Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

119

CRYPTOMERIA NIGRICANS. nous avons plantés à Mons (Belgique), avons | LEGENDE DE LA FIGURE 21. fait un grand usage des arbres fruitiers, soit | A. Plate-bande de 1 mètre de largeur le long des

murailles. pour la plantation des massifs, soit comme

B. Sentier de même largeur. arbres isolés sur les pelouses.

C. Rhododendrons. Y a-t-il beaucoup d'arbres dits d'ornement D. Rosiers hybrides. qui peuvent rivaliser au printemps, au mo

E, E', E!!. Plantes annuelles.

F. Massif de Brugnons de Felligny, francs de pied. ment de la floraison, avec les Poiriers, Pom

G. Massif de Pechers d'Oignies, francs de pied. miers, Pêchers, Cerisiers et autres? Comme H. Un Poirier haule tige : Passe-Colmar. feuillage, toutes les variétés fruitières de

1. Massif de Cerisiers greflés basse tige, sur Sainte

Lucie et taillés en tête. nos jardins équivalent bien avec la majeure

1 J. Un Poirier haute lige : Beurré Diel. partie des arbres généralement cultivés, et lk, k1. Massifs de Pommiers gretfés basse tige sur ce qui, à notre avis, doit entrer en très-sé-i paradis et taillés en tête. rieuse ligne de compte, c'est la récolte des arest la recette des 'L, L', L'!. Trois Poiriers haute tige : Joséphine de

I. fruits. A notre avis, une plantation d'arbres ! M. Reposoir ou salle de verdure semi-circulaire en

Malines. fruitiers bien exécutée charmera aussi bien cordons obliques bi-latéraux, croisés, de Poiriers l'æil que la plupart des végétaux dits d'or- 1 greilés sur Coignassiers : Beurré d'Amanlis,

Duchesse d'Angoulème. nement, et, de plus, aux Neurs succèdent

N. Un Poirier haute tige : Beurré d'Hardenpont de des fruits qui, après avoir charmé les yeux, Belgique. sont une source de bien-être qui n'est pas å 0. Un Prunier å haute tige : Reine-Claude. dédaigner.

P. Quatre Poiriers en fuseau.

Q. Trois Cerisiers à haute tige. Par la taille, on peut obtenir tout une sé

R. Trois Pruniers à haute tige. rie de formes qui se rapprochent plus ou S. Un Abricotier à haute tige. moins de celles que prennent les arbres et

arbres et T. Trois Poiriers en fuseau.

U, U'. Deux Nelliers en buissons. les arbustes d'ornement; la pyramide, le fu

V. Un Pommier à haute tige : Court-Pendu de seau, les formes en boule, à haute et basse Tournav. tige, et même en buisson, peuvent s'obtenir | X. Massif d'Abricotiers gressés à basse tige (Pêche avec tous les arbres fruitiers, et cette dernière

ou de Nancy). forme est mème particulière aux Péchers, On ne saurait trop féliciter notre collègue, Abricotiers et Brugnoniers francs de pied | M. Wesmael, de l'initiative qu'il a prise ; il non soumis à la taille. .

| ne nous parait pas douteux qu'il trouvera Pour plus de clarté, nous avons pensé bien beaucoup d'imitateurs. En attendant, faisons faire en joignant à celle notice le croquis remarquer que, ainsi qu'il le dit lui-même, d'un jardin que tout récemment nous avons on pourra, dans certains cas, ne pas être planté à Mons (fig. 21).

aussi exclusif et faire entrer quelques espèCe jardin est clos de murs qui ont été ces d'arbres d'ornement proprement dits, plantés d'arbres fruitiers, qui seront presque tels que Hètres pourpres, Tulipiers, Sortous conduits en cordons obliques ou verti- | biers, Faux-Ebéniers, etc., qu'on isolera cà caux, suivant les espèces.

et là, afin de diversifier le paysage et donner Les massifs, composés d'arbres fruitiers, à l'ensemble un caractère plus piltoresque. seront bordés au printemps par des plantes On pourra faire de même pour certaines esfleuries empruntées aux belles espèces qui pèces d'arbustes de choix. Quant aux arbres ornent nos jardins depuis quelques années. fruitiers, il va sans dire que les espèces se

