Le Bouddha et le Bouddhisme

Cover
B. Duprat, 1857 - 188 Seiten
0 Rezensionen
Rezensionen werden nicht überprüft, Google sucht jedoch gezielt nach gefälschten Inhalten und entfernt diese
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

I
II
1
IV
3
V
7
VII
11
IX
15
XII
18
XIV
21
XLVI
85
XLVII
92
XLIX
95
LI
100
LII
105
LIII
108
LV
111
LX
115

XVI
24
XVII
29
XIX
35
XXI
40
XXIV
45
XXVI
50
XXX
54
XXXI
57
XXXIII
61
XXXVII
65
XXXIX
68
XLI
73
XLII
77
XLIV
81
LXII
120
LXIII
124
LXV
129
LXVII
132
LXIX
135
LXXI
140
LXXII
144
LXXVI
149
LXXVIII
156
LXXIX
160
LXXXI
166
LXXXII
171
LXXXIV
178

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 2 - Par un fils, un homme gagne les mondes célestes; par le fils d'un fils, il obtient l'immortalité ; par le fils de ce petit-fils, il s'élève au séjour du soleil.
Seite 103 - Vendidad, avoue le mal qu'il a fait, cet aveu » en sera l'expiation; mais s'il n'avoue pas le mal qu'il a fait, » il aura lieu de s'en repentir.
Seite 32 - Platon se sont fait la gloire impé» rissable d'avoir donné à l'idée du bien sa véritable place » dans l'âme de l'homme, dans le monde et en Dieu. » 21. Cela est bien plus faux encore que cette autre assertion, à savoir, que « dans le bouddhisme, pas une lueur de cette » flamme divine (l'idée du bien) ne s'est montrée. » 22. Cependant tout précepte moral doit s'appuyer sur une croyance religieuse définie, sur un dogme; car la science du bien et du mal est essentiellement dogmatique....
Seite 139 - En amassant toutes ces richesses et ces choses précieuses, je craignais constamment de ne pouvoir les cacher dans un magasin solide et impénétrable. Maintenant que j'ai pu (par l'aumône) les déposer dans le champ du bonheur, je les regarde comme conservées à jamais. Je désire , dans toutes mes existences futures, amasser ainsi d'immenses richesses pour faire l'aumône aux hommes, et obtenir les dix facultés divines dans toute leur plénitude.
Seite 81 - Ce qui caractérise surtout ce culte, ce sont les invocations ou formules de conjuration, nommées dhâranîs, et les mandatas ou figures magiques. 24. Il ne faut pas confondre ces derniers avec d'autres signes, qu'on nomme mangalas, qui sont de bon augure et de tradition fort ancienne dans le bouddhisme. 25. Ils se voyaient, dit-on, tracés sur la paume de la main et sur la plante des pieds du Bouddha, et il y en a beaucoup surtout chez les bouddhistes du sud. Il suffit d'en nommer trois : la roue...
Seite 147 - Bouddha, n'avait pour tout enseignement et pour toute direction de conduite que les cinq préceptes ou défenses (vêramanîs} de ne pas tuer, de ne pas voler, de ne pas commettre d'adultère , de ne pas mentir et de s'abstenir de boissons enivrantes, comment la masse du peuple auraitelle pu persévérer dans Vaversion de ces vices , et par conséquent dans le bouddhisme? 11. C'était chose impossible. Il faut un chef perpétuel à toute société qui veut durer sur les bases de sa constitution première,...
Seite 76 - ... longuement décrites dans les recueils légendaires, tels que le Divya avadâna. 27. L'enfer cependant n'est pas non plus éternel. De même qu'on sort du ciel des dieux après y avoir usé le mérite de la vertu acquise dans une existence précédente, et qu'on renaît dans le corps d'un sage-, de même, on sort de l'enfer après qu'on ya épuisé la peine due aux méfaits, et l'on renaît sous la forme d'une chose plus ou moins infime ou abjecte, le plus souvent sous la forme d'un animal. 28....
Seite 91 - l'Infini incréé (Qadhàla)^ l'An» cien des jours, » et proclame la liberté morale de l'homme au point qu'elle semble être fondée sur ces paroles de l'Eternel : « Le péché t'assiège à la porte, il veut t'atteindre, mais » tu peux le maîtriser. » 35. C'est à cause de cette affinité sans doute que l'on disait dans l'Orient que la doctrine des Sabéens ou mages s'appuyait sur l'autorité des livres qu'on attribuait à Schèîlh (Seth) et à Edris (Enoch).
Seite 85 - ... maître que la moins bonne partie, et qui s'en tiennent à la plus sèche logique ; mais le maître ne peut l'admettre ; il n'a point passé avec cette hautaine indifférence devant la douleur morale, et loin d'y voir un effet de la nature propre de l'homme, c'est-à-dire un effet immuable, il a mis ses soins les plus attentifs et son espoir le plus noble à guérir ces maux qu'il ne croyait point incurables. Il a donc reconnu, non pas seulement que l'homme viole une loi supérieure à lui quand...
Seite 38 - Dharmas. 21. Cet élargissement successif du cadre des livres, ainsi que du sens des doctrines bouddhiques, est remarquable, surtout pour Yabhidharma, en ce qu'il se fit particulièrement sous la pression ennemie des brahmanes. Plus tard nous y reconnaîtrons aussi l'influence du christianisme. 22. Il est très-probable que pour le moment la métaphysique du bouddhisme se borna à peu de chose. Pour quelque temps encore les disciples de Çâkya n'élevèrent pas leurs aspirations au-dessus du respect...

Bibliografische Informationen