Die Werke von Leibniz gemäss seinem hanschriftlichen Nachlasse in der Königlichen Bibliothek zu Hannover, Band 7

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 134 - en attendant qu'on soit disposé à faire les autres. Les ouvrages de cette sorte ne s'achèvent pas tout d'un coup, et l'on ne revient pas aussi vite de ses préventions qu'on y est entré. Mais pour ne se pas tromper dans ces projets d'union, il faut estre bien averti, qu'en se
Seite 215 - faite autrement qu'en maintenant le dogme déjà établi: le second, qu'on n'en trouvera non plus aucun où une décision déjà faite ait jamais été affoiblie par la postérité. Il ne me reste qu'à vous supplier de vouloir bien avertir vos grandes Princesses, si elles jettent les yeux sur mes
Seite 262 - de plusieurs façons. Nous ne serons jamais excusables, si nous laissons perdre des conjonctures si favorables. 11 ya chez vous un Roy qui est en possession de faire ce qui étoit impossible à tout autre, dont on m'assure que les lumières, qui vont de pair avec la puissance, sont fort tournées du costé de Dieu.
Seite 206 - fort mal-avisés, s'ils se laissoient donner le change là- dessus. C'est cela mesme qui les doit encourager à presser davantage la continuation de ces fruits des travaux communs des personnes bien intentionnées; et vous, Monseigneur, avec vos semblables, (dont il seroit à souhaiter qu'il y en eut beaucoup à present, et qu'il y eut
Seite 104 - se reduisoit à ce beau privilège : vous jugerez bien, quand vous jugerez bien! — Car je distingue entre le corps de l'Eglise, qu'on n'accorde pas avoir jamais prononcé contre les Protestans, et entre les supérieurs ecclésiastiques hors du corps, qui ne sçauroient estre infaillibles, et dont les excommunications sont semblables à celles dont le procureur
Seite 189 - du bas ordre, qui ne font que se copier les uns les autres. Mais quand on accorderoit que toutes ces décisions passoient déjà pour véritables, selon la plus commune opinion, il ne s'ensuit point qu'elles passoient tousjours pour estre de foy; et il semble que les anathemes du Concile de Trente ont bien changé
Seite 333 - en n'y voulant pas comprendre le concile de Trente pour ne le pas effaroucher : cela ne prouveroit pas qu'il ne fust pas receu en France sur les dogmes de la foy, comme il ne l'est pas sur quelques poincts de doctrine. Ce n'est point à moy, Monseigneur, à entamer ces questions ny à respondre
Seite 206 - approuvés jusques dans l'Eglise Romaine. Ils ont déja rempli des volumes de ce qu'ils appellent catalogues des témoins de la verité ; et ils n'apprehendent point qu'on en infere l'inutilité de la Reforme. Au contraire, rien ne sert davantage à leur justification que les suffrages de tant de bons Auteurs, qui ont approuvé les sentimens qu'ils ont travaillé
Seite 135 - et tout le Concile de Trente est reçu unanimement à cet égard, tant en France que partout ailleurs. Aussi ne voyons nous pas que, ny l'Empereur, ny le Roy de France, qui étoient alors, et qui concouroient au même dessein de la reformation de l'Eglise, ayent jamais demandé qu'on en reformât les dogmes, mais seulement qu'on
Seite 122 - si pur et si judicieux, sera d'un grand poids pour ranimer le leur. Je suis avec respect etc. XXXVI. Madame de Brinon à Leibniz. Le 31 d'Aoust 1691. (Extrait.) Elle demande l'envoi des articles convenus avec l'évêque de Neustadt ainsi que ses pouvoirs qu'elle veut communiquer

Bibliografische Informationen