Mes souvenirs de vingt ans de séjour a Berlin: ou, Frédéric le Grand, sa famille, sa cour, son gouvernement, son académie, ses écoles, et ses amis littérateurs et philosophes, Band 3

Cover
F. Buisson, 1804
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 216 - ... d'embarrasser, et lui arrosa le visage une seconde fois. M. de Guines n'eut point l'air d'un homme en colère et moins encore celui d'un homme décontenancé ; mais prenant le ton d'un homme grave, qui donne amicalement un avis utile, il dit à la dame : « Madame, ces sortes de jeux sont, pour la première, fois, une espièglerie dont on rit; et pour la seconde, une étourderie qu'on pardonne à la jeunesse...
Seite 154 - Beausobre et quelques autres avoîent aussi promis de s'en occuper ; mais ils tinrent assez mal leur parole : aussi abandonnâmes nous cette entreprise après le vingt-septième volume (nous donnions un volume par trimestre). Mes collaborateurs voulurent que je rendisse compte de l'ouvrage de l'abbé Raynal, lorsqu'il parut. Je le fis, après leur avoir vainement représenté que nous aurions à nous repentir d'en avoir parlé. Je savois que le, roi avoit lu cet ouvrage; que tous les jours à son...
Seite 219 - Dolgorouki avant lui, répondit au chambellan » qu'il était infiniment « sensible à l'honneur que Son Altesse royale lui faisait; mais « que, ne pouvant plus danser à cause d'une blessure qu'il avait « reçue à la guerre de Sept ans, il la priait de vouloir bien « agréer ses excuses et ses regrets. » La fête du lendemain fut donnée par le prince Henri, frère du roi. M. de Guines eut soin de ne s'y présenter qu'après qu'on e,ut fini les danses de cérémonie.
Seite 210 - ... fut dans ces vues, qu'il fit donner en 1763 , à M. de Souastre , le régiment de Navarre, qui alors étoit en garnison dans la ville d'Arras (i).
Seite 186 - ... servi de toutes parts. Quant aux épisodes, aux morceaux philosophiques ou littéraires, tout le monde sait aujourd'hui qu'ils sont tous de la composition de Diderot, du baron d'Olbach et de quelques autres. Cent personnes connaissent l'exemplaire qui existe encore dans la bibliothèque d'un ancien magistrat, et où l'on est averti, de la main de Diderot, et à la marge, de tout ce que l'abbé a reçu de lui. Je me rappelle qu'après la nouvelle...
Seite 217 - Quelque temps avant cette petite scène, une autre plus importante avait eu lieu à l'occasion du premier mariage du prince royal, à Charlottenbourg. Chaque cour a pour ces sortes de fêtes ses formalités et son étiquette particulière; et, comme les marquis de Brandenbourg sont premiers chambellans de l'Empire, ils ont institué pour cérémonie la plus auguste, dans les fêtes de leurs mariages, une pratique qui en elle-même est insignifiante et ridicule, mais qui devient très respectable...
Seite 209 - Berlin , avait environ trente ans, était bel homme, et frappait tout le monde par ses grâces naturelles et engageantes, par un air de noblesse et de dignité, par l'art des prévenances, et surtout par une physionomie franche, ouverte et toujours sereine. Je n'ai vu personne avoir plus que lui cette politesse qui, d'une part, ne vous laisse rien à désirer, et de l'autre, ne vous permet point de voir celui qui la montre ailleurs qu'à sa place.
Seite 261 - ... la solidité des traités , touchée des » besoins des peuples , et voulant remettre de » l'ordre dans ses finances , fit ce qu'elle avoit » proposé à votre majesté ; en quoi la France » l'imita jusqu'à un certain point. Cinq années » consécutives de paix et d'économie ont rem» pli ses vues , au moins en partie.
Seite 126 - Très->content, monsieur : quand on sait les « choisir, ce sont, à mon avis, les premiers chevaux de l'Eu« rope pour la cavalerie. — Cependant ils m'ont paru avoir un « grand défaut durant la dernière guerre. — Et quel est ce « défaut, s'il vous plaît? — C'est qu'ils n'ont jamais voulu avan
Seite 216 - l'honneur de vous prévenir ». Madame ne crut pas que l'on osât effectuer une semblable menace : ainsi elle remplit et vida sa bague une troisième fois aux dépens de M. de Guines , qui à l'instant même prit son gobelet d'eau , et le lui servit comme il l'avoit annoncé , en. ajoutant avec calme : « Je vous » en avois avertie , madame ». Le mari prit aussi son parti sur-le-champ , et déclara que c'étoit très -bien fait , et qu'il en remercioit M.

Bibliografische Informationen