La philosophie du bon-sens; ou, Reflexions philosophiques sur l'incertitude des connoissances humaines, à l'usage des cavaliers & du beau-sexe, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 237 - ... en premier lieu, que les notions que nous avons par nos facultés n'ont aucune proportion avec les...
Seite 239 - ... ne réussissent pas toujours, et dont chacun explique les opérations secrètes à sa fantaisie. La difficulté que nous avons de trouver la connexion de nos idées est la seconde cause de notre ignorance. Il nous est impossible de déduire en aucune manière les idées...
Seite 202 - C'est ce qu'on appelle encore méthode. Tout cela se fait naturellement, et quelquefois mieux par ceux qui n'ont appris aucune règle de la logique, que par ceux qui les ont apprises.
Seite 93 - ... avec une entiere exactitude ; & ce qui ufe la plus longue patience, il faut lire un grand nombre de termes durs & injurieux que fe difent des hommes graves, qui d'un point...
Seite 212 - Etre fuprême n'eft pourtant pas innée, comme je viens de le montrer évidemment, fi je ne me trompe, je crois qu'on aura de la peine à trouver aucune autre idée qu'on ait droit de faire pafler pour innée.
Seite 55 - C'est leur rolle de reciter les communes créances, non pas de les régler. Cette part touche les Théologiens et les philosophes directeurs des consciences.
Seite 233 - Quoique la philosophie péripatéticienne se soitrendue remarquable par ce défaut, les autres sectes n'en ont pourtant pas été toutà-fait exemptes. A peine y en at-il aucune (telle...
Seite 112 - fervice de fon maître , que pour aller revoir » une grande dame de Milan , & des plus » belles , qu'il avoit fait pour maîtreffe quel» ques années devant , & en avoit tiré » plaifir , & en vouloit retafter.
Seite 225 - Car quiconque croit quelque chofe , eftime que c'eft ouvrage de charité , de la perfuader à un autre : & pour ce faire , ne craint point d'ajouter de fon invention , autant qu'il voit être...
Seite 230 - C'eft pourquoi, ayant fait comprendre la chofe par tous ces mots , on attache à un feul mot l'idée qu'on a conçue, qui, par ce moyen, tient lieu de toutes les autres. Ainfi, ayant compris qu'il ya des nombres qui font divifibles en deux également, pour éviter de répéter fouvent tous ces termes , on donne un nom à...

Bibliografische Informationen