Les conifères indigènes et exotiques: traité pratique des arbres verts ou résineux ...

Cover
J. Rothschild, 1867 - 312 Seiten
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 193 - ... de ces arbres, lorsqu'on les débite, sont dues uniquement à leur âge et aux terrains dans lesquels ils ont crû, je suis cependant convaincu qu'il en est autrement et en voici la raison : » Lorsque j'ai fait abattre des pins plantés par mon père, il vivait encore ici quelques hommes qui se rappelaient les avoir vu élever. La graine avait été semée dans une seule et même planche, les plants repiqués en pépinière, plus tard plantés à demeure le même jour; lors, dis-je, que j'ai...
Seite 193 - ... en est autrement et en voici la raison : » Lorsque j'ai fait abattre des pins plantés par mon père, il vivait encore ici quelques hommes qui se rappelaient les avoir vu élever. La graine avait été semée dans une seule et même planche, les plants repiqués en pépinière, plus tard plantés à demeure le même jour; lors, dis-je, que j'ai coupé les arbres, j'ai vu que les uns avaient le bois blanc et spongieux, tandis que d'autres l'avaient dur et rouge, et cela à quelques jours de distance...
Seite 202 - KIRWAN (1) signalait encore ces avantages à l'actif du pin de Riga ou pin du Nord : sa végétation est plus précoce que celle des diverses nuances de la forme sylvestre commun; les bourgeons se développent de huit à quinze jours plus tôt et donnent des pousses d'un vert tendre ou très rarement rougeâtres. L'éducation en haute futaie d'un massif de pins de Riga doit être plus facile que celle du pin d'Ecosse. Les branches, fastigiées ou au moins sensiblement dressées, permettent de serrer...
Seite 50 - ... une motte suffisamment volumineuse pour qu'aucune grosse racine ne soit mutilée dans sa portion principale. Si parfois quelqu'une se montre d'une longueur démesurée, on la réserve avec soin et on la laisse pendre à nu. La motte est taillée en cône ou pain de sucre renversé, c'est-à-dire avec sa • plus petite section transversale en bas. Puis, tout autour de cette motte, on place debout des planches légères de peuplier ou de sapin (voliges) disposées côte à côte, avec un intervalle...
Seite 234 - ... le pin sylvestre ne végète que misérablement. Il donne même de beaux produits sur les sols où aucune végétation ne s'est jamais montrée, où aucune espèce d'arbre n'a jamais pu croître. C'est ainsi qu'on le trouve atteignant une hauteur de 15 à 18 mètres et une circonférence de Im50, dans des pierres calcaires à peine recouvertes ou entremêlées de terre maigre et improductive.
Seite 93 - Lorsqu'il est isolé ses branches pendent quelquefois jusqu'à terre, et il est alors impossible d'apercevoir le tronc dans aucune partie. «Près du sommet des chaînes centrales, vers les pics les plus élevés , dans les endroits les plus découverts et les plus froids , là où aucune autre espèce ne se rencontre , il résiste à la sévérité du climat sans en éprouver la moindre fatigue, croissant dans des débris schisteux qui paraissent incapables de soutenir aucune végétation. Enfin...
Seite 52 - Un fond de tonneau, grossièrement préparé avec des planches analogues, reliées entre elles par deux lames de feuiUanl de tôle, dont les bouts dépassent de 20 centimètres, y est appliqué. Les bouts de feuillard sont percés de deux ou trois trous qui permettent de les clouer sur les douves verticales. On répète ce travail de l'autre côté et l'opération est terminée. C'est alors qu'on peut manier l'arbre à volonté sans qu'il craigne quoi que ce soit. Par surcroît de précaution pour...

Bibliografische Informationen