Peut-être nous reprochera-t-on d'avoir ront variées en raison du terrain, du climat, été trop exclusif dans la plantation de ce de l'exposition, etc., ainsi que du but qu'on jardin, en empruntant toutes les plantes li- | cherchera à atteindre. Il en sera de même, gneuses, à part quelques Rhododendrons et soit pour la disposition des arbres, soit pour Rosiers, aux espèces fruitières ; mais nous la forme du jardin. avons voulu démontrer qu'au point de vue 1 En représentant le plan ci-contre, M. Wesde l'effet, ces dernières étaient aussi conve- | maelne prétend pas l'imposer commemodèle, nables que les arbres et arbustes d'orne- mais s ulement donner une idée de ce qu'il ment pour la plantation d'un jardin de petite a fail. Il a prèché d'exemple; nous l'en féliétendue.

citons. C'est ainsi qu'on doit agir lorsqu'on Alf. WESMAEL, s'attache à une bonne chose, et qu'on veut Horticulteur à Mons (Belgique). I la faire réussir.

(Rédaction.)

CRYPTOMERIA NIGRICANS

La plante qui fait le sujet de cette note | leur donne un air de parenté très-marqué provient d'un semis fait au Muséum, de avec le C. pungens; celui dont nous allons graines venant directement du Japon. Bien parler, le C. nigricans, est surtout des plus qu'ils aient les caractères généraux du C. remarquables par la couleur roux brun que Japonica, tous les individus issus de ce se présentent et que conservent toutes ses mis ont néanmoins un aspect particulier qui | feuilles. Cette couleur, qui se montre dès le : *120

BOUQUETS D'HIVER POUR LES APPARTEMENTS. premier développement des feuilles, n'oc- | tion si singulière de ce pays à la végétacupe ordinairement que la moitié supérieure lion européenne. Au point de vue ornemende celles-ci; l'autre moitié est verte, ce qui tal, il sera d'un grand secours par le conproduit un contraste qui augmente la singu | traste qu'il produira, planté à côté d'autres larité de l'ensemble. Toutefois à certains mo Conifères à feuilles vertes, et surtout à côté ments, dans l'hiver surtout, la couleur bronze de l'espèce si jolie et si originale du C. eles'étend sur presque toute la surface des gans. Inutile d'ajouter que, au point de vue feuilles. Celles-ci sont ténues, arquées comme scientifique, le C. nigricans présente un celles du C. Japonica, atténuées en une grand intérêt, en démontrant comment les pointe fine.

caractères se forment et comment aussi des Le C. nigricans est remarquable à diffé caractères très-importants se montrent tout rents titres; par sa couleur et son aspect, il à coup, ce qui devrait donner à réfléchir aux rappelle certains végétaux Conifères de la partisans de l'espèce absolue. Tasmannie (soit Dacrydium et Podocarpus particulièrement), et relie ainsi la végéta- |

E.-A. CARRIÈRE.

