Sermons et morceaux choisis de Massillon

Cover
Firmin Didot, frères, 1848 - 653 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 134 - Juda, ayant ouï de sa propre bouche qu'il falloit rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César...
Seite 621 - Dieu seul est grand, mes frères, et dans ces derniers moments surtout, où il préside à la mort des rois de la terre : plus leur gloire et leur puissance ont éclaté, plus, en s'évanouissant alors, elles rendent hommage à sa grandeur suprême : Dieu paroît tout ce qu'il est; et l'homme n'est plus rien de tout ce qu'il croyoit être.
Seite 589 - ... ni le monde qui le cause , ni leur conscience qui le rend plus amer, ni l'ordre de Dieu contre lequel ils se révoltent.
Seite 269 - Que me reprochez- vous? vous dirait- il : une vie oiseuse, et des mœurs inutiles et errantes? Mais quels sont les soins qui vous occupent dans votre opulence? les soucis de l'ambition, les inquiétudes de la fortune, les mouvements des passions , les raffinements de la volupté.
Seite 82 - Mais si, loin d'être les protecteurs de sa foiblesse, les grands et les ministres des rois en sont eux-mêmes les oppresseurs ; s'ils ne sont plus que comme ces tuteurs barbares qui dépouillent eux-mêmes leurs pupilles ; grand Dieu! les clameurs du pauvre et de l'opprimé monteront devant vous : vous maudirez ces races cruelles ; vous lancerez vos foudres sur les géants ; vous renverserez tout cet édifice d'orgueil, d'injustice et de prospérité, qui s'étoit élevé sur les débris de tant...
Seite 644 - Une fatale révolution , que rien n'arrête, entraîne tout dans les abîmes de l'éternité; les siècles, les générations, les empires, tout va se perdre dans ce gouffre, tout y entre , et rien n'en sort. Nos ancêtres nous en ont frayé le chemin , et nous allons le frayer dans un moment à ceux qui viennent après nous. Ainsi les âges se renouvellent , ainsi la figure du monde change sans cesse , ainsi les morts et les vivants se succèdent et se remplacent continuellement : rien ne demeure,...
Seite 610 - L'autre , d'un génie vaste et heureux, d'une candeur qui caractérise toujours les grandes âmes et les esprits du premier ordre , l'ornement de l'épiscopat , et dont le clergé de France se fera honneur dans tous les siècles ; un évêque au milieu de la cour, l'homme de tous les talents et de toutes les sciences , le docteur de toutes les églises , la terreur de toutes les sectes , le Père du...
Seite 85 - Revenez-y encore, c'est un plaisir qui ne s'use point; plus on le goûte, plus on se rend digne de le goûter : on s'accoutume à sa prospérité propre, et on y devient insensible; mais on sent toujours la joie d'être l'auteur de la prospérité...
Seite 95 - Ce n'est donc pas le souverain , c'est la loi , sire , qui doit régner sur les peuples. Vous n'en clés que le ministre et le premier dépositaire. C'est elle qui doit régler l'usage de l'autorité , et c'est par elle que l'autorité n'est plus un joug pour les sujets, mais une règle qui les conduit, un secours qui les protège, une vigilance paternelle qui ne s'assure leur soumission que parce...
Seite 117 - Le royaume devint ensuite l'héritage de leurs successeurs, mais ils le dûrent originairement AU CONSENTEMENT LIBRE DES SUJETS. Leur naissance seule les mit ensuite en possession du trône, mais ce furent les SUFFRAGES PUBLICS qui attachèrent d'abord ce droit et cette prérogative à leur naissance. En un mot, comme la première source de leur autorité vient de nous , les rois n'en doivent faire usage que pour nous.

Bibliografische Informationen