Le tresor du Parnasse: ou le plus joli des recueils

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 110 - Le pourras-tu, grand Dieu, mon désespoir, mes larmes, Contre un cher ennemi te demandent des armes; Et cependant, livrée à de contraires vœux, Je crains plus tes bienfaits que l'excès de mes feux '. Il étoit impossible que l'antiquité fournît une pareille scène, parce qu'elle n'avoit pas une pareille religion. On aura beau prendre pour héroïne une vestale...
Seite 111 - Non, tu n'éprouves plus ces iecouffes cruelles, Abailard ; tu n'as plus de flammes criminelles. Dans le funefte état où t'a réduit le fort, Ta vie eft un long calme, image de la mort. Ton fang, pareil aux eaux des lacs & des fontaines. Sans trouble & fans chaleur circule dans tes veines. Ton cœur glacé n'eft plus le Trône de l'Amour; Ton œil appéfanti , s'ouvre avec peine au jour: On n'y voit point briller le feu qui me dévore.
Seite 273 - Tu peux en lieux charmans transformer ces climats. A ces triftes beautés, qui te plairont peut-être, Tu peux , fi tu le veux , donner un nouvel être. Chaque jour tu verras , fans t'occuper de moi , Leurs appas fe former , & s'embellir pour toi ; Et, fier de leurs progrès, jaloux de leur hommage, Tu finiras , cruel , par chérir ton Ouvrage. Ah ! fi je le croyois , je franchirois les mers , J'irois, n'en doute pas , au fond de tes déferts, Furieufe, prenant la vengeance pour guide , Un poignard...
Seite 111 - Ton œil appesanti s'ouvre avec peine au jour ; On n'y voit point briller le feu qui me dévore : Tes regards sont plus doux qu'un rayon de l'aurore. Viens donc, cher Abailard; que crains-tu près de moi?
Seite 103 - Son amour fastueux me place sous le dais ; Alors on me verra préférer ce que j'aime A l'éclat des grandeurs, au monarque, à moi-même.
Seite 8 - Corneille ! De ton vol d'aigle observant la hauteur, J'ai vu l'aurore interrompre ma veille ! De quel rayon le Ciel t'illumina , Quel feu divin s'alluma dans tes veines, Quand du faux goût rompant les lourdes chaînes...
Seite 111 - Je l'embrasse... il se livre à ma plus tendre ardeur. La douce illusion se glisse dans mes veines : Mais que je jouis peu de ces images vaines ! Sur ces objets flatteurs, offerts par le sommeil, La raison vient tirer le rideau du réveil.
Seite 162 - Sallufte jaloux je lirai votre hiftoire , A Lycurgue vos lois , à Virgile vos vers ; Je furprendrai les morts ; ils ne pourront me croire : Nul d'eux n'a raffemblé tant de talens divers.
Seite 11 - Que le travail n'a jamais imité. J'entends Boileau monter sa voix flexible A tous les tons, ingénieux flatteur, Peintre correct, bon plaisant, fin moqueur, Même léger dans sa gaieté pénible ; Mais je ne vois jamais Boileau sensible.
Seite 34 - L'honneur de les tuer fuffit à vos fureurs ; Qu'importe, à qui n'eft plus, de devenir la proie Des vers ou des vainqueurs. Du moins, fi tant de fang rendoit à la Patrie Des jours plus fortunés , un tranquille deftin ; Mais quel en eft le prix ? le Soldat eft fans vie, Et le Peuple fans pain.

Bibliografische Informationen