BOUQUETS D'HIVER POUR LES APPARTEMENTS Pris dans un sens restreint et précis, le Conifères tels que, Pins, Sapins, Epicea, Cymot bouquet signifie assemblage ou réunion près, Génevriers, Ifs, etc. Ces plantes, dont de fleurs, quelle que soit la disposition qu'on l'aspect est si différent, dont la forme et la leur donne. Dans un sens plus général, le disposition des feuilles présentent un cachet mol bouquet s'applique à des parties de tout particulier de légèreté ornementale, végétaux, quelles qu'elles soient, cela tous présentent cet autre avantage, non moins tefois sans proscrire "les fleurs ; celles- grand, de se conserver très-longtemps, surci peuvent y être en quantité plus ou moins tout si l'on peut avoir des vases dans lesgrande ; dans certains cas, elles peuvent quels on met un peu d'eau pour baigner la même faire complètement défaut. C'est le | base des rameaux. Dans ces conditions nous cas le plus ordinaire pour les bouquets d'hi- avons conservé des branches de Cyprès, ver, qui en général se composent de bran- d'Epicea, etc., plus de deux mois; nous ches couvertes de feuilles, auxquelles pour devons même faire connaitre cette particutant on ajoute fréquemment des fleurs, ou larité, que les brarches de Cyprès ont poussé mieux des inflorescences de Graminées. Bien et que les fruits qu'elles portaient ont contique toutes les Graminées n'aient pas la nué à grossir. même valeur ornementale, le plus grand Un autre fait qui nous a frappé, c'est l'abnombre peuvent être employées à cet usage; sorption considérable d'eau qu'ont faite ces nos espèces communes, telles que Blé, Seigle, rameaux de Conifères ; toute proportion garOrge, Avoine, etc., peuvent être utilisées avec dée, elle nous a paru plus grande que celle avantage; il suffit de les récolter en temps des autres végétaux auxquels nous les avons convenable. En général et suivant les espè- | comparés. . ces, c'est lorsqu'elles commencent à fleurir, Une autre propriété que possèdent les ou même quelque temps auparavant, qu'il Conifères et que nous devons tout particufaut les recueillir. Lorsqu'il s'agit de grands lièrement faire ressortir, c'est d'être trèsbouquets, les Gynerium, les Arundo cons- salubres à cause des émanations résineuses picua, le Phragmites vulgaris même, sont qu'ils dégagent. A ce point de vue, nous resurtout d'un très-grand secours. Placés à commandons surtout le Cupressus Lamberpropos au milieu de feuillages, ils font res tiana, et tout particulièrement le Cupressus sortir ceux-ci, en donnant au tout un carac- | Macnabiana, qui dégage une odeur qui raptère de légèreté et de grandeur que n'au- | pelle un peu celle de la Pomme de reinette. raient pas les feuilles seules.

Indiquer aux maîtresses de maison qu'il Les espèces les plus usitées pour leur faut renouveler de temps à autre l'eau des feuillage sont les Fusains du Japon à feuilles vases dans lesquels il y a des plantes afin vertes ou à feuilles panachées, les Lauriers d'éviter l'odeur désagréable qui résulte du Tin; les Houx surtout sont doublement pré- séjour des végétaux dans ce milieu ; leur cieux, à cause de leurs fruits d'un beau dire qu'on s'oppose temporairement à la purouge, ou même jaune, suivant les variétés, | tréfaction de l'eau en ajoutant dans celle-ci qui produisent un constraste magnifique avec quelques morceaux de charbon, serait les le vert foncé luisant des feuilles. Les Bam- | mal connaître, leur faire presque une injure bous aussi peuvent être employés avec beau- et supposer qu'elles sont novices dans cet coup d'avantages dans la confection des art, dans lequel, au contraire, elles sont pasbouquets d'hiver.

sées maitres. Aussi nous garderons-nous de Un groupe de plantes très-propres aussi le faire.

MAY. à la confection des bouquets d'hiver, et qu'on a trop. négligé jusqu'a présent, est celui des | Orléans, imp. de G. JACOB, cloitre Saint-Etienne, 4.

CHRONIQUE HORTICOLE (DEUXIÈME QUINZAINE DE MARS)

Mort de M. Victor Van den Hecke de Lembeke. - La vigne Royal Ascol.- Fait rapporté par le Bulletin

du Cercle professoral d'arboriculture de Belgique. - Exposition universelle de Lyon. - Lettre de M. Baltet relative aux programmes des expositions horticoles. — Bacs fabriqués par M. Guénot. Vote de la Société d'horticulture de Cherbourg concernant un de ses membres. - Explications données par M. de Ternisien. – Effets du froid sur les Aucubas. – Catalogue général de VM. Thibaut et Keteleer. - Prix fondés par la Société des agriculteurs de France pour l'étude des irrigations et la découverte d'un moven efficace de détruirt les hannetons et les vers blancs. - Publication de M. Varangot relative à la destruction des mans. — Suppression de la partie soliacée des plantes tubéreuses ou tuberculeuses. — Expériences faites sur les Carottes. - Exposition de la Société d'hurticulture du Bas-Rhin. – Remède de M. Proust contre l'oïdium. - Fructification du Chanu rops excelsa au Muséum.

