite de mon armée : votre objet...
Seite 38 - ÉtatsUnis , la patrie se fait sentir partout. Elle est un objet de sollicitude depuis le village jusqu'à l'Union entière. L'habitant s'attache à chacun des intérêts de son pays comme aux siens mêmes. Il se glorifie de la gloire de la nation ; dans les succès qu'elle obtient , il croit reconnaître son propre ouvrage , et il s'en élève ; il se réjouit de la prospérité générale dont il profite.
Seite 39 - Il ya telles nations de l'Europe où l'habitant se considère comme une espèce de colon indifférent à la destinée du lieu qu'il habite. Les plus grands changements surviennent dans son pays sans son concours ; il ne sait même pas précisément ce qui s'est passé; il s'en doute; il a entendu raconter l'événement par hasard. Bien plus, la fortune de son village, la police de sa rue, le sort de son église et de son presbytère ne le touchent point; il pense que toutes ces choses ne le regardent...
Seite 38 - L'habitant s'attache à chacun des intérêts de son pays comme aux siens mêmes. Il se glorifie de la gloire de la nation ; dans les succès qu'elle obtient, il croit reconnaître son propre ouvrage, et il s'en élève; il se réjouit de la prospérité générale dont il profite. Il a pour sa patrie un sentiment analogue à celui qu'on éprouve pour sa famille, et c'est encore par une sorte d'égoïsme qu'il s'intéresse à l'État.
Seite 69 - ... défilé. Car si son ennemi est habile , il l'y enfermera, et comme' il n'y sera pas en état de combattre, faute de terrain, il recevra le plus grand affro-nt qui puisse arriver à un soldat, qui est de mettre bas les armes, sans pouvoir se défendre. Dans les camps destinés à couvrir un pays, on ne fait pas attention à la force du lieu même, mais aux endroits qu'on peut attaquer, et par où l'ennemi pourroit percer.
Seite 77 - Choix et forme du camp. 33. Autant que possible, le général fait d'avance reconnaître l'emplacement du camp; le choix et la forme en sont déterminés par l'objet qu'il doit avoir : si c'est un camp de marche, l'officier chargé de l'établir ne consulte que la sûreté et la commodité des troupes, la facilité des communications, la proximité du bois et de l'eau, les ressources en vivres et en fourrages; si ce doit être un camp retranché, un camp destiné à couvrir un pays, s'il doit inquiéter...

Bibliografische Informationen