Ueber die Lehre des Spinoza in Briefen an den Herrn Moses Mendelssohn

Cover
G. Löwe, 1789 - 440 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 241 - Nous avons une impuissance de prouver, invincible à tout le dogmatisme ; nous avons une idée de la vérité, invincible à tout le pyrrhonisme.
Seite 217 - Chaque monade, avec un corps particulier, fait une substance vivante. Ainsi il n'ya pas seulement de la vie partout, jointe aux membres ou organes ; mais même il ya une infinité de degrés dans les monades, les unes dominant plus ou moins sur les autres.
Seite 109 - ... ne peut, en aucun sens, être la cause de la substance. Elle dépend de ce qui la fait être : elle en est l'expression et l'action, et il est impossible que ce soit elle qui le fasse agir. Les idées (c'est-à-dire, la pensée déterminée d'une certaine manière ) sont caractérisées par leur contenu; mais ce contenu, ou ce qui lui répond, ne produit pas la pensée. Le contenu de l'idée , ou ce qui lui répond , est ce que nous appelons l'objet de l'idée. Il ya donc dans chaque idée: 1°....
Seite 217 - ... une infinité de degrés dans les monades, les unes dominant plus ou moins sur les autres. Mais quand la monade a des organes si ajustés , que par leur moyen il y a du relief et du distingué dans les impressions qu'ils reçoivent . et , par conséquent , dans les perceptions qui les représentent . comme, par exemple, lorsque par le moyen de la figure des...
Seite 130 - Ne vous échauffez pas, mon cher Spinoza, mais hâtons-nous de voir à quoi tout cela nous mènera. Je ferai à l'égard de vos argumens, comme vous avez fait à l'égard des miens, et me contenterai de vous demander...
Seite 119 - Dans l'univers, en tant que physique , il n'ya pas plus de mouvement que de repos. Une partie en mouvement communique son mouvement à une autre partie en repos , et en reçoit le repos en retour. L'action et la réaction , quels qu'en soient les principes , sont égales. Ainsi , la somme de toute action dans l'univers est égale à celle de toute réaction. L'un détruit l'autre : ce qui nous mène au plus parfait...
Seite 157 - II, pag.ioi et 100. dégager plus ou moins dans ceux qui paroissent en être destitués, si on s'appliquoit à détruire les résistances qui s'opposent à l'effet de son action? En méditant sur cet objet, j'ai cru entrevoir que la matière des certitudes, qui n'a pas encore été approfondie, pourroit être traitée de façon qu'elle nous conduisît à de nouveaux axiomes.
Seite 142 - Mais cette liberté ne consiste pas dans une faculté chimérique de pouvoir vouloir ; puisque le vouloir ne sauroit être que dans la volonté qui est , et que d'attribuer à un être un pouvoir de pouvoir vouloir , c'est comme si on lui attribuoit un pouvoir de pouvoir être , en vertu duquel il ne tiendrait qu'à lui de se donner l'existence actuelle.
Seite 158 - ... vous demander des lumières que j'ai pris la plume , et non pour vous en offrir. Puissiez-vous ne me pas juger indigne de vos instructions. J'ose vous en demander , pour combattre les argumens de Spinoza contre l'intelligence et la personnalité du premier principe, la volonté libre et les causes finales ; argumens dont je n'ai jamais pu venir à bout avec de la bonne métaphysique. Cependant il est essentiel d'en découvrir et de pouvoir en démontrer les défauts : puisque sans cela nous aurions...
Seite 278 - Diro dumque, ehe la tavola come tavola non e animata, ne la veste come veste, ne il cuoio come cuoio, ne il vetro come vetro, ma come cose naturali e composte hanno in se la materia e la forma: sia pur cosa quanto piccola, e minima si vogla, ha in se parte di sustanza spirituale, la...

Bibliografische Informationen