L'horticulture belge vient de faire une très- 1 l'une deux et les autres trois grappes chagrande perte dans la personne de M. Victor cune. Le premier fruit était parfaitement Van den Hecke de Lembeke, président du mûr en août, et ceux des branches latérales Cercle professoral pour le progrès de l'ar en janvier 1869. Les grappes élaient magniboriculture en Belgique. M. Victor Van den fiques. ) Hecke de Lembeke, mort le 24 janvier 1870, Si cette abondante prolification se contià l'âge de 56 ans, était un grand amateur | nue, on aura dans le Royal Ascot une Vigne d'horticulture qu'il aimait beaucoup; il était précieuse comme production, mais en même en même temps un de ses bons soutiens, et temps encore une exception à celle règle chaque fois que l'horticulture était en cause, qu'on a posée et qui dit ( qu'on n'a des soit pour une Exposition, soit pour toute Raisins que sur des pousses venant sur du autre réunion à laquelle elle était intéressée, bois de deux ans. » il était bien rare de ne pas rencontrer cet homme distingué.

- La grande Exposition internationale

qui doit avoir lieu à Lyon, et dont nous - Une variété des plus remarquables de avons parlé plusieurs fois, est définitivement Vigne, dont on semble faire grand cas en décidée. Le traité entre la ville et la compaAngleterre et qui est à peine connue en

gnie vient d'être signé par le nouveau préfet France, est le Royal Ascot, obtenu par la de Lyon. Ainsi a

de Lyon. Ainsi que nous l'avons annoncé fécondation artificielle du Muscat d'Alexan

précédemment, elle aura lieu au parc de la drie et du Ivouveren. Cette Vigne n'est pas Tète-d'Or, dans la partie située entre le seulement intéressante par ses qualités, qui Rhône et le lac du Jardin. Celle Exposition pourtant sont très-grandes; elle l'est surtout ouvrira le 1er mai 1871 et durera jusqu'au par une particularité unique jusqu'ici, et que ) 31 octobre de la même année. l'on pourrait prendre pour caractère spécifique. En effet, le Royal Ascot ne se con | - Notre collègue et collaborateur, M. Ch. fond avec aucune autre.

Baltet, nous écrit pour protester de nouveau Cette propriété, qui a fait donner au Royal contre l'inutilité des programmes aux ExAscot la qualification de l'igne perpétuelle, | positions d'horticulture, et en même temps consiste dans une production excessive de pour appeler l'attention sur les récompenses grappes et dans sa très-grande disposition et en demandant le remplacement de cellesau forcage. En effet, et ce qui ne s'est proba- ci par des objets qui puissent être utilisés blement jamais vu, chaque noeud produit par l'exposant au profit de ses connaissances. du fruit, ce qui offre l'immense avantage de Voici sa lettre: procurer des Raisins excellents et parfaite

Troyes, 8 mars 1870. ment mûrs pendant toute l'année, fait qu'un Mon cher directeur, traitement bien entendu vient de mettre hors

J'ai déjà réclamé plusieurs fois dans la Revue de doute, ainsi que nous l'apprend le Bul

horticole, à l'occasion des Expositions, la supletin du Cercle professoral pour le progrès pression des programmes détaillés qui entravent de l'arboriculture en Belgique, 1869, p. 225. l'initiative des exposants et la décision du jury. Voici comment le fait est rapporté :

Vous m'avez appuyé, et déjà un certain nombre ( Au mois de février 1868, on plaça un

de Sociétés sont entrées dans la voie des projeune pied en pot dans une petite serre à

grammes libres, à la volonté des exposants, sans forcer; en juillet il avait fait une pousse de

concours prévus ou imprévus. La Société de

Paris elle-même, qui n'a pas l'habitude de pren4 mètres et portait trois grappes. Au-dessus

dre le mot d'ordre en province, a suivi le moude la dernière grappe, on pinga un cil; il

vement. en résulta que chaque vil se gonfla et donna Il y aurait encore une autre amélioration å inune branche latérale qui porta à son tour troduire dans le choix des récompenses. En at

1er AVRIL 1870.

