Oeuvres complètes de Voltaire: Correspondance avec l'Alembert

Cover
Carez, Thomine et Fortic, 1822
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 144 - J'avais trop ménagé mon monde; mais, Qui n'a plus qu'un moment à vivre N'a plus rien à dissimuler.
Seite 365 - Dieu! que deviendrais-je avec une femme et des enfants? la personne à laquelle on me marie (dans les gazettes) est à la vérité une personne respectable par son caractère, et faite; par la douceur et l'agrément de sa société, pour rendre heureux un mari; mais elle est digne d'un établissement meilleur que le mien, et il n'ya entre nous, ni mariage, ni amour, mais de l'estime réciproque, et toute la douceur de l'amitié. Je demeure actuellement dans la même maison qu'elle, où il ya d'ailleurs...
Seite 225 - Croiriez-vous qu'un conseiller au parlement disait, il y a quelques jours, à un des avocats de la veuve Calas, que sa requête ne serait point admise, parce qu'il y avait en France plus de magistrats que de Calas? Voilà où en sont ces pères de la patrie. En attendant que vous répondiez à Caveirac , qui n'en vaut pas la peine , le châtelet vient de décréter ce Caveirac de prise de corps , pour avoir fait l' Appel à la raison en faveur des jésuites.
Seite 19 - Enfin je ne voudrais dans votre Dictionnaire que vérité et méthode. Je ne me soucie pas qu'on me donne son avis particulier sur la comédie, je veux qu'on m'en apprenne la naissance et les progrès chez chaque nation : voilà ce qui plaît, voilà ce qui instruit. On ne lit point ces petites déclamations dans lesquelles un auteur ne donne queses propres idées, qui ne sont qu'un sujet de dispute.
Seite 240 - J'ai toujours peur que vous ne soyez pas assez zélé. Vous enfouissez vos talens; vous vous contentez de mépriser un monstre qu'il faut abhorrer et détruire. Que vous coûterait-il de l'écraser en quatre pages, en ayant la modestie de lui laisser ignorer qu'il meurt de votre main?
Seite 147 - Les philosophes sont désunis; le petit troupeau se mange réciproquement, quand les loups viennent à le dévorer; c'est contre votre Jean-Jacques que je suis le plus en colère. Cet archi-fou qui aurait pu être quelque chose, s'il s'était laissé conduire par vous, s'avise ,de faire bande à part; il écrit contre les spectacles, après avoir fait une mauvaise comédie; il écrit contre 'la France qui le nourrit; il...
Seite 239 - Pour moi, mon illustre et incomparable voyageur, je ne vous pardonnerai jamais de n'être pas revenu par Genève. Vous dédaignez les petits triomphes; vous auriez été bien content de voir l'accomplissement de vos prédictions. Il n'ya plus dans la ville de Calvin que quelques gredins qui croient au consubstantiel.
Seite 57 - Suisse, et d'Allemagne, savent bien qu'il n'en est rien. Ils n'auront que la honte d'avoir renié inutilement leur créance. Mais vous, à qui quelques-uns se sont ouverts, vous qui êtes instruit de leur foi par leur bouche, ne vous rétractez pas : il y va de votre salut, votre conscience y est engagée. Ces genslà vont se couvrir de ridicule...
Seite 9 - Il ne s'attendait pas que sa thèse dût le faire vivre du bien de l'église, quand elle lui attirait de si violentes persécutions. Vous voyez que cette église est comme la lance d'Achille, qui guérissait les blessures qu'elle avait faites. Heureusement les bénéfices ne sont point en Silésie, à la nomination de Boyer ni de Couturier.
Seite 239 - Il n'ya plus dans la ville de Calvin que quelques gredins qui croient au consubstantiel. On pense ouvertement comme à Londres; ce que vous savez est bafoué. Il n'ya pas longtemps qu'un pauvre ministre de village prêchant devant quelques citoyens qui ont des maisons de campagne, un de ces messieurs le fit taire. • Vous m'ennuyez, lui ditil, allons dîner.

Bibliografische Informationen