Dictionnaire des sciences naturelles: dans lequel on traite méthodiquement des différens ètres de la nature, considérés soit en eux-mêmes, d'apres l'et́at actuel de nos connoissances, soit relativement à l'utilité qu'en peuvent retirer la médecine, l'agriculture, le commerce et les arts. Suivi d'une biogrophie des plus célèbres naturalistes ...

Cover
F. G. Levrault, 1824
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 511 - Morilles à la crème. — « Après les avoir passées sur le feu avec du beurre, du sel, un bouquet de fines herbes et un petit morceau de sucre, on les mouille, quand elles ont perdu leur eau, de bon bouillon, en ajoutant quelques pincées de farine ; on y ajoute de la crème et on les sert avec des croûtes de pain.
Seite 220 - Yeux très-grands, à l'extrémité d'un renflement qui en fait partie. Tube respiratoire du manteau fort court ou presque nul , et formé par le rapprochement de l'extrémité antérieure de ses deux lobes. Orifice buccal transverse , à l'extrémité d'une espèce de cavité au fond de laquelle est la bouche véritable, entre deux lèvres épaisses et verticales. Un ruban lingual, hérissé de denticules et prolongé dans la cavité viscérale.
Seite 319 - Corps ovale alongé, assez épais, enveloppé dans un manteau fermé en dessus, ouvert en dessous, et surtout en arrière, où il forme quelquefois...
Seite 213 - Buccins; les appendices lentaculaires cylindriques , gros et longs, portant à leur extrémité épaissie les yeux , en dedans les véritables tentacules cylindriques , obtus , et plus petits que les pédoncules oculaires. Anus et oviducte se terminant fort en arrière.
Seite 292 - ... externe des tentacules ; manteau fort mince, profondément fendu au côté gauche; les deux lobes pointus, formant par leur réunion une sorte de canal pour conduire l'eau dans la cavité branchiale située à gauche, et renfermant deux très-longs peignes branchiaux inégaux. Coquille nacrée, recouvrante, très-déprimée, plus ou moins ovale...
Seite 387 - Mémoire sur les accidents des coquilles fossiles comparés à ceux qui arrivent aux coquilles qu'on trouve maintenant dans la mer », qui est considéré comme le premier travail de paléoécologie proprement dite.
Seite 280 - Doris, entre deux appendices labiaux; organes de la respiration formés par des arbuscules très-petits, disposés circulairement et contenus dans une cavité située à la partie postérieure et médiane du dos; anus également médian à la partie inférieure et postérieure du rebord du manteau; les orifices des organes de la génération très-distants et réunis entre eux par un sillon extérieur, occupant toute la longueur du côté droit.
Seite 543 - On verse dans une chaudière de l'eau acidulée dans la proportion de 5 d'acide sulfurique pour i00 de la fécule à employer. On chauffe la liqueur jusqu'à l'ébullition , on y verse uniformément, au moyen d'une petite trémie, de la fécule bien desséchée , et on agite vivement. A...
Seite 360 - Tube plus ou moins distinct de la substance dans laquelle vit l'animal , cylindrique, droit ou flexueux , fermé avec l'âge à l'extrémité buccale, de manière à envelopper l'animal et sa- coquille, toujours ouvert par l'autre et divisé intérieurement en deux siphons par une cloison médiane.
Seite 261 - ... pied petit, ovale, avec un sillon marginal antérieur; tête épaisse; tentacules gros, obconiques , distans, avec un petit voile frontal entre eux ; yeux noirs , sessiles au côté externe de la base de ces tentacules; bouche grande, à l'extrémité d'une sorte de mufle; la cavité inspiratrice grande , sans trace de tube, et contenant deux peignes branchiaux, inégaux , obliques, attaché...