122

CHRONIQUE HORTICOLE (DEUXIÈME QUINZAINE DE MARS). tendant que l'on remplace les médailles par des ! Ces chiffres sont assez éloquents pour que objets d'art ou d'utiliié, cette mesure pourrait nous nous abstenions de tout commentaire; être appliquée d'abord aux Sociétés qui pren

aussi nous bornerons-nous à faire ressortir nent part aux Expositions comme concurrentes.

les avantages qui vont en résulter pour la En effet, à quoi peut leur servir un écrin conte

culture, en permettant d'employer avec une nant un mélal quelconque enfoui dans ses archives? A rien du tout. 'Tandis que si elles rece

grande économie des vases en bois au lieu vaient en prix de beaux ouvrages, des collections de pots en terre, toujours très-dispendieux de fruits plastiques, des herbiers, etc., qu'elles et très-difficiles à manier lorsqu'ils doivent hésitent à acheter, la récompense n'en existerait être d'un grand diamètre, et de plus, moins pas moins, les sociétaires en profiteraient, et le favorables à la végétation que ne le sont des budget de l'association distributrice n'en serait i vases en bois. point grevé.

Ajoutons que suivant le besoin, M. Guénot Veuillez agréer, elc.

Charles BALTET,

fait établir des bacs aussi grands et forts Président de la Société horticole, qu'on le désire, et que les prix sont relati

vigneronne et forestière. vement de moins en moins élevés quand les Sur le premier désir exprimé par M. Bal- | dimensions vont en augmentant. Un dépôt tet, on est à peu près d'accord aujourd'hui, de ces bacs est tenu par Mme Robin, 22, place et déjà un certain nombre de Sociétés ont | de la Madeleine, à Paris. exclu de leur programme les détails relatifs

- Dans une circulaire imprimée qu'il aux concours spéciaux; sur le deuxième

vient de publier, et que nous avons sous les point, notre collaborateur a raison, en ce

yeux, M. de Ternisien fait savoir qu'il vient qui concerne les Sociétés. En effet, à quoi

d'être l'objet d'une mesure exceptionnelle de peut servir une médaille à une Société, puisqu'elle ne peut appartenir à aucun de ses

la part de la Société d'horticulture de Cher

bourg, laquelle, dans sa séance du 6 février membres? C'est absolument comme si, après

1870, l'a exclu du nombre de ses membres. une bataille, on décorait tel ou tel régiment. Des ouvrages d'horticulture, des herbiers

Bien que nous n'ayons rien à voir à cette

| décision, elle nous semble une violation telle spéciaux ou des objets d'art qui, déposés

du droit des minorités que nous croyons dedans le lieu de réunion, où ils pourraient

voir reproduire cette circulaire, sans comservir à l'instruction de tous, sont en effet

mentaire, bien entendu, laissant à chacun la les seules récompenses qui doivent être

liberté de l'apprécier comme il voudra. La données aux Sociétés qui exposent collecti

voici : vement. Aussi nous rangeons-nous à la proposition qu'a faite M. Charles Baltet.

Dans l'intérêt de la liberté et du progrés, je

crois devoir donner le plus de publiciié possible - C'est avec empressement que nous in- | à un fait étonnant qui vient de se produire dans formons nos lecteurs que M. J.-B, Guénot, la séance de la Société d'horticulture du 6 féà Brioncourt, par Conflans-sous-Lanterne | vrier 1870. (Haute-Saène), fabrique des bacs très-bien

Cette Société, sans convocation spéciale, s'est

érigée en tribunal correctionnel, pour un'infliger conditionnés, et à un prix tellement réduit

un blâme à l'occasion des articles que j'ai puque, non seulement il sera difficile, croyons

bliés dans le Pnare, sur l'inopportunité actuelle nous, de lui faire concurrence, mais que les de la création d'un jardin public à Cherbourg. potiers vont trouver en lui un sérieux ad On a prétendu que je n'avais pas le droit, versaire, du moins en ce qui touche aux commc membre de la Société, de porter à la pots d'un grand diamètre, et qui, disons connaissance du public un vote fait par 80 mnemle, sont toujours d'un prix élevé. En effet,

bres de celle compagnie, avant qu'elle ne l'eût des bacs bien conditionnés, en bon bois de

publié elle-même.

