Abrégé de l'histoire romaine

Cover
C.L.F. Panckoucke, 1826 - 388 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 382 - J'ajoute à ces tableaux la peinture effroyable De leur concorde impie, affreuse, inexorable, Funeste aux gens de bien, aux riches, au sénat, Et, pour tout dire enfin, de leur triumvirat. Mais je ne trouve point de couleurs assez noires Pour en représenter les tragiques histoires ; Je les peins dans le meurtre à l'envi triomphants ; Rome entière noyée au sang de ses enfants, Les uns assassinés dans les places publiques...
Seite 388 - L'Arabe, le Gelon, le brûlant Africain, Et l'habitant glacé du Nord le plus lointain , Vont orner du vainqueur la marche triomphante : Le Parthe s'en alarme, et, d'une main tremblante, Rapporte les drapeaux à Crassus arrachés. Dans leurs Alpes en vain les Rhutes sont cachés : La foudre les atteint , tout subit l'esclavage. L'Araxe , mugissant sous un pont qui l'outrage , De son antique orgueil reçoit le châtiment, Et l'Euphrate soumis coule plus mollement.
Seite 167 - Patres conscripti, neque consilii neque audaciae unquam eguere ; neque illis superbia obstabat, quo minus aliena instituta, si modo proba erant, imitarentur. Arma atque tela militaria ab Samnitibus, insignia magistratuum ab Tuscis pleraque sumpserunt ; postremo quod ubique apud socios aut hostes idoneum videbatur, cum summo studio domi exsequebantur ; imitari quam invidere bonis malebant.
Seite 383 - Rome entière noyée au sang de ses enfants : Les uns assassinés dans les places publiques, Les autres dans le sein de leurs dieux domestiques; Le méchant par le prix au crime encouragé; Le mari par sa femme en son lit égorgé; Le fils tout dégouttant du meurtre de son père. Et sa tête à la main demandant son salaire, Sans pouvoir exprimer par tant d'horribles traits Qu'un crayon imparfait de leur sanglante paix.
Seite 75 - Il est pourtant vrai que la mort de Lucrèce ne fut que l'occasion de la révolution qui arriva; car un peuple fier, entreprenant, hardi, et renfermé dans des murailles, doit nécessairement secouer le joug ou adoucir ses mœurs.
Seite 36 - Galli Senones, gens natu'ra ferox, moribus incondita, ad hoc ipsa corporum mole, perinde armis ingentibus, adeo omni genere terribilis fuit, ut plane nata ad hominum interitum, urbium stragem vide5 retur.
Seite 152 - Portogallo: peragratoque victor Oceani litore, non prius signa convertit, quam cadentem in maria solem, obrutumque aquis ignem, non sine quodam sacrilegii metu, et horrore, deprehendit.
Seite 279 - Je suis vaincu. Pompée a saisi l'avantage D'une nuit qui laissait peu de place au courage : Mes soldats presque nus , dans l'ombre intimidés , Les rangs de toutes parts mal pris et mal gardes , Le désordre par-tout redoublant les alarmes , Nous-mêmes contre nous tournant nos propres armes, Les cris que les rochers renvoyaient plus affreux , Enfin toute l'horreur d'un combat ténébreux...
Seite 169 - ... reddi captivos, negavit esse utile : illos enim adolescentes esse et bonos duces ; se jam confectum senectute. Cujus quum valuisset auctoritas, captivi retenti sunt ; ipse Karthaginem redüt, neque eum caritas patriae retinuit, nee suorum.
Seite 83 - Sa main sur ses chevaux laissait flotter les rênes. Ses superbes coursiers, qu'on voyait autrefois Pleins d'une ardeur si noble obéir à sa voix, L'œil morne maintenant et la tête baissée, Semblaient se conformer à sa triste pensée.

Bibliografische Informationen