Opérations du 3e corps, 1806-1807

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 118 - L'Oder, la Wartha, les déserts de la Pologne, les mauvais temps de la saison n'ont pu vous arrêter un moment. Vous avez tout bravé, tout surmonté; tout a fui à votre approche. C'est en vain que les Russes ont voulu défendre la capitale de cette ancienne et illustre Pologne ; l'aigle française plane sur la Vistule. Le brave et infortuné Polonais , «n vous voyant, croit revoir les légions de Sobieski de retour de leur mémorable expédition.
Seite 48 - PonteCorvo) se trouve avec vous, vous pourrez marcher ensemble, mais l'Empereur espère qu'il sera dans la position qu'il lui a indiquée à Dornburg.
Seite 117 - Les bataillons russes épouvantés fuyaient en déroute, ou, enveloppés, rendaient les armes à leurs vainqueurs. Le lendemain ils firent entendre des paroles de paix ; mais elles étaient trompeuses. A peine échappés par l'effet d'une générosité peut-être condamnable, aux désastres de la troisième coalition , ils en ont ourdi une quatrième. Mais l'allié, sur la tactique duquel ils fondaient leur principale espérance, n'est déjà plus. Ses places fortes, ses capitales, ses magasins,...
Seite 240 - Tous les rapports des déserteurs, des prisonniers et des gens du pays se réunissent à annoncer que l'armée prussienne se trouve à Erfurt, Weimar et environs. Il est certain que le Roi est arrivé hier à Weimar; on assure qu'il n'ya point de troupes entre Leipzig et Naumbourg.
Seite 47 - Naumburg, la nuit du 13 au 14, les généraux de division et les commandants des différentes armes pour y recevoir ses ordres, en conformité de ceux que SM l'Empereur lui avait annoncés pour cette même nuit. Ils lui furent apportés à 3 heures du matin; ils étaient en date du 13, 10 heures du soir, du bivouac sur les hauteurs d'Iéna.
Seite 118 - C'est en vain que les Russes ont voulu défendre la capitale de cette ancienne et illustre Pologne; l'aigle française plane sur la Vistule. Le brave et infortuné Polonais , en vous voyant croit revoir les légions de Sobieski de retour de leur mémorable expédition. Soldats, nous ne déposerons point les armes que la paix générale n'ait affermi et assuré la puissance de nos alliés, n'ait restitué à notre commerce sa liberté et ses colonies. Nous avons conquis, sur l'Elbe et l'Oder, Pondichery,...
Seite 59 - ... des colonnes; mais ce régiment s'emporta et s'isola du reste de la division : il tomba au milieu de forces si nombreuses, qu'il fut obligé de revenir et de prendre position à gauche et en arrière du village, à la hauteur de la division Gudin. En même temps (vers dix heures), les autres bataillons de la division Morand marchaient en colonne, à grande distance, et s'avançaient de front dans le plus bel ordre; la brigade du général de Billy f (5i* et 61...
Seite 86 - J'ai perdu des braves, je les regrette comme mes propres enfants, mais enfin ils sont morts au champ d'honneur en vrais soldats. Vous m'avez rendu un service signalé dans cette circonstance marquante ; c'est particulièrement à la brillante conduite du 3e corps d'armée que sont dus les résultats que vous voyez.
Seite 241 - ... gauche de la Saale. La division de dragons aux ordres du général Sahuc poussa également des partis sur ce point et rencontra aussi l'ennemi. « La première de ces reconnaissances a eu lieu hier à...
Seite 193 - Vistule comme au-delà du Danube au milieu des frimas de l'hiver comme au commencement de l'automne, nous serons toujours les soldats français et les soldats français de la Grande Armée.

Bibliografische Informationen