Œuvres de Frédéric le Grand ...: Œuvres poétiques

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 147 - Térence et des Molière, et ne se servir du théâtre que comme d'un bureau général de fadeurs où le public peut apprendre à dire : Je vous aime, de cent façons différentes. Mon zèle pour la bonne comédie va si loin...
Seite 269 - Ils aiment leurs pasteurs, et non pas leurs tyrans ; Leurs jours sont à l'Etat, leur bonheur est le nôtre, Avare de leur sang, sacrifiez le vôtre, Tant que Mars le permet, il faut les ménager. Quand le bien de l'Etat les appelle au danger, Lorsqu'entre vos drapeaux et ceux de l'adversaire...
Seite 28 - L'esprit saint me pénètre; il m'échauffe, et m'inspire Les grandes vérités que je vais révéler. " L'homme en sa propre force a mis sa confiance ; Ivre de ses grandeurs et de son opulence , L'éclat de sa fortune enfle sa vanité. Mais , ô moment terrible , ô jour épouvantable , Où la mort saisira ce fortuné coupable , Tout chargé des liens de son iniquité!
Seite 29 - Défend et garantit son troupeau bien-aimé Contre la dent du loup et la griffe cruelle Du lion par la faim au carnage animé ; Quand le tyran des bois s'échappe et prend la fuite , Son troupeau se repose et paît sous sa conduite ; Et s'il trait ses brebis , s'il les tond dans ses bras , Sa main ne les égorge pas. Tel est pour ses sujets un tendre et bon monarque , Humain dans...
Seite 144 - J'arrache ces lauriers qu'on me prête à crédit. Quoi ! je voudrais devoir mon nom et mon mérite Au caprice inconstant d'une...
Seite 69 - ... S'en vint ici le sieur Hony, En s'applaudissant de sa gloire. Ah ! digne apôtre de Bacchus, Ayez pitié de ma misère ! De votre vin je ne bois plus; J'ai la fièvre, c'est chose claire. 'Apollon, qui me fit ces vers, Est dieu, dit il, de médecine ; Entendez ses charmants concerts, Et sentez sa force divine.
Seite 40 - En séduisant nos cœurs, enflamme nos désirs. D'un prestige enchanteur la force décevante Persuade à d'Argens d'une voix complaisante Qu'il est aigle en amour, Hercule en ses plaisirs. Dès que l'Amour volage une fois nous affecte, II se fait un miracle, un changement soudain; Le débile et rampant insecte Pense que son corps est d'airain. Partez, plaisirs, partez, à jamais je vous quitte, De vos...
Seite 142 - Babylone; il arme enfin son fils du poignard dont Ninias assassine sa mère. Il est si vrai que défunt Ninus fait le nœud de votre tragédie que, sans les rêves et les apparitions différentes de cette âme errante, la pièce ne pourrait pas se jouer.
Seite 100 - Comte fortuné , qui dans l'indépendance Jouissez en repos des fruits de l'opulence , Fils chéri de Bacchus et de la Volupté , Nourri dans le berceau de la...
Seite 109 - Leurs occupations les rendent vertueux, Comte, de leur bonheur devenez envieux : Vos jours semblent plus longs que chez eux les semaines. Les vrais plaisirs sont ceux qu'ont achetés les peines. La paresse offre à l'homme une fausse douceur, Le travail est pour lui la source du bonheur.

Bibliografische Informationen