Histoire naturelle: t.1-14: Histoire naturelle des poissons (La Cépède; 1799-1804)(14 t.)

Cover
P. Didot l'ainé ... et Firmin Didot, 1799
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 86 - Elle traverseroit au milieu de l'atmosphère des espaces bien plus grands encore , si la membrane de ses ailes pouvoit conserver sa souplesse au milieu de l'air chaud et quelquefois même brûlant des contrées où on la trouve : mais le fluide qu'elle frappe avec ses grandes nageoires, les a bientôt desséchées, au point de rendre...
Seite 54 - Les yeux de l'épiuoche sont saillans, et ses mâchoires presque aussi avancées l'une que l'autre : chaque ligne latérale est marquée ou recouverte par des plaques osseuses placées transversalement, plus petites vers la tête ainsi que. vers la queue, et qui, au nombre de vingt-cinq , de vingt-six ou de vingt-sept , forment une sorte de cuirasse assez solide.
Seite 154 - ... dans les eaux de leurs habitations favorites. La beauté a donc été l'origine de la captivité de ces mulles; elle a donc été pour eux , comme pour tant d'autres êtres dignes d'un intérêt bien plus vif, une cause de contrainte , de gêne et de malheur. Mais elle leur a été bien plus funeste encore par un effet bien éloigné de ceux qu'elle fait naître le plus souvent ; elle les a condamnés "à toutes les angoisses d'une mort lente et douloureuse; elle a produit dans Fame de DESMULLE...
Seite 226 - ... .assez grandes ; la partie postérieure de la tête relevée; quatre dents fortes et crochues à l'extrémité de chaque mâchoire; une dent...
Seite 157 - ... éclairer que les fers ; des joies fausses , mais bruyantes et qui étourdissent, des plaisirs grossiers qui enivrent, des jouissances sensuelles qui amènent tout oubli du passé, toute considération du présent, toute crainte de l'avenir, des représentations vaines de ces trésors trompeurs entassés à la place des vrais biens que l'on avoit perdus , plusieurs recherches barbares, tristes...
Seite 157 - ... et les poissons qu'ils doivent préparer. Et que ce luxe absurde , ces plaisirs féroces, cette prodigalité folle, ces abus sans reproduction, cette ostentation sans goût , ces jouissances sans délicatesse , cette vile débauche, cette plate recherche, ces appétits de brute , qui se sont engendrés mutuellement , qui n'existent presque jamais l'un sans l'autre , et que nous rappellent les traits que nous venons de citer, ne nous étonnent point. De Rome républicaine il ne...
Seite 68 - Il en est résulté pour cette espèce, cette sorte de sécurité qui dédommage le foible de tant de privations. Pressée par la faim , ne trouvant pas facilement à certaines distances des rivages les œufs , les vers, les insectes, les mollusques...
Seite 240 - Vingt rayons aiguillonnés et douze rayons articulés à la dorsale; trois rayons aiguillonnés et six rayons articulés à l'anale; la caudale arrondie ; la tête...
Seite 233 - Quinze rayons aiguillonnés et dix rayons articulés à la nageoire du dos; quatre rayons aiguillonnés et huit rayons articulés à celle de l'anus : toutes les...
Seite 264 - ... tons les plus vifs , leur ont été prodigués. Le feu du diamant , du rubis , de la topaze , de l'émeraude , du saphir, de l'améthyste, du grenat scintille sur leurs écailles polies; il brille sur leur surface en gouttes, en croissans,' en raies, en bandes, en anneaux, en ceintures , en zones , en ondes ; il se mêle à l'éclat de l'or et de l'argent qui y resplendit sur de grandes places, ou il relève les reflets plus doux , les teintes obscures ,' les aires pâles, et pour ainsi dire...

Bibliografische Informationen