LEIBNIZENS GESAMMELTE WERKE AUS DEN HANDSCHRIFTEN DER KONIGLICHEN BIBLIOTHEK ZU HANNOVER HERAUSGEGEBEN

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Beliebte Passagen

Seite 91 - ... ce qui fournit autant qu'on veut de degrés d'incomparables, puisque ce qui est incomparablement plus petit, entre inutilement en ligne de compte à l'égard de celuy qui est incomparablement plus grand que luy, c'est ainsi qu'une parcelle de la matière magnétique qui passe à travers du verre n'est pas comparable avec un grain de *) Siehe die Beilage zu diesem Briefe.
Seite 97 - C'est dans les Actes de Leipzik et à l'insceu de M. voslre frère, que le P. Gouye a pris la méthode des rayons osculateurs qui luy a servi de prétexte à mal parler du calcul différentiel. Le procès n'est pas encor jugé entre M. Rolle et moy, quelques poursuites que je passe pour cela. Voicy la première de mes réponses que vous me marqués souhaiter. J'en ay encor une sixième contenant encor plusieurs paralogismos de M.
Seite 93 - Transcendentes, mais encor ma loy de la continuité, en vertu de laquelle il est permis de considérer le repos comme un mouvement infiniment petit (c'est à dire comme équivalent à une espèce de son contradictoire), et la coincidence comme une distance infiniment petite, et l'égalité comme la dernière des inégalités etc. loy que j'ay expliquée et appliqué autres fois dans les Nouvelles de la Republique des Lettres de M.
Seite 192 - ... en trouver la surface. Mais l'Ellipse perpendiculaire à l'axe du cône oblique, laquelle ainsi posée sert à trouver la surface du cylindre circulaire oblique, m'a paru aussi peu propre pour trouver la surface de ce cône, que la base circulaire; et l'hyperbole ne m'ya paru avoir aucun raport: de sorte que mes tentatives n'ont abouti touttes qu'à me faire retomber toujours dans la solution que je vous ay envoyée. Non seulement la dimension de la surface de ce cone scalene que M. de Roberval...
Seite 421 - Juvene praeclarum, et magna promittens inventa milii ostendit non pauca, Analytica et Geométrica, sane perelegantia. Die Leibnizischen Manuscripte aus der zweiten Hälfte des Jahres 1675 und aus dem Jahre 1676 zeigen zahlreiche Spuren von den gemeinsamen Arbeiten beider; auf demselben Blatte finden sich die Schriftzüge Tschirnhausens neben denen von der Hand Leibnizens. Wie bereits erwähnt, beschäftigte sich damals Tschirnhaus vorzugsweise mit der allgemeinen Auflösung der Gleichungen; auch...
Seite 93 - ... que des nombres ordinaires et quoiqu'on n'y fasse point entrer aucune fraction infiniment petite, ou dont le dénominateur soit un nombre infini. De plus, comme les racines imaginaires ont leur fundamentiim^in re, de sorte que feu M.
Seite 93 - On peut dire en général que toute la continuité est une chose idéale, et qu'il n'ya jamais rien dans la nature qui ait des parties parfaitement uniformes ; mais en récompense le réel ne laisse pas de se gouverner parfaitement par l'idéal et l'abstrait ; et il se trouve que les règles du fini réussissent dans l'infini, comme s'il y avait des atomes (c'est-à-dire des éléments assignables de la nature...
Seite 110 - Entre nous je crois que Mons. de Fontenelle , qui a l'esprit galant et beau, en a voulu railler, lorsqu'il a dit qu'il voulait faire des elemens métaphysiques de nostre calcul.
Seite 110 - Je croy qu'il n'ya point de créature au dessous de la quelle il n'y ait une infinité de créatures, cependant je ne crois point qu'il y en ait, ny même qu'il y en puisse avoir d'infiniment petites et c'est ce que je crois pouvoir demonstrer.
Seite 92 - D'où il s'ensuit, que si quelcun n'admet point des lignes infinies et infiniment petites à la rigueur métaphysique et comme des choses réelles, il peut s'en servir seurement comme des notions idéales qui abrègent le raisonnement, semblables à ce qu'on appelle racines imaginaires dans l'analyse commune (comme par exemple...

Bibliografische Informationen