La philosophie du bons-sens, ou Réflexions philosophiques sur l'incertitude des connoissances humaines, Band 3

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 181 - Mourgues dans son plan théologique du pytbagorisme , avoir beauroup fait d'avoir choisi le corps le plus subtil (le feu), pour en composer l'intelligence ou l'esprit du monde, comme on le peut voir dans Plutarque. Il faut entendre leur langage ; car dans le nôtre , ce qui est esprit n'est pas corps , et dans le leur au contraire on prouverait qu'une chose était corps parce qu'elle était esprit...
Seite 123 - cas de ce témoignage de Ciceron , „ que dans le lieu même où il rapporte „' le fentiment des Philofophes de la „ fecte d'Ionie , conformément à Ci„ ceron à l'égard du refte , il le contre„ dit formellement à l'égard de Thalès.
Seite 214 - ... esprits, et se montrait encore une fois pour ne plus reparaître. Les Grecs modernes ont été à peu près dans les mêmes idées que les anciens. Ce sentiment est appuyé de l'autorité de M.
Seite 224 - ... que le sont les points de l'espace dans lesquels elle est tout entière? Saint Augustin est bien excusable d'avoir été arrêté par ces difficultés, surtout dans un temps où la doctrine de la pure spiritualité de Dieu ne faisait, pour ainsi dire, qu'éclore. Ce fut lui-même qui dans les suites la porta à un point bien plus parfait; cependant il ne put la perfectionner alors sur l'essence de Dieu, il raisonna toujours en parfait matérialiste sur les substances spirituelles. Il donna des...
Seite 273 - Car il en dit des cbofes fi contra,diBoires , qu'il me feruit aujfi difficile de m'en former une notion diftincte, fur ce qu'il en dit, que de comprendre une montagne fans vollte.
Seite 274 - Dieu renferme en lui-même une étendue intelligible infinie : car Dieu connoît l'étendue , puifqu'il l'a faite , & il ne la peut connoître qu'en lui-même.
Seite 87 - Examinés fur tout, fi cet objet , qui fait votre peine , eft de la nature des chofes qui dépendent de vous ; car fi cela n'eft pas, dites fans vous émouToir , que ce n'eft point votre affaire.
Seite 220 - ... est corporel et figuré. Il faut aussi que le concile de Constantinople qui décida conformément à l'opinion de Palamas, et sur l'autorité d'un grand nombre de Pères, qu'il émane de l'essence divine une lumière incréée, laquelle est comme son vêtement, et qui parut en Jésus-Christ dans sa transfiguration; il faut, dis-je, ou que ce concile ait cru que la divinité est un corps lumineux, ou qu'il ait établi deux opinions contradictoires, car il est absolument impossible qu'il émane...
Seite 287 - Perbe s'ej} fait chair, & d'autres femblables vérités , qui fuppofent l'exijïence d'un monde créé. Donc il eft certain par la foi qu'il ya des corps , & toutes ces apparences deviennent par...
Seite 167 - ... les météores , les plantes, les pierres, & les métaux mais auffi les Dieux & les hommes Un tel dogme étoit au fond le Spi nozifme.

Bibliografische Informationen