J'ai répondu que je me croyais parfaitement chêne, peints en dehors et brûlés intérieu

en droit de le faire, parce qu'aucun article des rement, sont livrés par M. Guenot à un prix

statuts n'interdit aux sociétaires de porter les moindre que ne le seraient des pots : à décisions de la Société devant le tribunal de l'opimoitié ou parfois même à deux tiers moins nion publique ; que je me croyais d'autant plus chers que ces mêmes bacs ont été vendus fondé à agir ainsi, qu’un pareil vote, fait par jusqu'ici, ce que va démontrer l'aperçu des 80 membres, ne pouvait pas raisonnablement

être considéré comme secret; qu'en outre, prix que nous allons donner :

faisant partie de la minorité, et défendant, daus Diamètre. Hauteur.

la circonstance, les intérêts généraux de la ville, - 22 cent.

les minorités n'ont pas d'autres moyens d'éclairer les questions; qu'entin, il me semblait que le but des sociétés savantes devait être de laisser divulguier leurs travaux, afin de porter parlout la lumière.

Malgré mes observations, la compagnie a persisté dans son blàme. J'ai répliqué qu'il était libre à elle de le faire, mais que pour moi, je ne

l'acceptais pas. » 1 Alors M. Orry, avoué, vice-président de la

) cent......

- 5 mm..

.

[ocr errors]

.

방장장장장장장장장장장봉

5mm.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

|||||||||||

[ocr errors]

||||||||||| .

.

[ocr errors]
[ocr errors]

.

[ocr errors]

CHRONIQUE HORTICOLE (DEUXIÈME QUINZAINE DE MARS).

123 Société, a proposé mon exclusion séance tenante: | bornons à signaler les nouveautés que ces quatre membres se sont joints à lui dans le horticulteurs viennent de mettre au cominême but. En dehors de celle demande, M. Re

merce. En première ligne, parmi les plantes nault, médecin à Cherbourg, a appuyé énergi

de serre chaude figurent les Bégonias dont la quement celle proposition. * En présence d'une pareille mesure de rigueur,

Revue a donné récemment une description j'ai de nouveau fait observer que la réunion

(1870, p. 66); quatorze variétés de Gloxin'ayant pas été convoquée régulièrement à cet nias à fleurs dressées. Parmi les plantes de effet, et ne présentant, par suite, qu'une faible serre tempérée se trouvent un grand nomminorité (10 membres sur 400 environ qui com bre de Pelargoniums appartenant à toutes posent la Société), je demandais qu'elle fût con les séries du genre, le Choisya ternata, trèsvoquée spécialement et en entier, afin qu'elle pût belle plante dont la Revue horticole (1869 prononcer avec équité sur un sujet aussi grave,

p. 332) a donné une description et une fiJe n'ai pas été plus écouté, et ma radialion a été décidée par 33 voix contre 6. Il ne me reste

gure, ainsi que le Disemma Hahnii, char-· plus rien à dire sur un acte de celle nature : on

mante Passillorée qui a été également figurée à voulu me flétrir. Je ne récrimine pas, je me et décrite dans la Revue. Comme nouveauté borne senlement à porter ma cause devant le de pleine terre, figure le Stuartia granditribunal de l'opinion publique.

flora, « arbuste rustique du Japon à grandes J'ai publié le fait que je viens de signaler dans

fleurs blanches, garnies de nombreuses étaun journal de la localité, il y a une vingtaine de

mines à anthères jaunes. » Inutile de dire jours; la Société, ou plutôt les dignitaires de la

que l'établissement de MM. Thibaut et Société, n'ont pas répondu. Que l'on me permette de faire remarquer, en passant, que ce

