Histoire de la littérature grecque: Homère. La poésie cyclique. Hésiode. Par Maurice Croiset 1896

Cover
A. Fontemoing, 1896
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite xiv - Il considérait curieusement ce qui se faisait à la chambre des communes, ce qui se faisait à la chambre des pairs ; il aurait pu donner l'heure précise de chaque séance, le nom de la taverne fréquentée par les membres influents, le ton de voix dont on portait les toasts ; mais sur tout cela il n'avait que des remarques puériles.
Seite xi - Si Homère vivait présentement, il ferait des poèmes admirables, accommodés au siècle où il écrirait. Nos poètes en font de mauvais, ajustés à ceux des anciens et conduits par des règles, qui sont tombées avec des choses que le temps a fait tomber.
Seite 1 - Le cri des oiseaux de passage, l'appel strident de la cigale, la floraison du chardon, toutes ces menues choses familières touchent (le Grec) comme les propos à la fois mystérieux et précis d'autant d'âmes obscures voisines de la sienne. Voilà pourquoi tous les Grecs partout ont peuplé le monde de dieux, qui ne sont pas des noms ni des puissances inconnues, mais des êtres vivants, presque familiers. » En général les dieux de la Grèce ne doivent rien à la fantaisie ni à l'imagination...
Seite xi - Ce mélange de l'antique et du moderne leur a fort mal réussi : et on peut dire qu'ils n'ont su tirer aucun avantage de leurs fictions, ni faire un bon usage de nos vérités. Concluons que les poèmes d'Homère seront toujours des chefsd'œuvre : non pas en tout des modèles. Ils formeront notre jugement ; et le jugement réglera la disposition des choses présentes.
Seite 493 - Indos 425 ardebat caelo, et medium sol igneus orbem hauserat; arebant herbae, et cava flumina siccis faucibus ad limum radii tepefacta coquebant: cum Proteus consueta petens e fluctibus antra ibat ; eum vasti circum gens umida ponti 430 exsultans rorem late dispergit amarum.
Seite 228 - ... sifflante de haine et de colère, répond à Hector, qui, avant d'engager la lutte suprême, lui demande de convenir que le cadavre du vaincu sera rendu à ses proches pour recevoir de leurs mains la sépulture : « Hector, ennemi détesté, ne me parle pas de promesses mutuelles. Point de sermens entre les lions et les hommes ; point d'entente entre les loups et les agneaux; la haine, et toujours la haine! De même entre toi et moi : ni amitié ni promesse ; il faut que l'un ou l'autre meure...
Seite xi - Je sais qu'il ya de certaines règles éternelles , pour être fondées sur un bon sens , sur une raison ferme et solide , qui subsistera toujours ; mais il en est peu qui portent le caractère de cette raison incorruptible.
Seite 70 - Histoire de la littérature grecque, l, 79. Le sacrifice appelle naturellement l'hymne et lui donne sa signification qui le consacre. En outre, toute cérémonie religieuse est une occasion de réunion, et quel moment serait plus convenable pour parler des dieux que celui où l'on se réunit pour les honorer ? L'hymne dut par conséquent, à l'origine, faire partie des rites du sacrifice, soit qu'il fût chanté pendant la cérémonie même, soit qu'on le réservât pour le repas qui en était la...
Seite ii - ... jugement définitif ni au goût, cette délicatesse vive : c'est assez que nous l'empêchions d'être trop impatiente et trop vite dégoûtée, ne l'abolissons pas. La vraie critique, telle que je me la définis, consiste plus que jamais à étudier chaque être, c'est-à-dire chaque auteur, chaque talent, selon les conditions de sa nature, à en faire une vive et fidèle description, à charge toutefois de le classer ensuite et de le mettre à sa place dans l'ordre de l'Art.
Seite 200 - S'il était permis d'exprimer ces faits par une image qui les rendrait plus sensibles, on pourrait dire que le premier poète avait élevé de sa main puissante, sur l'immense terrain de la légende, trois ou quatre tours superbes, pour marquer l'espace qu'il s'y était réservé ; ses successeurs les relièrent peu à peu les unes aux autres, d'abord par d'autres constructions poétiques, plus richement décorées mais moins simples et moins grandioses ; puis par une simple muraille destinée à...

Bibliografische Informationen