Les assemblées du Clergé et Louis XIV (1670-1693)

Cover
Gregorian Biblical BookShop, 1972 - 633 Seiten
La presente etude fait suite aux deux volumes que nous avons publies en 1959 sous la titre, La Clerge de France et la monarchie. Etude sur les Assemblee du Clerge de 1615 a 1666. La periode qui est l'objet de cet ouvrage se trouve delimitee par l'Assemblee ordinaire de 1670 et par la conclusion du conflit gallican en 1693, et elle est dominee par l'histoire de l'Assemblee extraordinaire de 1682. On devra donc rappeler des evenements evoques par tous les manuels, extension du droit de regale, conflit de Louis XIV avec le pape Innocent XI declaration des Quatre articles de 1682, revocation de l'Edit de Nantes, reconciliation de la cour de France avec le Saint Siege. On aurait pu croire ces questions definitivement videes par l'historiographie, au point de render superflu un supplement d'enquete. En realite l'importance du sujet aussi bien que l'etat des travaux anterieurs appelaient cette nouvelle recherche.
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

LAssemblée de Comptes de 1670
3
Louis XIV entre le Pape et les Évêques
34
Francois de Harlay et lAssemblée de 1675
66
Procès et querelle de la régale
117
Innocent XI en face de Louis XIV
141
Le Clergé de France entre le Pape et le Roi
177
Les défis romains aux évêques de France
197
Les échecs de la diplomatie
214
Les déceptions de lAssemblée
363
La politique royale depuis 1675
424
La guerre des temples
437
LAssemblée de 1685 et la Révocation de lÉdit
445
Les bases de laccord sous Alexandre VIII
486
La concorde rétablie sous Innocent XII
531
Les Évêques de France
581
Les Papes
589

La convocation de lAssemblée générale
248
Les concessions de Louis XIV sur la régale
269
La Déclaration des Quatre articles
312
Liste des députés de 1682
603
Index
611
Urheberrecht

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 19 - Vous devez donc être persuadé que les rois sont seigneurs absolus et ont naturellement la disposition pleine et libre de tous les biens qui sont possédés, aussi bien par les gens d'église que par les séculiers, pour en user en tout temps comme de sages économes, c'est-à-dire suivant le besoin général de leur État.

Bibliografische Informationen