Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle: appliquée aux arts, à l'agriculture, à l'économie rurale et domestique, à la médecine, etc, Band 31

Cover
Chez Deterville, 1819
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 283 - ... invité, aller prendre une tasse et une soucoupe, l'apporter sur la table, y mettre du sucre, y verser du thé, le laisser refroidir pour le boire, et tout cela sans autre instigation que les signes ou la parole de son maître, et souvent de lui-même. Il ne faisait de mal à personne, s'approchait même avec circonspection, et se présentait comme pour demander des caresses.
Seite 164 - Zodiaque, savoir (AL le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons), l'homme a ces choses depuis la tête, c'est-à-dire depuis le Bélier, jusqu'aux pieds, qui répondent aux Poissons (2).
Seite 283 - J'ai vu cet animal présenter sa main pour reconduire les gens qui venaient le visiter, se promener gravement avec eux, et comme de compagnie ; je l'ai vu s'asseoir à table, déployer sa serviette, s'en essuyer les lèvres, se servir de la cuiller et de la fourchette pour porter à sa bouche , verser lui-même sa boisson dans un verre , le choquer lorsqu'il y était invité , aller prendre une tasse et une soucoupe , l'apporter sur la table , y mettre du sucre , y verser du thé , le laisser refroidir...
Seite 211 - Ce n'est pas tout encore ; le bleu et l'orangé viennent sous certains aspects se joindre à ces couleurs, et toutes prennent plus de fraîcheur du fond blanc et luisant sur lequel elles jouent, et dont elles ne semblent sortir que pour y rentrer et jouer de nouveau. Ces reflets colorés sont produits par le brisement des rayons de lumière mille fois réfléchis, rompus et renvoyés de tous les petits plans des lames dont l'opale est...
Seite 532 - Douze rayons aiguillonnés et dix rayons articulés à la dorsale ; trois rayons aiguillonnés et huit rayons articulés à l'anale; le devant de la mâchoire supérieure garni de plusieurs rangs de dents; les huit...
Seite 264 - ... et d'autant plus évidentes que le corps est couvert de longs poils. Il a de même les fesses nues et d'un rouge couleur de sang, les bourses pendantes, l'anus découvert, la queue toujours levée; il semble faire parade de toutes ces nudités, présentant son derrière plus souvent que sa tête, sur-tout dès qu'il aperçoit des femmes pour lesquelles il déploie une telle effronterie, qu'elle ne peut naître que du désir le plus immodéré.
Seite 330 - ... absence un peu longue, il l'accueille par des caresses d'autant plus vives , même un peu brusques , et que des gens qui n'y regardent pas de si près, auront prises pour de mauvais traitemens. La sittelle se tait la plus grande partie de l'année ; son cri ordinaire est // , ti , ti , ti , ti, ti, ti, qu'elle répète en grimpant autour des arbres, et dont elle précipite la mesure de plus en plus. M.
Seite 548 - BLEUE ; labrus cyanoce" phalus. — Neuf rayons aiguillonnés et onze rayons articulés à la nageoire du dos; deux rayons aiguillonnés et douze rayons articulés à celle de l'anus; la caudale arrondie; la ligne latérale interrompue ; les écailles grandes , rondes et minces ; les opercules terminés en pointe du côté de la queue; le dos bleu; les côtés argentés; la tête bleue.
Seite 505 - ... doré; les petites couvertures des ailes de même, les moyennes brunes , terminées de marron pourpré; la poitrine et le haut du ventre d'un rouge vif; le reste du dessous du corps d'un jaune olivâtre; les pennes et grandes couvertures des ailes brunes bordées de roux; les pennes de la queue noirâtres , avec des reflets d'acier poli, bordées de violet changeant en verd doré; bec noir dessus (jaune selon Seba) , blanchâtre dessous ; pieds bruns (jaunâtres selon Seba), et les ongles longs.
Seite 280 - La femelle avoit des mamelles précisément comme celles d'une femme, quoique plus pendantes; la poitrine et le ventre étoient sans poils, mais d'une peau fort dure et ridée. Ils étoient tous les deux fort honteux 'quand on les fixoit trop; alors la femelle se jetoit dans les bras du mâle, et se cachoit le visage dans son sein, ce qui faisoit un spectacle véritablement touchant; c'est ce que j'ai vu de mes propres yeux. Ils ne parlent point; mais ils ont un cri semblable à celui du singe, avec...

Bibliografische Informationen