Keteleer est un des mieux assortis en fait n'est qu'à une infime minorité que je m'adresse.

de végétaux Conifères, et qu'on y trouve des T. TERNISIEN. collections de plantes de terre de bruyère,

de Houx, d'arbustes nouveaux et rares, - Un de nos abonnés nous a écrit il y a ainsi qu'un choix de plantes vivaces de quelque temps pour nous informer du pleine terre les plus intéressantes. « grand malheur ) qui lui était arrivé, et

-- Bien que fondée depuis peu de temps, nous demander si nous ne connaissions pas un remède au mal qu'il nous signalait, mal

la Société des agriculteurs de France s'est

| déjà fait remarquer par les travaux et les très-grand en effet, puisque, d'après notre

publications qu'elle a faites, et dont l'heureuse correspondant, « tous ses fruits d’Aucubas étaient perdus ; » ils étaient « gelés, ridés,

influence se fait déjà sentir. Les grandes

questions, celles surtout qui touchent au noirs, » et mèine, comme preuve à l'appui, il nous disait que les ramilles fructifères

bien-être général, la préoccupent tout par

| ticulièrement, et pour en amener la solution étaient pendantes et cà peu près mortes. »

elle ne reculera devant aucun sacrifice. Elle Comme d'autres personnes pourraient se

vient encore d'en fournir une preuve tout trouver dans les mêmes conditions où s'est

récemment, en fondant deux prix d'encouratrouvé notre abonné, nous préférons répondre par la voie de la Revue. Voici le fait et

gement, l'un pour l'irrigation, l'autre pro

posé par M. Duchartre pour la destruction son explication : Les fruits des Aucubas étant très-charnus

des hannetons. Voici le programme : et aqueux, les grands froids qui arrivent par

Un prix sera décerné par la Société des agrisuite des gelées semblent en désorganiser

culteurs de France, dans sa session générale de

1871, au meilleur ouvrage ou mémoire ayant les tissus en leur enlevant l'eau de végéta

pour objet d'établir au point de tue de la protion qu'ils contiennent, de sorte que les pé

|duction agricole les principes théoriques et pradoncules s'allaissent, les fruits se rident, | tigues de l'irrigation propres aux différentes noircissent même si le froid se prolonge, et contrées de la France. qu'alors ils semblent coinplètement perdus, Voici quel devrait être le plan de ce travail : ce qui n'est pas. Il n'y a même pas à s'en | 10 Fixer autant que possible les principes préoccuper. Que le dégel arrive et que la théoriques de l'irrigation envisagée comme température s'adoucisse, on voit alors les

science agricole, en les basant tout à la fois sur tissus se gonfler; les rides s'effacent, toutes

l'étude des lois naturelles qui s'y rapportent et

sur celle des faits acquis. les parties redeviennent luisantes, et au bout

20 Etablir d'une manière bien définie les règles de quelques jours les choses ont repris leur

sur lesquelles doivent s'appuyer les procédés de premier état. Tout mal a disparu.

l'art pratique, et les justifier tant par une analyse

raisonnée que par les enseignements de l'expé- MM. Thihaut et Keteleer, horticulteurs rience, comme aussi motiver convenablement à Sceaux, viennent de publier un catalogue toutes les différences qui peuvent résulter de la général des plantes qui sont en vente dans

diversité des circonstances locales. leur établissement. Après avoir dit qu'on

30 Enfin concilier ou expliquer les divergences

d'appréciations qui peuvent se rencontrer encore trouve là à peu près tout ce qu'il est possi

entre des auteurs et des praticiens estimés sur ble de rencontrer dans le commerce horti

les questions essentielles. cole, soit comme plantes de serre, soit Le prix consistera en une somme de 1,000 fr. comme plantes de pleine terre, nous nous ! et une médaille. Un encouragement pourra être

« ZurückWeiter »